Les articles de nos partenaires par catégorie

cate-afrique.pngcate-moyen-orient.pngcate-ameriquelatine.pngcate-extreme-orient.pngcate-union-europeenne.pngcate-usa.pngcate-relations-internationales-1.pngcate-criseeconomique.pngcate-capitalisme.pngcate-libre-echange-2.pngcate-declin-democratie.pngcate-action-politique.pngcate-sciences-technologies-1.pngcate-histoire.pngcate-questions-societe-1.png

Le mille-feuilles: un gâteau qui n'est pas à la portée de n'importe quel pâtissier - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://static.lexpress.fr/medias_9593/w_1019,h_443,c_crop,x_0,y_27/w_605,h_270,c_fill,g_north/france-regions-ok_4911831.jpg

Les barbares sont à nos portes. Je ne parle bien entendu pas du FN, pas plus que des islamistes et autres intégristes de tout poil. Non. Nous sommes menacés par une barbarie bien plus insidieuse mais beaucoup plus dangereuse. Celle qui dérive de la superficialité et de l’ignorance de nos soi-disant « élites » (1). Bien entendu, on a tous tendance l’âge aidant à tomber dans le travers du « c’était mieux avant ». Je ne sais pas. Peut-être que les politiciens et les « maîtres à penser » de la génération précédente n’étaient finalement pas plus savants que ceux d’aujourd’hui. Mais en tout cas, ils faisaient au moins un petit effort pour cacher leur inculture.

Lire la suite

Accepter les négociations du traité transatlantique par dogmatisme serait une faute - par L'Oeil de Brutus

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

Accepter les négociations du traité transatlantique par dogmatisme serait une faute
 

Comment peut-on se prétendre être gaulliste et défendre le principe même du traité transatlantique (TTIP) ? A lire sa tribune sur le site du Monde (Rejeter le traité transatlantique par dogmatisme serait une erreur, 23/05/2014), cette question, Mme Nora Berra (ancienne eurodéputée et élue UMP de la région lyonnaise) ne se l’est manifestement pas posée. Ou alors, c’est qu’elle est dans la plus grande ignorance sur les tenants et les aboutissants du TTIP.

Car il faut bien de l’un ou l’autre (ou des deux) pour pouvoir s’émouvoir que ce traité infâme cristallise les oppositions alors même qu’il s’agit « d'un accord dont ni le contenu, ni même les contours n'ont pour le moment été mis sur le papier et nourrissent ainsi la résurgence d'un certain anti-américanisme ». C’est justement là tout le problème : on ne sait rien, ou presque, de ce que la Commission européenne négocie dans notre dos alors qu’il s’agit pourtant d’éléments fondamentaux de notre avenir ! Et les quelques fuites sur ces négociations ne sont guère rassurantes, ni pour les citoyens, ni pour la démocratie, ni pour la France.

Lire la suite

L’interview de Vladimir Poutine en version intégrale : le scandale des coupes de TF1 - par Olivier Berruyer

Par Olivier Berruyer, sur son site

Voici la transcription de l’interview de Poutine d’hier. C’est la traduction de la version intégrale issue du site du Kremlin (ou ici en russe, ou ).

En effet, pour faire tenir cette interview de 41 minutes en 24 minutes, TF1 a sabré largement dans certaines parties. Comme il a été décidé de couper des éléments essentiels sur la Crimée, l’opposition dans les médias français, et de laisser des propos sans intérêts genre sur la langue qu’il utilise avec Hollande, le mot censure me semble adapté – vu qu’il y a rétention d’informations importantes qui éclaireraient le public français. Et je reviendrais sur la faute inacceptable de traduction quand il parle d’Hillary Clinton.

Ceci étant, reconnaissons qu’il est salutaire que TF1 et Europe1 aient interviewé Vladimir Poutine…

Tout est donc traduit ici – les passages censurés sont en exergue – à vous de voir s’ils méritaient de l’être…

Lire la suite

Le Haut Conseil des finances publiques déclenche la règle d’or budgétaire - par Magali Pernin

Par Magali Pernin, sur son blog

Les déficits budgétaires de l'Etat, prévus et réellement accomplis :

La règle d'or

Lecture du graphique : en noir, la courbe des déficits programmés par la LPFP (Loi de Programmation des Finances Publiques). En gris, et en tirets à partir de 2013, la réalité des déficits, qui sont constamment plus profonds que prévus. Il s'agit là des déficits de l'Etat, et non des administrations publiques dans leur ensemble, qui sont en général plus élevés d'un point (cf. les chiffres INSEE).

