Chypre, l'île piratée - par Tomgu, Y.Duval, J.Halpern et Descartes

  • Par arsin
  • Le 25/03/2013
  • Commentaires (0)

Commentaire de Pablito Waal : La décision de taxation sur les dépôts ne relève pas, contrairement à ce que dit Tomgu, d'une politique "ultralibérale", bien au contraire...Mais au moins, Tomgu ne s'est jamais dit de gauche, contrairement aux partis qui, en France, s'élèvent soudain en défenseurs absolus de la propriété privée. L'analyse la plus percutante parmi celles qui suivent me semble être celle de Descartes, qui considère que, plus que la taxation elle-même, c'est son imposition par l'Eurozone - par l'Allemagne, soyons clair - qui est le plus grand couac de ce nouveau rebondissement euroméditerranéen...

Addendum du 28/03 : lire aussi le texte de Joël Halpern, qui reprend en partie la position de Descartes.

chypre.jpg

Plumer les banques pour sauver les peuples, pas l'inverse ! - par Tomgu 

Chypre : pour sauver l'euro et les banques, ils volent les épargnants - par Yohann Duval 

Le prix Nobel de la paix déclare la guerre au bon sens - par Yohann Duval 

Chypre, miroir de l'Europe - par Descartes 

Quelques remarques sur la crise chypriote - par Joël Halpern, repris sur le site de V.A.R.

 


 

Plumer les banques pour sauver les peuples, pas l'inverse ! - par Tomgu 

Sauve qui peut ! Voila qui pourrait résumer les scènes de cohue aperçues ces derniers jours à Chypre. En effet, depuis l'annonce de ce "plan de sauvetage", des milliers de Chypriotes se sont pressés aux guichets des banques pour vider leurs comptes bancaires, ce qui n'est pas sans rappeler la crise de 1929 durant laquelle des millions d'américains avaient fait de même.

Si cette mobilisation populaire massive est on ne peut plus logique et compréhensible, on peut malgré tout penser que ces efforts seront vains dans la mesure où les autorités auront sûrement pris leurs précautions pour contrecarrer ce phénomène.

Cela étant, il s'agit clairement d'une mesure singulière. Singulière au niveau européen dont c'est la première mise en œuvre. Mais singulière également sur le principe même de cette taxation. A mon sens, il ne s'agit ni plus ni moins que d'une "spoliation (il)légale", pour ne pas dire un vol en bonne et due forme des citoyens.

Car c'est bien de cela dont il est question en vérité. De fait, toute personne ayant des avoirs domiciliés sur l'île s'en verra déposséder d'une partie sans pouvoir s'y opposer. De là à y voir une remise en cause du droit de propriété …

Lire la suite sur le blog de  Tomgu

 


 

Chypre : pour sauver l'euro et les banques, ils volent les épargnants - par Yohann Duval 

Samedi 16 Mars, l'Eurogroupe (c'est à dire les ministres des finances de la zone euro), la Banque Centrale Européenne (BCE) et le FMI se sont mis d'accord pour accorder à Chypre une aide exceptionnelle de 10 milliards d'euros. L'île était le 5ème pays de la zone à formuler une demande d'aide, après la Grèce, l'Irlande, le Portugal et l'Espagne. Les efforts demandés en contrepartie sont comme toujours considérables, mais cette fois, les "sauveurs de l'euro" ont innové : ils ont décidé de s'attaquer à tous les épargnants.

Un prélèvement sur tous les comptes bancaires

Pour générer de nouvelles recettes, l'accord prévoit effectivement d'instaurer un prélèvement minimum de 6,75% sur tous les dépôts du pays (9,9% pour les comptes de plus 100 000 euros). Cette décision scandaleuse a été mise en application avant même le vote du Parlement chypriote : les montants correspondants ont été gelés sur les comptes des clients concernés et la réouverture des banques n'aura pas lieu avant Jeudi au plus tôt.

Lire la suite sur le blog de Yohann Duval

 


 

Le prix Nobel de la paix déclare la guerre au bon sens - par Yohann Duval

Il y a quelques mois, nous étions les victimes d'une blague de mauvais goût venue de Norvège : le prix Nobel de la paix était offert à l'Union Européenne, alors même que la colère des peuples montait en son sein et qu'elle s'essuyait les pieds sur la souveraineté nationale des États membres. L'armada des européistes s'époumonait néanmoins pour célébrer cette récompense et louer les bienfaits de la déesse Europe, comme à l'accoutumée. Depuis, les événements à Chypre sont venus ramener à la réalité les plus fanatiques défenseurs de la construction européenne : désormais, celle-ci ne se fait plus seulement sans les peuples, mais littéralement contre eux.

