Courrier du Coeur - par Jean Robin

  • Par arsin
  • Le 14/11/2012

Par Jean Robin... et Pablito Waal

J'ai reçu une réponse de Jean Robin à mon dernier article, également publiée sur Enquête & Débat (ce qui change des mails privés rageurs) :

Commentaire d’E&D : Pablito Waal n’a pas lu mon livre, c’est donc lui le bouffon [d'abord, hein, na!], qui parle de ce qu’il n’a pas lu. Se baser uniquement sur l’extrait que je publie n’est pas sérieux. Je ne me prétends pas historien, mais journaliste, qui peut citer des historiens notamment (si c’est encore permis par sieur Waal). Par ailleurs on ne juge pas un livre à sa couverture, tout comme on ne juge pas un être humain à sa couleur de peau. C’est la base. Enfin, Pablito Waal est communiste, normal qu’il se sente visé et par la livre noir de la gauche, et par la livre noir du communisme. Espérons qu’il acceptera la publication de ce commentaire de droit de réponse sur son site, mais rien n’est sûr car le communisme n’est pas pour la liberté d’expression.

Réponse de Pablito Waal :

L'article s'est basé entièrement sur ce que j'ai lu, à savoir :

- le sommaire qui montre l'incohérence du sujet;

- et l'extrait sur le Front Populaire et la défaite de 1940 qui est un acte de désinformation historique.

Je n'ai jamais prétendu juger tout le livre puisque je ne l'ai pas lu. En revanche, j'ai expliqué pourquoi un livre noir de "la gauche" (même en se restreignant au cadre français comme c'est l'objet du livre, apparemment) n'avait aucun sens, tout comme un éventuel livre noir de "la droite".

De plus, au sujet de l'extrait sur le Front Populaire et 1940, dans la mesure où l’auteur a choisi de publier cette prose comme « vitrine » de son livre, voir des thèses montrant un tel mépris des faits au profit d'objectifs politiques (accuser "la Gauche" d'être responsable de la défaite française et de la Shoah...) me dispense de verser un sou pour lire le reste. Si maintenant Jean Robin reconnaît qu’il a publié un mauvais extrait, libre à lui.

L’article que j’ai signé n’est en rien injurieux, contrairement à Jean Robin ayant insulté le Cercle des Volontaires dans une récente vidéo et pour une mauvaise raison. En parlant de « bouffonnerie », je m’attaque au travail, pas à la personne (contrairement à ce que fait Jean Robin dans sa réponse).  L'article est certes persifleur et déborde sur de nombreux sujets connexes, mais il faut dire que le sujet accumule, depuis quelques temps, les motifs de remarque(s).

Et pour finir, oui, l’idée même d’un « Livre Noir de la Gauche » me déplaît, car comme le Livre Noir du Communisme, il s’agit d’une tentative de condamnation de tout un pan de la pensée humaine.  On a tout à fait le droit de s’attaquer à un régime bien particulier ou à une coalition de régimes, en s’attaquant aux personnes effectivement responsables (un livre noir du Pacte de Varsovie ou de la IIIème Internationale serait parfaitement légitime) dans le but d’en faire un procès.

On peut aussi attaquer un système, c’est-à-dire quelque chose qui se retrouve régulièrement dans les sociétés humaines et qui n’a pas été inventée par une seule personne ou un seul parti. Et ce dans le but, non pas d’éradiquer totalement les systèmes en question (ce qui est impossible), mais de montrer leurs limites et d’appeler à y réagir. Ainsi, un « livre noir de l’économie planifiée », « de l’administration » ou au contraire « du marché » sont tout à fait justifiables. Tout comme le serait un livre noir du « capitalisme » défini comme système concret (que personne n’a inventé), sans attaquer les idées des gens qui défendent le capitalisme (car, très généralement, ces gens défendent leur vision du capitalisme).

Mais sur des idées, ou courants de pensée qui n’atteignent toujours la réalité que de façon partielle et déformée par le contexte historique, les livres noirs n’ont pas d’intérêt. Les polémiques sur des faits peuvent s’éteindre. Les idées, elles, naissent mais ne meurent pas, quelles qu’elles soient ; il n’y a pas de « bataille finale » possible.

Faites-vous y, monsieur Robin : comme toute les idées, le socialisme est immortel.

 

Robin éditeur journaliste histoire politique droite gauche livre noir réponse bouffon injure

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site