2012, année de la lose : les meilleurs pour la fin

  • Par arsin
  • Le 07/01/2013
  • Commentaires (0)

Suite du précédent...fin du passage en revue des échecs et des quelques succès de 2012 :

Après les mouvements organisés dirigés par de grands esprits qui auraient pu être agrégés, passons aux mouvements désorganisés et aux esprits désagrégés.

Passons rapidement sur les antisionistes : Soral, Dieudonné, Laïbi… Pour ceux-là, le bilan est clair : il est vide. Ceux qui voient en Dieudonné un acteur politique devraient comprendre qu’il n’est qu’un acteur tout court. Certes talentueux pour conserver un public sans promotion médiatique (du moins sans promotion favorable), moins pour ses films (j’ai vu son très médiocre Antisémite). Soral a échoué à prendre prise sur le FN avant 2012, et semble s’être résigné à ne plus tenir même le rôle de compagnon de route du FN. Les candidatures aux législatives de Dieudonné ou Laïbi n’ont pas dépassé les pâquerettes. Le courant « antisioniste » ne prend donc aucune forme politique en France. Auraient-ils pu se réjouir au moins qu’un état palestinien fut reconnu comme observateur à l’ONU fin novembre ?

Même pas, car cet état n’a pas de frontières définies, et que cette existence légale mène à admettre celle d’Israël…

Quant à nos amis les libéraux, si l’on parle des purs et vrais, pas ceux supposés être à l’UMP ou au Modem et dont la déconfiture de 2012 ne mérite pas plus de commentaires, force est de constater que leur montée en puissance politique est tout aussi fictive que la candidature de Frédéric Bastiat pour la dernière présidentielle. Contrepoints.org, outre qu’il alimente en partie ce site, est devenu un média politique visible sur le Net. Mais sans aucun débouché politique concret (les libéraux partageant avec les trotskystes la faculté de multiplier les formations rivales, dont les avatars en France sont Alternative Libérale et le Parti Libéral-Démocrate).

On pourrait continuer sur les déboires des causes anti-technologiques, les anti-OGM ne parvenant pas à faire valider l’étude de Gilles-Eric Séralini, ou les anti-nucléaires qui apprirent récemment, par la voix du premier ministre japonais Shinzo Abe, que la sortie nippone de l’atome n’était pas si acquise que cela

Des initiatives plus modestes mais dynamiques contrastent avec ce tableau. Le Cercle Des Volontaires est un exemple réel de décollage, parti de deux ou trois membres pour arriver à plusieurs dizaines de contacts et des rencontres réelles. Un succès basé sur le rassemblement de gens très motivés sur quelques réalisations précises, vidéos ou textuelles. Faire des reportages est une chose, mais j’attends de voir le débat organisé récemment entre Etienne Chouard et Florence Gauthier sur le tirage au sort. Car l’organisation de débats n’est pas le but premier du Cercle, ce qui le distingue du projet de l’ARSIN.

Je saluerai également la notoriété grandissante et méritée de Magali Pernin principalement via son blog Contre La Cour. Là encore l’atout est simple : elle parle de ce pour quoi elle a été formée, et scrute les faits. Y compris quand ils aboutissent à l’opposer à une « figure » plus médiatique de la « dissidence ».

Conclusion : et où en est l’ARSIN ?

Et bien parlons vrai : nous ne sommes pas assez nombreux. Un vrai travail est fait pour organiser des débats (diffusion prochaine d’un débat organisé en Septembre dernier sur la guerre en Syrie), de constitution de réseau pour produire un média nouveau dans lequel le débat conclusif aura sa place. Pour l’instant, malgré presque deux ans d’existence du site et 16 mois d’activité réelle, nous ne sommes pas encore dans la course. Mais celle-ci n’est pas terminée.

nucléaire libéralisme antisémitisme souverainisme OGM Séralini sionisme Soral Dieudonné Laïbi Vauclin

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×