Comprendre la non-viabilité de la zone euro (2/5)- par L'Oeil de Brutus

  • Par arsin
  • Le 03/07/2012
  • Commentaires (3)

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

http://loeildebrutus.over-blog.com


bce


Note de l'ARSIN : Pylome et Therul étant des métaphores de la France et de l'Allemagne, toutes deux membres de l'OTAN, on a bien du mal à imaginer une option militaire de la part de l'Allemagne en réponse à un éventuel protectionnisme français...

Pour accéder à la première partie de cet article : cliquer ici

2ePARTIE

Solution 1 (S1).

Therul et Pylome se conçoivent comme un peuple unit, c'est-à-dire qu’à travers une identité et des valeurs communes, ils s’imaginent un avenir commun. Dans ce cadre, ils conçoivent l’un et l’autre des sacrifices au profit de cet avenir.

Pour cela, Pylome doit commencer par se débarrasser de son oligarchie corrompue et accepter une réforme fiscale et administrative d’ampleur qui conduit tout à chacun à contribuer à l’effort national à hauteur de ses capacités.

Mais paradoxalement, c’est du côté de Therul que l’effort doit être le plus important. Il doit admettre qu’il est nécessaire de mettre fin au mercantilisme vampirique et mortifère à l’égard de son voisin. Pour cela, il doit mettre en place une revalorisation de ses salaires et de sa fiscalité mais surtout il doit accepter, par solidarité, des transferts financiers massifs (et non des crédits) vers Pylome  afin que celui-ci redynamise son économie.

 

Solution 2 (S2).

 Lire la suite sur le blog de l'Oeil de Brutus

euro France Allemagne crise déficit corrompu élites impôt austérité fiscale transferts Union solidarité dévaluation

Commentaires (3)

1. L'oeil de Brutus (site web) 06/07/2012

Pour répondre à l'observation de l'ARSIN :
Si Therul et Pylome appartiennent à une alliance de type militaire (par exemple l’OTAN pour ne pas la citer …), on pourrait objecter qu’une confrontation armée serait impossible. C’est méconnaître l’histoire et croira à l’éternité des alliances. Dans la Grèce antique, Athènes avait mis au point la Ligue de Délos pour lutter contre les invasions perses à l’issue des guerres Médiques (Ve siècle avant JC), regroupant autour d’elle la plupart des cités grecques de la Mer Egée. Mais devant les exigences de plus en plus contraignantes des Athéniens, la ligue s’est progressivement dissolue avant de se retourner contre son maître.

Rien n’exclut donc, à moyen terme, une confrontation entre membres d’une même alliance. En outre, Therul peut très bien tirer excuse de l’anarchie issue des troubles sociaux en Pylome pour y mener une opération de « rétablissement de l’ordre », y compris d’ailleurs dans le cadre d’une clause d’assistance mutuelle de la dite alliance (telle qu’elle existe également dans l’Union européenne, article 42 paragraphe 7 du traité de Lisbonne).

NB : Theruk et Pylome ne sont pas forcément des métaphores de l'Allemagne et de la France (voir la suite).
(mis à jour sur mon blog).

2. arsin (site web) 07/07/2012

Bonjour, merci de ce commentaire. Peut-être que Pylome et Therul ne sont pas la France et l'Allemagne, mais si je reste quand même dans cette hypothèse, l'option militaire du pays exportateur (Allemagne) contre le pays qui déciderait de fermer ses frontières et de faire défaut sur ses dettes (France) est peu probable. D'une part, parce que toute agression contre un pays de l'OTAN signifie que tous les autres membres entreraient en guerre contre l'agresseur, fut-il OTAN lui-même - il s'en serait exclu de fait. C'est sous ce prétexte, utilisé fallacieusement, que nous nous sommes retrouvés en Afghanistan en 2001. Ensuite, l'Allemagne, si elle déclarait la guerre à la France, s'attaquerait à une puissance nucléaire, d'un pays plus jeune qu'elle. Et les tentatives de passage par le Bénélux seraient nettement plus compliquées aujourd'hui qu'en 1914 ou 1940, sans compter que l'Allemagne n'aurait pas l'Italie ou d'Autriche-Hongrie dans son camp...
Enfin bon, trêve de divagations. Personne n'a envahi l'Argentine depuis sa sortie de crise. Les interventions de pays occidentaux se font en général contre des pays de petite taille ou peu développés (Serbie, Libye, Afghanistan, Iraq), et isolés face à une coalition. La configuration de l'Europe actuelle entre pays exportateurs et importateurs, entre les "Pylome" et "Therul" n'est pas tout à fait la même.

3. L'oeil de Brutus (site web) 08/07/2012

A court terme je vous rejoins entièrement.
Mais à moyen et long terme, les hypothèses sont toutes autres. C'est déjà un miracle que l'OTAN ait survécu à la fin de la guerre froide et ce n'est le cas que de part l'emprise du leadership américain. Or, les Etats-Unis se détournent progressivement de l'Europe, d'une part parce que ce n'est plus leur intérêt et d'autre part parce qu'ils n'ont plus les moyens d'assurer la tutelle militaire d'un continent qui ne leur apporte rien dans le domaine (sur le sujet, je vous conseille cet ouvrage : http://www.oeuvre-editions.fr/La-nouvelle-impuissance-americaine ainsi que Emmanuel Todd, Après l'Empire). Donc, rien ne garantit que dans 10 ou 20 ans, l'OTAN existe encore ou ne soit pas juste une organisation moribonde dont toute le monde se fout (comme l'UEO par exemple).
Par ailleurs, une intervention armée ne prend pas forcément la forme d'une guerre "classique". On peut très bien imaginer que la Grèce - ou un autre-, sous la pression sociale, sombre en plein chaos et qu'alors, à la demande même de son ersatz gouvernement technocratique et néolibéral, ses créanciers montent une "opération de maintien de la paix" pour y rétablir l'ordre.
Par contre, effectivement, un conflit sous quelques forme que ce soit, entre la France et l'Allemagne est hautement improbable à moyen terme, surtout au vue du très faible effort de défense de la seconde.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×