Le Haut Conseil des finances publiques a adopté, vendredi 23 mai 2014, son avis relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2013.
Celle-ci est venue arrêter le montant définitif des dépenses et des recettes de l’État.
Elle permet ainsi de comparer avec précision le résultat budgétaire de l’année 2013 avec les objectifs adoptés fin 2012.

Mais plus qu’un état des lieux, la loi de règlement va pour la première fois induire le déclenchement de la fameuse règle d’or budgétaire adoptée en novembre 2012 suite à la ratification controversée du « Pacte budgétaire européen ».

Lire la suite

Guerre civile en Ukraine - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : je suis assez d'accord avec Jacques Sapir, sur l'idée qu'il aurait fallu tout faire pour maintenir l'unité de l'Ukraine, quitte à passer à la fédéralisation du pays. J'avais déjà écrit il y a trois mois que le rattachement de la Crimée à la Russie n'était pas forcément une bonne idée, même du point de vue russe. Il est cependant tout aussi vrai que le régime en place à Kiev depuis le 22 février était illégal, et donc qu'aucune province du pays n'avait de raison de se montrer loyale vis-à-vis d'un pays dont la base légale, sa constitution, était de facto suspendue.

Depuis le 25 mai, l'Ukraine a un président difficilement contestable, Petro Poroshenko, via une élection qui s'est déroulée sur 90% du pays et 80% de la population (sur ce point, mon avis diffère donc de celui de J.Sapir). Réjouissons-nous au passage du score médiocre de l'égérie de l'OTAN Timochenko (<13%), et de ceux misérables de Svoboda et Pravy Sektor...sans oublier les 8% d'Oleg Lyashko. A l'inverse, les referenda de Donetsk et Lugansk, malgré les succès populaires qu'ils paraissent être, sont entâchés de nombreuses fraudes. Une reprise des négociations sur une Ukraine fédérale serait donc une possible sortie de crise. Une telle Ukraine serait certes un Etat faible, mais il suffit de voir la géographie et la démographie ce pays pour comprendre que c'est à terme inévitable.

Quant aux combats, il m'est difficile de fournir un jugement arrêté. Même si je préfererais bien sûr qu'il n'y ait aucun mort, je ne peux cependant condamner les offensives de l'armée ukrainienne, sans aussitôt penser que si une région de France proclamait sa sécession de façon irrégulière, je serai le premier à vouloir que l'armée française reprenne le terrain, quelque soient les imperfections du gouvernement français. De plus, je ne m'associe pas à la comparaison que J.Sapir fait entre les actions de l'armée de Kiev et les répressions de Kadhafi ou des Assad. Ces derniers ne combattaient pas une sécession régionaliste, mais supprimaient une contestation de leurs régimes autocratiques. Je rejoins cependant l'économiste sur le fait que les affrontements récents dans l'Est ukrainien et les dizaines de morts (au moins) qu'ils ont provoqué pourraient bien nous avoir fait atteindre une situation de non-retour par rapport aux négociations que j'évoquais précédemment.

Les évènements en Ukraine orientale depuis le 25 mai ont donné tristement raison à ceux qui prédisaient le déclenchement d’une guerre civile. Il n’est pas un jour sans que l’on ait des nouvelles très inquiétantes de ce qui se passe dans ces régions, sans que l’on annonce des morts, que ce soit au sein des insurgés, de la population civile – qui paye un lourd tribut – ou parmi les forces du gouvernement de Kiev. L’emploi par le gouvernement de Kiev de moyens militaires importants, hélicoptères de combat, avions à réaction qui ont bombardé la ville de Slaviansk le 2 juin (ce qui a été confirmé par l‘OSCE), voire de lance-roquettes d’artillerie, est tout particulièrement à noter. Il y a de cela près de trois ans, les gouvernements occidentaux – dont le gouvernement français – s’étaient émus de l’emploi de ce type d’arme dans la guerre civile en Syrie. Plus avant, lors de la guerre civile en Libye, l’argument du massacre des populations civiles avait été employé pour justifier ce qu’il faut bien appeler une intervention militaire. Il est frappant de constater le silence assourdissant de ces mêmes gouvernements alors que le gouvernement de Kiev utilise exactement les mêmes forces contre les insurgés.

Lire la suite

Post coitum, animal triste - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

Article publié le 26 mai 2014. Voir aussi la suite.

http://www.videomotion-tv.net/wp-content/uploads/mvbthumbs/img_45843_sondage-les-francais-ont-moins-confiance-en-leurope-0805.jpg

Juste quelques lignes sur les européennes, en essayant de ne pas reprendre des évidences.

