Le Parlement européen, sa loi d’Hondt, son jeu des compromis et ses séances de votes rythmées - par Magali Pernin

  • Par arsin
  • Le 27/03/2014
  • Commentaires (0)

Par Magali Pernin, sur son blog

223007625_7

Connaissez-vous la loi d’Hondt ? Cette règle, non écrite, est pourtant fondamentale dans le fonctionnement du Parlement européen. C’est elle qui, par un savant partage de points entre les groupes parlementaires selon leur poids respectif, permet d’attribuer les rapports ainsi que les postes dans les 22 Commissions composant le Parlement.

Ainsi, les groupes politiques positionnent leurs « points » sur les Commissions qu’ils souhaitent présider.

Il y a, à ce propos, une anecdote caractéristique de l’ambiance unique qui règne au Parlement. Celle de la Commission du commerce international qui, lors de sa création en 2004, a vu Jean-Marie le Pen présider la séance (car il en était alors le doyen) et organiser ainsi le vote désignant Helmuth Markov, membre de la Gauche unitaire, comme Président de la Commission.

Un Président issu de la gauche radicale applaudi par un doyen d’extrême droite ? L’exemple est cocasse et certes tiré par les cheveux. En tout cas, il montre que, loin des caméras et de la pression médiatique et électorale, le travail au Parlement européen est souvent fait de consensus et de compromis.

Si la plupart des textes sont adoptés par les deux grands groupes politiques (les socialistes et le parti populaire), c’est parce qu’avant les séances plénières, les groupes d’opposition échangent souvent leur approbation contre des amendements.

Lire la suite sur le blog de Contre la Cour

parlement parti européen vote lobby groupe eurodéputé compromis feuille

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×