Bonapartisme ET Constituante - par L'Oeil de Brutus

  • Par arsin
  • Le 03/07/2014
  • Commentaires (0)

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

Bonapartisme ET Constituante

Lire l'article d'André Bellon évoqué par Brutus.

Dans l’édition d’avril 2014 du Monde diplomatique, André Bellon a fait paraître un remarquable article, mettant en valeur ses travaux et ses réflexions sur le renouveau politique à la fois salutaire et nécessaire au redressement de notre pays. Qu’il soit en préambule bien clair que j’ai le plus sincère respect pour ces travaux et cet engagement au service de la France et des Français.

Nous avons, bien évidemment, un point fort de convergence : il ne serait y avoir de renouveau qu’en amenant les Français à se retrouver autour de la France. L’intellectualisme mondialiste de gauche que dénonce André Bellon marque, en effet, une complète incapacité à penser la démocratie. Antonio Négro peut bien s’exclamer « les concepts de nation, de peuple et de race ne sont jamais très éloignés », l’histoire même de la France en est un démenti flagrant. Car justement, comme le souligne Emmanuel Todd « La contribution principale de la France à l’histoire de l’humanité est d’avoir fait échapper la démocratie à sa gangue ethnique originelle et défini un corps de citoyen sans référence aux notions de race et de sang ». Seule une bien faible perméabilité à la nuance peut faire confusion et amalgame entre race et peuple, entre nation et racisme. La conception même de la Nation française depuis Ernest Renan dément une telle approximation. En outre, comment pourrait-on concevoir une démocratie sans citoyens qui exercent leur droit de vote ? Or, qu’est-ce qu’un citoyen si ce n’est un individu qui assume un héritage et se reconnaît dans des valeurs et dans un projet collectifs ? Ce citoyen n’est-il alors pas membre d’un peuple, d’une nation ? A contrario, comment pourrait-on faire vivre ensemble des individus qui ne se reconnaissent rien de commun, ni héritage, ni valeurs, ni projet ? Comment pourraient-ils alors adhérer un projet collectif ? Et la démocratie n’est-elle pas l’un des plus grands, sinon le plus grand, projet collectif qui soit ? Sans peuple, sans nation, il ne peut y avoir de démocratie. Il ne peut d’ailleurs pas, non plus, y avoir de culture, puisqu’il ne peut plus y avoir ni héritage ni valeurs partagés. Pour exister, la démocratie doit se reconnaître un dedans. Et pour avoir un dedans, il faut bien avoir un dehors, ceci ne dégénérant point automatiquement en une quelconque xénophobie supposée inhérente à la Nation. Ce n’est pas parce que j’aime ma famille que je déteste mes voisins et or l’Europe, il demeure en ce monde à peu près 170 Etats-Nations qui pour l’immense majorité d’entre eux vivent en paix depuis des décennies.

Lire la suite sur le blog de L'Oeil de Brutus

constituante démocratie Europe réforme politique France constitution association alliance

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site