Entendu hier soir Mélenchon dire une grosse bêtise : entre les explications sociales de la crise et les explications "raciales", l'électeur aurait choisi les explications "raciales" du FN (sous-entendu les explications sociales du Front de gauche étaient pourtant les bonnes). Je crois pour ma part que le FN a fait le pari de la rupture de plus en plus franche avec l'UE, rupture qui est principalement économique puisque l'UE est essentiellement un organe de régulation économique, et que ce pari que le Front de gauche n'a pas voulu faire, paye.

Lire la suite

Élections européennes : le FN comme prévu - par Tomgu

Par Tomgu, sur son blog

Suite des commentaires des Européennes par nos partenaires.

Capture

C'est dimanche soir à 20h00 que les résultats des élections européennes sont tombés. Et pour beaucoup la nouvelle a été catastrophique. Certains ont même parlé de véritable séisme et chacun y est allé de son petit commentaire.

Mais de quoi parle-t-on en réalité ? Rien de plus qu'un évènement annoncé depuis longtemps. Un évènement que beaucoup avaient anticipé et que d'autres ont préféré ignorer.

Lire la suite

C'est la chute finale - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

Rien ne sera comme avant après ce 25 mai. Non pas parce quelque chose ait radicalement changé. Les fondamentaux qui ont rendu possible la victoire du Front National sont à l’œuvre depuis fort longtemps. Depuis plus de trente ans nous assistons à la dégradation de nos institutions, à la démission de nos élites, à la détérioration – dans la plus grande indifférence des bienpensants – de notre appareil productif, à la marginalisation politique des couches populaires et à la prise du pouvoir par les classes moyennes, à la destruction de l’ascenseur social et à la promotion des « communautés ». C’est dire que tout ce qui a permis au Front National d’arriver en tête dans cinq circonscriptions sur sept et de devenir le premier parti de France ne date pas de dimanche dernier. Trente ans que l’empereur a été progressivement délésté de ses beaux habits devant une foule de courtisans politico-médiatiques qui vantaient en permanence la modernité et la « branchitude » de son costume. Aujourd’hui, l’Empereur est nu et il le sait. Pas étonnant qu’il ait envie de changer de tailleur.

Lire la suite

La formation du communautarisme - par Joël Halpern

Par Joël Halpern, sur son blog, ainsi que le site de Valeurs & Actions Républicaines

La gestion néolibérale du capitalisme depuis les années 70 a produit la compression des salaires, le ralentissement de la croissance économique et la concentration de la fortune entre les mains des 5 ou 10% les plus riches. Il en résulte un chômage et une insécurité sociale chroniques, brutalement aggravés par la crise de 2008.

C’est dans ce contexte que montent en puissance des représentations de la sociétés selon lesquelles les maux qui accablent la masse de la population auraient leur origine dans des groupes ethniques ou religieux dont les propriétés expliqueraient pêle-mêle la délinquance, l’épuisement des finances publiques, le chômage ou la prédation financière.

Lire la suite

Européennes 2014 : quels partis profitent le plus de la montée du chômage ? - par L'Espoir

Par L'Espoir, sur leur site

Comme nous l'avons expliqué dans un de nos précédents articles, les résultats des dernières élections européennes correspondent à un choc qu'il convient de ne surtout pas sous-estimer. Il importe pour cela de bien analyser les résultats. Dans cet objectif, nous avons répertorié les résultats (source Ministère de l'Intérieur) par région des 8 partis qui nous paraissent les plus importants: L'Union pour un Mouvement Populaire (UMP), le Parti socialiste (PS), l'UDI-Modem, Europe Ecologie Les Verts (EELV), le Front National (FN), le Front de Gauche (FdG), Debout la République (DLR) et Nouvelle Donne (ND). Afin de permettre une comparaison pertinente nous n'avons pris en compte que les régions métropolitaines et la Corse car les régions d'outre-mer ne présentaient pas l'ensemble de ces listes. Nous avons ensuite comparé les résultats de ces différents partis avec le taux de chômage au 4ème trimestre 2013 (source INSEE) des régions considérées afin de déterminer si une corrélation existait.

Lire la suite

Bilan des Européennes 2014 - par Nationaliste Jacobin

Par Nationaliste Jacobin, sur son blog

Voici le premier de nos partenaires à publier son analyse du scrutin du 25 mai. Comme il le dit lui-même, il est un soutien régulier de Debout La République.