Le plan de "sauvetage" de Chypre , après avoir été vivement contesté, a finalement été rejeté par le Parlement. Plutôt que d'envisager de nouvelles négociations, la Banque Centrale Européenne a choisi l'épreuve de force : méprisant le résultat du vote, elle a décidé de soumettre les Chypriotes à un blocus monétaire . Elle leur ordonne d'accepter le plan de sauvetage, sans quoi elle cessera d'alimenter l'île en liquidités.


Lire la suite sur le blog de Yohann Duval

 


 

Chypre, miroir de l'Europe - par Descartes

La nouvelle a échappé à beaucoup de commentateurs. Le 19 mars, suite à la fermeture des banques chypriotes, un porte-parole du ministère de la Défense britannique a confirmé l'envoi d'un million d'euros en billets par avion spécial de manière à permettre au personnel britannique en poste sur l'île et à leurs familles de disposer d'argent liquide. Le même porte-parole a déclaré: "Nous sommes déterminés à faire tout notre possible pour minimiser l'impact de la crise bancaire à Chypre sur nos concitoyens".

Cette déclaration ne fait que confirmer ce que les eurosceptiques ont dit depuis des années: l'Europe n'est pas une nation. Nous pouvons compter sur l'Europe pour nous expliquer comment il faut étiqueter la viande où installer les portes des ascenseurs. Mais quand les choses vont mal, quand la situation est critique, quand les citoyens ont besoin de l'appui et de la solidarité de leurs concitoyens, ce n'est pas sur l'Europe qu'ils peuvent compter. Ce n'est que de leur bonne vieille nation, cette pelée, cette galeuse dont on faisait il n'y a pas si longtemps - certains le font encore - l'incarnation de "l'égoïsme", du "repli" (1), que peut venir le salut. Et si votre nation, celle dont vous êtes citoyen et qui vous doit de ce fait une solidarité inconditionnelle, n'a pas les moyens de vous protéger, vous êtes, comme on dit vulgairement, dans la merde. A-t-on entendu un représentant de l'Union Européenne déclarer que "nous sommes déterminés à faire tout notre possible pour minimiser l'impact de la crise bancaire de Chypre sur les citoyens européens" ? A-t-on vu Bruxelles envoyer des billets pour permettre aux citoyens européens en poste dans l'île de disposer des liquidités ? Bien sur que non. L'Europe est muette sur cette question pourtant essentielle. Lorsqu'elle parle de protéger, c'est des consommateurs qu'elle parle, pas des citoyens.

Lire la suite sur le blog de Descartes

 

 

Quelques remarques sur la crise chypriote - par Joël Halpern, repris sur le site de V.A.R.

  1. La « prospérité » de Chypre depuis 2000 tenait à l’hypertrophie de son secteur bancaire (20% du PIB en 2012 contre 4.5% en France)[1]. Les capitaux d’Europe et de Russie sont attirés par le laxisme de la réglementation bancaire (néanmoins renforcée après l’adhésion à l’UE en 2004) et le taux très faible de l’impôt sur les sociétés (10% contre 34% en France).
  2. Les banques chypriotes sont très liées aux opérations avec la Russie, présente également dans leur actionnariat. Elles abritaient une grande partie de la trésorerie des entreprises russes opérant en Europe, et, vraisemblablement, l’argent « sale » attiré par le secret bancaire.
  3. Ce statut de paradis fiscal, que Chypre partageait entre autres avec le Luxembourg, compromet les règlementations fiscales nationales et permet les opérations frauduleuses. Il s’accompagnait d’un contrôle prudentiel laxiste de ces banques, dont l’attrait tenait également à des rendements élevés appuyés sur des prises de risques excessives.
  4. Cette situation était connue des autorités européennes qui ne s’en sont pourtant émues qu’à partir de 2012, quand la décote des titres grecs a plongé les banques chypriotes dans l’insolvabilité.

Lire la suite sur le blog de Joël Halpern, repris sur le site de V.A.R.

propriété libéral monnaie rente casino taxation banque dépôt euro UE Chypre

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×