2012, année de la lose - le Pen, vite ! ...en surplace

  • Par arsin
  • Le 03/01/2013

Suite du précédent...passage en revue des faux succès de l'année passée :

http://www.lepoint.fr/images/2012/06/27/marine-lepen-613575-jpg_420606.JPG

Le FN : Les scores à plus de 20% attribués à celle qui préside le FN depuis Janvier 2011 ne se sont pas réalisés…à deux points près environ. Mais on peut faire le même commentaire qu’avec le Front de Gauche : avec ses 18%, pour 78% de participation, le score de la candidate ne devance pas celui de son père et du félon Mégret en 2002. Le cheminement interne de la campagne mariniste est également éclairant : à partir de février-mars, quelques semaines à partir du débat miteux avec Mélenchon, et suite à la manifestation du Front de Gauche place de la Bastille, on vit l’écart des intentions de votes entre les deux « extrêmes » se resserrer, voire s’inverser. Ces sondages reflétaient-ils la réalité ?

On ne le saura jamais. Ce qu’on sait, c’est que cette situation s’inversa quand Marine Le Pen modifia ses priorités. Au début du printemps, elle peinait à argumenter pour la sortie de l’euro, s’emmêlant en expliquant que le principal intérêt de la sortie de l’euro serait l’abolition de la loi de 1973, indiquant donc la création monétaire comme solution à la crise… Alors elle revint aux sujets habituels, propulsée sans doute par l’affaire Merah : immigration, islamisme, insécurité… Cause à effet ou pas, une chose est certaine : le Front National peut difficilement sortir des sentiers battus, aborder de nouveaux sujets. Comme tout parti politique, il vit d’une clientèle électorale, et comme l’auteur de ces lignes le disait dans une vidéo, un parti peut difficilement modifier plus vite sa ligne que les attentes basiques de ses électeurs ne le permettent.

immigration insécurité euro élection échec Marine présidentielle FN Le Pen

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site