Nous y voilà. Le grand jour est passé, et le moment est venu de tirer les conséquences, comme on dit. Ces élections européennes me semblent riches d’enseignement.

Je vais commencer par évoquer les résultats des listes « Debout la France ! Ni système, ni extrême » de Debout la République (DLR), parti que j’ai choisi de soutenir depuis 2012 et auquel j’ai apporté mon suffrage une fois de plus. Contrairement aux précédentes élections européennes, Nicolas Dupont-Aignan a réussi à présenter des listes dans toutes les circonscriptions, ce qui est déjà une performance en soi pour un modeste mouvement comme le sien. Evidemment, je ne me faisais pas de grandes illusions, mais je nourrissais deux espoirs : d’abord, un score global entre 3,5 et 5 % (donc au-dessus des sondages prédictifs), ensuite un, peut-être deux députés élus qui pourraient siéger à Strasbourg. Mon premier espoir est comblé : avec près de 4 % des suffrages, les listes DLR enregistrent un score tout à fait honorable.

Lire la suite

Un quart seulement des français ont voté pour l'européïsme

Nous n'avons pas encore les résultats de l'UPR, mais, visiblement, aucun miracle ne s'est produit, alors que DLR fait une performance très honorable. Mon intuition selon laquelle le FN ne réaliserait pas la performance qui lui était prêtée, parce que son électorat ne se mobiliserait pas pour une élection qui, d'habitude, ne l'intéresse pas, s'est révélée fausse. Nul ne sait si cette élection sera vue a posteriori comme "un tournant" (l'élection à partir de laquelle les électeurs frontistes ont vraiment décidé de s'emparer de la question européenne) ou un simple coup de colère (contre Hollande et secondairement l'UMP, dans la seule élection où le FN pouvait obtenir facilement des élus).

En prenant en compte l'abstention, il n'en reste pas moins que le Front National ne rassemble qu'un dixième des français.

Et notons que 6% des électeurs inscrits ont cru nécessaire d'aller voter pour la formation du président. Même le sondages de popularité de F.Hollande n'allaient pas jusque-là.

Résultats donnés vers 20 heures. Participation : 43%

Liste Suffrages exprimés (%) Electeurs inscrits (%) Classement gauche/droite Positionnement face à l'UE
FN 25,0 10,8 droite Eurocritique de droite
UMP 20,3 8,7 droite Européïste
PS 14,7 6,3 gauche Européïste
UDI 10,0 4,3 droite Européïste
EELV 8,7 3,7 gauche Européïste
FDG 6,6 2,8 gauche Eurocritique de gauche
DLR 3,9 1,7 droite Eurocritique de droite
Nouvelle Donne 3,1 1,3 gauche Européïste
Nous Citoyens 1,4 0,6 droite Européïste
NPA 1,2 0,5 gauche Eurocritique de gauche
Force Vie 0,5 0,2 droite Européïste
LO 0,4 0,2 gauche Eurocritique de gauche
Autres 4,2 1,8 -
 -

Un autre tableau de classements, avec les scores des  :

Classement % des exprimés % des inscrits
Droite 61,1  26,3 
Gauche 34,3  14,7 
Européïste 58,7 25,2 
Eurocritique de gauche 7,8 3,3 
Eurocritique de droite 28,9 12,4 

Sortir de l'euro : on ne peut pas, ou on ne veut pas ? La question de la démocratie - par L'Oeil de Brutus

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

SORTIR DE L’EURO : ON NE PEUT PAS OU ON NE VEUT PAS ? LA QUESTION DE LA DEMOCRATIE.

« Tout le monde savait que c'était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et qui l'a fait. »

Marcel Pagnol

Ce billet s’inscrit dans le prolongement d’un débat initié à la suite d’une critique d’un article de M. Colletis-Wahl (ici), à laquelle celui a eu l’amabilité de répondre (ici).

Introduction

« L’euro est irréversible » : c’est une litanie que l’on entonne religieusement en eurobéatitude (notamment de la part de Mario Draghi, patron de la BCE). Il s’en trouve au sommet de la technocratie européenne (mais pas seulement) à croire que leurs créations humaines sont éternelles. L’assertion en elle-même non seulement décrédibilise leurs auteurs mais laisse entrevoir ce qu’est leur vision de la démocratie. Dans leur eschatologie de « fin de l’histoire », ces demi-dieux prétendent donc à l’éternité et surtout au droit et au devoir de dicter aux peuples le sens de leur destinée. Autre époque, autre économicisme totalitaire : les marxistes aussi clamaient l’avènement inéluctable de la fin de l’histoire.

