Après le Politburo de la Commission, le Comité Central de la BCE - par L'Oeil de Brutus

  • Par arsin
  • Le 23/07/2012
  • Commentaires (0)

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

http://loeildebrutus.over-blog.com

draghi.jpg

APRES LE POLITBURO DE LA COMMISSION, LE COMITE CENTRAL DE LA BCE

Le 9 juillet 2012, la commission européenne à travers Olli Rehn, son commissaire chargé des affaires économiques et monétaires, prenait les colonnes du Monde pour défendre le bilan du dernier sommet européen de la « dernière chance » (en attendant le suivant). Je m’étais déjà exprimé sur cette tribune. Le 21 juillet, le directeur de la BCE, Mario Draghi, toujours dans les colonnes du Monde, a pris son relais. Et on retrouve les mêmes incantations quasi-mystiques, la même foi aveugle dans les dogmes néolibéraux et ses « réformes structurelles » et le même mépris des peuples.

Comme depuis le début de la crise, il y a maintenant 4 ans, M. Draghi ne voit pas de récession à l’horizon en envisage « toujours une amélioration progressive ». Et depuis 4 ans, rien ne s’est amélioré. L’année 2013 risque même de s’annoncer sur le signe de la récession et comme le note Laurent Pinsolle, la zone euro est la seule au monde dans cette situation. On peut d’ors et déjà parier sur l’analyse qu’en fera dans quelques mois le patron de la BCE : les Etats ne sont pas allé assez loin dans les « réformes structurelles ». Les néolibéraux sont dans le même schéma que les communistes : si le dogme ne marche pas, c’est qu’on n’est pas allé assez loin dans son application. Leur maître à penser Milton Friedman n’avait-il pas déclaré : « Non seulement il n’est pas nécessaire que les hypothèses de base soient réalistes, mais il est avantageux qu’elles ne le soient pas.».

Après un énième sommet de la dernière chance, Mario Draghi s’enthousiasme : « pour la première fois, un message clair a été donné : sortir de la crise avec plus d’Europe ». C’est à peu près, ce que l’on a entendu après chaque sommet, qu’à peu près tout le monde a arrêté de compter depuis 4 ans. Et quel est le message clair ?

-          Un plan pour la croissance de 120 Md€ (sur 3 ans !) pour lequel on s’aperçoit, en lisant entre les lignes, que plus de la moitié avait déjà été programmée antérieurement ?  Et même en éliminant ce point peut-on sérieusement croire qu’un plan de 0,3% du PIB de la zone euro activera la relance économique ?

-          Des banques mieux supervisées ? Cela fait aussi 4 ans qu’on nous l’annonce …. Et n’oublions pas que la régulation des banques a été confiée au comité Bâle 3, composée essentiellement de … banquiers !

-          Une meilleure convergence fiscale entre les Etats membres ? Encore une incantation sans aucune mesure concrète d’annoncée.

Ce qui par contre est prévu, et annoncé avec précision dans les conclusions du sommet, comme le remarque très justement Marc Laimé, c’est une nouvelle étape dans le démantèlement de nos services publics. Et peu importe si les expériences déjà menée, en particulier dans la privatisation du secteur de l’eau, ont montré leur inefficacité.


La suite sur le blog de L'Oeil de Brutus

commission Européenne banques BCE crise Rehn convergence récession Olli Draghi

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×