A propos de la catastrophe aérienne d'Ukraine orientale - articles de Jacques Sapir

  • Par arsin
  • Le 21/07/2014
  • Commentaires (0)

Suite au drame aérien ayant coûté la vie à près de 300 personnes, et mis rapidement à charge de la Russie ou des séparatistes du Donbass, voici les remarques et hypothèses de Jacques Sapir. En plus d'être économiste, le professeur de l'EHESS est également passionné des armes, non seulement des forces de l'ex-URSS, mais aussi de la Seconde Guerre Mondiale (voir le livre qu'il a dirigé "1940 : la France continue"). Le point de vue de Jacques Sapir est bien évidemment pro-russe, du moins hostile à Kiev, et ne revendique pas la perfection. Mais en ces temps d'enquêtes bâclées (comme celle sur l'attaque chimique de la Ghouta en août 2013), il est bon de prendre plusieurs points de vue, y compris ceux que les médias de masse ne diffusent pas et qui paraissent informés.

Pour commencer, voici des exemples d'arguments accusant les séparatistes du Donbass d'avoir détruit l'avion, paru dans Le Point du 18 juillet 2014

Ci-dessous, le premier article sur ce sujet dans le blog Russeurope. Et voici pour la suite. Et encore un article là.

La destruction du vol MH17 de la Malaysian Airlines le 17 juillet a suscité une intense et justifiée émotion. Les revendications et accusations contradictoires se sont succédées. Les informations disponibles pour le grand public sont extrêmement fragmentaires. On peut, cependant remarquer certaines incohérences dans la mise en cause, du côté des gouvernements de l’OTAN et de la presse de ces pays des insurgés ukrainiens.

Un chose semble (mas nous verrons qu’elle n’est pas certaine) acquise, c’est que la destruction du Boeing 777 de la Malaysian Airlines est due à un missile Sol-Air. Il faut alors rappeler quelques faits de base concernant ces missiles. Leur portée et l’altitude qu’ils peuvent atteindre dépendent de l’énergie contenue dans le combustible de leur moteur fusée. Mais, cette portée et cette altitude dépendent aussi des caractéristiques de leur cible potentielle. Face à un avion rapide la portée sera plus faible que face à un avion lent. A contrario, un avion lent sera plus vulnérable à une certaine altitude qu’un avion rapide. 

I. De quelles armes disposent les insurgés des régions Est de l’Ukraine ?

Jusqu’à maintenant ces insurgés ont fiat usage de missiles portables, et tirables à l’épaulé. Ces missiles sont des descendants du SAM-7 « Strela » utilisé par les forces soviétiques. Il s’agit très probablement du SAM-18 (code OTAN « Grouse »). Ce missile atteint une vitesse maximale de 800 m/sec. Il est capable d’intercepter un appareil volant à 450 m/sec à 3500 m d’altitude. Mais, si la vitesse de l’appareil visé est inférieure, il peut être atteint bien plus haut. Néanmoins, il est exclu qu’il puisse atteindre un avion volant à 10 000 m et 250 m/sec (900 km/h) comme le Boeing 777 du vol MH17. Les caractéristiques de cet appareil impliquent un missile plus lourd, et l’un des « coupables » présumés est le système d’arme SAM-17 ou un SAM-11 plus ancien, ces deux missiles étant appelé « Buk » par les Russes.

Cependant, des informations concordantes, provenant de la presse ukrainienne et du site du ministère de la défense d’Ukraine, établissent que les insurgés n’auraient pas eu à leur disposition le système d’arme Sol-Air « Buk » (SAM-17 pour l’OTAN).

Lire la suite sur le blog de Jacques Sapir

attentat rebelles crash Kiev coupable ukraine Poutine enquête MH17 Malaysia Airlines Donbass séparatistes missile

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site