2014: actualité et perspectives - par Nationaliste Jacobin

  • Par arsin
  • Le 15/01/2014
  • Commentaires (0)

Par Nationaliste Jacobin, sur son blog

Le bout du tunnel ou le fond du gouffre ?

Cet article un peu fourre-tout sera l’occasion d’un bilan de l’activité du blog. Je n’ai pas été très productif durant l’année 2013. Je n’ai que peu commenté l’actualité, qui m’a paru plutôt médiocre il est vrai, ou bien j’ai laissé mes commentaires sur d’autres blogs dont les auteurs se sont montrés moins paresseux que moi pour aborder les événements marquants. Il faut dire aussi que 2013 succédait à une année électoralement riche. La situation du pays étant globalement morose, j’avoue n’avoir pas eu le courage de m’indigner par écrit chaque fois que j’aurais pu. On finit également par radoter. En outre, mes impératifs professionnels m’ont fourni une ample occupation tout au long de l’année écoulée. 2014 s’annonce politiquement intéressante puisque les élections municipales et européennes vont s’y dérouler, et nous allons entamer les commémorations du centenaire de la Grande Guerre. Mais commençons par l’affaire qui passionne la France et excite la police de la pensée des salons de la gauche caviar parisienne.

L’affaire Dieudonné

Le manque de liberté d’expression en France me préoccupe. Je l’avais évoqué déjà à l’époque de la condamnation d’Eric Zemmour [1]. Il y a peu, je soulignais que la gauche, qui enregistre échec sur échec, serait tentée de passer « en mode traque-facho » [2]. Je ne m’étais pas trompé. La réalité dépasse même tout ce que j’imaginais. Le Ministre de l’Intérieur de la République française a engagé un authentique duel politico-judiciaire avec Dieudonné M’bala M’bala. Manuel Valls n’a-t-il rien de mieux à faire ? Je dois dire que les coups de menton du ministre commencent à m’agacer sérieusement. S’imagine-t-il rejouer le Guerre d’Espagne ? Les méthodes fascisantes qu’il utilise, et je pèse mes mots, me semblent outrepasser les principes de liberté qui sont au fondement de notre République. Et pas seulement la liberté, mais aussi l’égalité, car aucun rappeur à ma connaissance n’a été condamné pour des textes parfois autrement plus haineux et racistes que ceux de Dieudonné [3]. Mais il est vrai que Valls est un Catalan « éternellement lié à Israël et au peuple juif » selon ses propres mots. De sa Catalogne natale, il a conservé cette détestable arrogance et cette conviction d’être meilleur que les autres. J’entendais encore cet arriviste présomptueux déclarer en substance l’autre jour, en toute modestie : « Moi, je sais faire la différence entre un génie de l’humour comme Desproges, et un discours de haine antisémite comme celui de Dieudonné ». Vraiment ? D’abord, on aimerait peut-être que M. Valls sache faire autre chose, comme lutter contre la petite délinquance qui empoisonne le quotidien de nos compatriotes. Ensuite, combien voulez-vous parier que Desproges, de nos jours, aurait maille à partir avec les petits inquisiteurs de la gauche bienpensante comme Valls ? Que Monsieur le Ministre ait ses goûts, soit. Mais il n’a pas à les imposer à la France entière. Le maire de Tours, Jean Germain, a tout de même déclaré que « c’était un problème moral, et pas seulement politique ». Mais qu’est-ce que la morale vient faire ici ? La morale, c’est très subjectif. Certains considèrent que la « morale » impose de lapider les femmes infidèles ou de brûler les homosexuels. Pourquoi cette morale-là serait inférieure à celle des socialos ? On est là au cœur du problème, et c’est la raison de mon hostilité viscérale à l’égard de la gauche en général : cette propension à mépriser la loi et les droits de ses adversaires au nom de la morale. Un blogueur de gauche écrit ainsi que « Dieudonné devrait être en taule ». Que les dealers, les violeurs ou les cambrioleurs gambadent en liberté, cela en revanche gêne moins le bon peuple de gauche. Pour ces délinquants, bien sûr, il faut prendre en compte le contexte socio-économique, les discriminations, la détresse affective, et puis, vous savez, « la prison n’est pas une solution » selon la formule consacrée. Mais pour Dieudonné, si. Il faut quand même rappeler que Dieudonné n’a tué personne. Etrange pays où l’on hésite à emprisonner d’authentiques criminels mais où l’on est prêt à enfermer des gens dont le discours déplaît.

Lire la suite sur le blog de Nationaliste Jacobin

gauche Valls politique France 1914 Dieudonné délinquance 2013 bien-pensant prison patrie commémoration devoir enfants

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site