Lire la suite

Sarkozy et l’Europe: moi et le néant - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Lula-Sarkozy-cropped

Dans le numéro 2175 du magazine Le Point, l’ex-Président Nicolas Sarkozy vient de faire paraître un long article sur l’Europe, qui complète et répond à la tribune que le Président François Hollande avait fait paraître dans le journal Le Monde[1]. Cette tribune, après un plaidoyer  pro Domo sur l’identité française (mais qui doute donc de celle de M. Sarkozy ?), s’articule autour de 5 points.

Lire la suite

Pourquoi il faut écouter Jean Louis Bourlanges - par Descartes

Par Descartes sur son blog

http://www.cambadelis.net/wp-content/uploads/JL-Bourlanges.jpgLe Sphinx européïste. Il connaît la réalité, sait qu'elle n'est pas favorable à son camp, mais continuera à vous poser des énigmes retorses. Parce que c'est fun.

Cela vous étonnera peut-être, mais j’aime bien Jean-Luis Bourlanges. Il est pour moi l’un des rares eurolâtres à avoir conservé un minimum de rationalité dans sa vision du monde. Pour un Jean Arthuis, un François Hollande ou un Daniel Cohn-Bendit, l’Europe est une sorte Dieu chrétien de substitution. Comme Dieu, les voies de l’Europe sont impénétrables et même lorsqu’elle nous semble fonctionner de manière absurde ou conduire des politiques aberrantes, elle travaille en fait pour nous sans que nous nous en apercevions. Certes, reconnaissent-ils, l’Europe « ne fait pas ce qu’elle devrait », elle « ne répond pas à nos attentes ». Mais s’il en est ainsi, ce n’est pas à l’Europe qu’il faut s’en prendre, pauvres mortels que nous sommes, mais à nos propres pêchés et à ceux de nos gouvernants. Bourlanges partage avec eux un idéal fédéraliste, mais cet idéal ne l’empêche pas de voir les limites du réel, et surtout de le dire haut et fort, au risque de désespérer Billancourt. Ce qui fait que la lecture de ses écrits n’est jamais une perte de temps.

Lire la suite

Marché transatlantique : Daniel Cohn-Bendit , les Verts et leur clairvoyance légendaire… par John Groleau

Par John Groleau, sur le site de l'Association pour une Constituante

Pour les Européennes, vous avez peut-être découvert tout comme moi dans votre boîte aux lettres le journal de campagne n°1 d’Europe Écologie. Ce numéro évoque les dangers du futur accord commercial entre l’Union européenne et l’Empire américain, dit TAFTA ou TTIP, et laisse sous-entendre que les négociations autour du marché transatlantique ont commencé en juin 2013, ce qui constitue une contrevérité.

Les députés européens Sandrine Bélier et Yannick Jadot, Journal de campagne n°1 d'Europe Écologie pour les Européennes, p. 3

Lire la suite

Les stratèges de la communication - documentaire

Une production Premières Lignes, avec France Televisions et LCP.

Sauvons nos départements - par Tomgu

Par Tomgu, sur son blog

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/73/France_Departement_1801.svg/1345px-France_Departement_1801.svg.png

Les départements en 1801

François Hollande l'avait évoqué et Manuel Valls l'a confirmé, la réforme territoriale aura bien lieu. Et les choses s'accélèrent cette semaine avec la réception par le président de la République des responsables de partis représentés au Parlement. Après être revenu sur le projet élaboré par la droite dès le début du quinquennat, les socialistes s'attellent à leur tour à la tâche. Au programme notamment, suppression des départements et baisse du nombre de régions.

La question du millefeuille territorial en France ne date pas d'aujourd'hui et il est clair celui-ci doit être réformé, en particulier dans un objectif de rationalisation des dépenses publiques. Cela étant, je ne suis pas convaincu que la réforme portée par ce gouvernement soit la bonne. Leur constat de base est de considérer que notre pays comporte trop d'échelons et qu'il faut donc chercher à les réduire. Et c'est de ce constat que découle la volonté de supprimer les départements.

Lire la suite

Russie : Dans la tête de Vladimir Poutine - débat avec J.Sapir

Voir sur le site de Jacques Sapir L’émission sur Mediapart à laquelle  [Jacques Sapir a] participé avec François Daucé et Jean-Robert Raviot du mercredi 14 mai est visionnable soit sur le site de Médiapart soit sur dailymotion.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×