Ce que le classement PISA dit de notre système éducatif - par Laurent Pinsolle

  • Par arsin
  • Le 06/12/2013
  • Commentaires (0)

Par Laurent Pinsolle, sur son blog

Bien sûr, les classements internationaux n’ont pas tous de la valeur. Certains étant mal faits, d’autres biaisés idéologiquement. Mais l’étude PISA a bonne réputation et ses résultats vont globalement dans le sens de ce que l’on ressent. Les résultats de la France sont mauvais, mais moins que certains ne le disent.
Une situation très médiocre stabilisée
Bien sûr, la France perd trois rangs dans le classement en mathématiques, reculant à la 25ème place. Mais outre le fait qu’il y ait 65 pays classés, notre score est stable, la glissade ayant eu lieu de 2000 à 2006. Sur le seul périmètre des pays de l’OCDE, nous pointons en 18ème place sur 34. Bien sûr, ce n’est pas glorieux, d’autant plus que la France avait une bien meilleure position en mathématiques dans le passé, mais nous sommes devant les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Espagne ou l’Italie. En revanche, il faut noter que l’Allemagne fait un grand bon en avant et nous dépasse nettement.
Même si les mathématiques étaient la matière principale du millésime 2012 de cette étude, il faut modérer la sinistrose en notant que nos résultats ont légèrement progressé en sciences, où nous passons de la 27ème à la 26ème place sur 65, malgré de nouveaux pays étudiés. Idem pour la compréhension écrite, où la France retrouve son score de 2000, après la baisse de niveau constatée en 2003 et en 2006, prolongeant la reprise notée en 2009. Du coup, nous maintenons notre 21ème place dans ce domaine, sur 65. Enfin, si les inégalités sont extrêmement préoccupantes, elles se stabilisent pour la première fois.
De gros points noirs prévisibles

Naturellement, il ne s’agit pas de se satisfaire de résultats aussi médiocres, d’autant plus, que, comme le souligne le Monde, la France apparaît comme « championne des inégalités ». En effet, en compréhension écrite, les meilleurs élèves progressent quand les moins bons régressent. Comme le montre le graphique du Monde, nous affichons une des plus grandes disparités de l’étude, avec un premier quart des élèves classés 13ème sur 65 en mathématiques quand le dernier quart n’est que 33ème ! Dans aucun autre pays de l’OCDE, le statut social ne joue un rôle aussi important dans le niveau de l’élève.

Lire la suite sur le blog de Laurent Pinsolle

France lettrés classes social éducation classement élèves mathématiques inégalité Corée déclin PISA place sciences

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×