Le bal des naïfs - par Descartes

  • Par arsin
  • Le 16/07/2013
  • Commentaires (0)

Par Descartes, sur son blog

 Commentaire de Pablito Waal : très bon article, encore, de Descartes. Comme lui, je pense qu'il n'est pas sérieux de vouloir analyser la réalité en partie du principe que nos dirigeants, en totalité, ne seraient forcément pas des ignorants ou des crédules, qu'ils sauraient donc "ce qui se passe vraiment", et en seraient les complices cyniques ou criminels. Le besoin de se sentir en phase, non avec la réalité nationale ou mondiale, mais avec sa propre caste, fait qu'une proportion sans doute importante de nos élites vit réellement dans la croyance et la naïveté, du moins,comme l'explique Descartes, pour ce qui est des grandes affaires et des visions d'avenir, le cynisme et l'égoïsme les plus plats régnant pour le petites questions matérielles et les acquis catégoriels.

 On a eu tendance, ces dernières décennies, à peindre notre monde politique comme un concentré de cynisme. Nous avons la preuve maintenant que ce n’est pas le cas. C’est en fait tout le contraire qui est vrai. Et pour s’en convaincre, il suffit de faire une petite revue des réactions de nos politiques de tout bord après qu’on ait découvert que nos « amis américains » espionnaient systématiquement les conversations et les échanges des dirigeants et des fonctionnaires de leurs alliés européens et des institutions communautaires. Il paraît que même le conseil européen était truffé de micros. Si c’est le cas, on ne peut que compatir au sort des pauvres agents de la CIA obligés d’écouter pendant des heures et sans interruption les bavardages jargonneux et sans le moindre intérêt des membres du Conseil… ils auraient mieux fait de « sonoriser » la cafétéria, il s’y disent des choses bien plus intéressantes.

Quelles ont été les réactions de nos dirigeants à cette annonce ? Celle de Viviane Reding, vice-présidente de la Commission Européenne et commissaire à la Justice, excusez du peu, est emblématique de toutes les autres : « entre amis, on ne s’espionne pas ». Laurent Fabius, ancien Premier ministre et ministre des Affaires Etrangères déclare, quant à lui, que « ces faits, s’ils se confirmaient, seraient tout à fait inacceptables ». Quant aux journalistes, ils ne sont pas en reste : « L’Oncle Sam se comporte très, très mal » était le titre de l’éditorial du Monde, le « journal de référence » de nos élites.

 

Lire la suite sur le blog de Descartes

CIA surveillance assemblée parlement européen français servilité naïveté élite Europe nation

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×