Courrier du Coeur - par Jean Robin

  • Par arsin
  • Le 14/11/2012
  • Commentaires (6)

Par Jean Robin... et Pablito Waal

J'ai reçu une réponse de Jean Robin à mon dernier article, également publiée sur Enquête & Débat (ce qui change des mails privés rageurs) :

Commentaire d’E&D : Pablito Waal n’a pas lu mon livre, c’est donc lui le bouffon [d'abord, hein, na!], qui parle de ce qu’il n’a pas lu. Se baser uniquement sur l’extrait que je publie n’est pas sérieux. Je ne me prétends pas historien, mais journaliste, qui peut citer des historiens notamment (si c’est encore permis par sieur Waal). Par ailleurs on ne juge pas un livre à sa couverture, tout comme on ne juge pas un être humain à sa couleur de peau. C’est la base. Enfin, Pablito Waal est communiste, normal qu’il se sente visé et par la livre noir de la gauche, et par la livre noir du communisme. Espérons qu’il acceptera la publication de ce commentaire de droit de réponse sur son site, mais rien n’est sûr car le communisme n’est pas pour la liberté d’expression.

Réponse de Pablito Waal :

L'article s'est basé entièrement sur ce que j'ai lu, à savoir :

- le sommaire qui montre l'incohérence du sujet;

- et l'extrait sur le Front Populaire et la défaite de 1940 qui est un acte de désinformation historique.

Je n'ai jamais prétendu juger tout le livre puisque je ne l'ai pas lu. En revanche, j'ai expliqué pourquoi un livre noir de "la gauche" (même en se restreignant au cadre français comme c'est l'objet du livre, apparemment) n'avait aucun sens, tout comme un éventuel livre noir de "la droite".

De plus, au sujet de l'extrait sur le Front Populaire et 1940, dans la mesure où l’auteur a choisi de publier cette prose comme « vitrine » de son livre, voir des thèses montrant un tel mépris des faits au profit d'objectifs politiques (accuser "la Gauche" d'être responsable de la défaite française et de la Shoah...) me dispense de verser un sou pour lire le reste. Si maintenant Jean Robin reconnaît qu’il a publié un mauvais extrait, libre à lui.

L’article que j’ai signé n’est en rien injurieux, contrairement à Jean Robin ayant insulté le Cercle des Volontaires dans une récente vidéo et pour une mauvaise raison. En parlant de « bouffonnerie », je m’attaque au travail, pas à la personne (contrairement à ce que fait Jean Robin dans sa réponse).  L'article est certes persifleur et déborde sur de nombreux sujets connexes, mais il faut dire que le sujet accumule, depuis quelques temps, les motifs de remarque(s).

Et pour finir, oui, l’idée même d’un « Livre Noir de la Gauche » me déplaît, car comme le Livre Noir du Communisme, il s’agit d’une tentative de condamnation de tout un pan de la pensée humaine.  On a tout à fait le droit de s’attaquer à un régime bien particulier ou à une coalition de régimes, en s’attaquant aux personnes effectivement responsables (un livre noir du Pacte de Varsovie ou de la IIIème Internationale serait parfaitement légitime) dans le but d’en faire un procès.

On peut aussi attaquer un système, c’est-à-dire quelque chose qui se retrouve régulièrement dans les sociétés humaines et qui n’a pas été inventée par une seule personne ou un seul parti. Et ce dans le but, non pas d’éradiquer totalement les systèmes en question (ce qui est impossible), mais de montrer leurs limites et d’appeler à y réagir. Ainsi, un « livre noir de l’économie planifiée », « de l’administration » ou au contraire « du marché » sont tout à fait justifiables. Tout comme le serait un livre noir du « capitalisme » défini comme système concret (que personne n’a inventé), sans attaquer les idées des gens qui défendent le capitalisme (car, très généralement, ces gens défendent leur vision du capitalisme).

Mais sur des idées, ou courants de pensée qui n’atteignent toujours la réalité que de façon partielle et déformée par le contexte historique, les livres noirs n’ont pas d’intérêt. Les polémiques sur des faits peuvent s’éteindre. Les idées, elles, naissent mais ne meurent pas, quelles qu’elles soient ; il n’y a pas de « bataille finale » possible.

Faites-vous y, monsieur Robin : comme toute les idées, le socialisme est immortel.

 

Robin éditeur journaliste histoire politique droite gauche livre noir réponse bouffon injure

Commentaires (6)

1. PeuImporte 14/11/2012

Un article qui tombe alors que je viens de finir votre critique du " livre noir de la gauche " et que , ne vous connaissant pas , je m'intéressais un peu plus à vos publications.

Votre critique d'abord .
elle est salutaire tellement ce personnage a des convictions qui frôlent l'autisme : la gauche c'est mal.Évidemment on peut le penser mais , comme vous l'avez démontré , ça ne dispense pas d'une rigueur minimum pour qui se prétend journaliste.
L'article est bien écrit , argumenté , sourcé comme il se doit et je prendrais un plaisir certain à creuser le sujet .
Tout irait bien sur le meilleur des blogs si ce n'est la curiosité qui me poussa à prendre connaissance de vos publications et donc des liens proposés .
Petite rotation de la tête vers la droite : " nos partenaires " -> " cercle des volontaires "
Dans l'article vous parlez de ce cercle et de ses " démélées " avec robin, là encore avec pertinence , et vous mettez très bien en exergue la définition très particulière qu'a Robin des mots employés pour définir de grands principes .
Mais de là à avoir ce cercle en sources ....
Ce site ou blog , dirigé par des jeunes personnes que je qualifie d'immatures ( oui vous avez bien lu ), se prétendant de gauche alors qu'on les imagine retrouver difficilement le chemin de la maison et qui nagent en plein conspirationnisme ? c'est à se demander si au lieu d'une critique constructive je n'ai pas lu un réglement de compte , ce qui enlèverait de son attrait et surtout de son objectivité bien que , je me répète , celui-ci est salutaire et recadre bien des choses .
Étonnement donc , mais poursuivons en googlelisant votre nom .Un article sur ce fameux cercle : " Interview de Moustafa Mouffock à propos de la Syrie " .L'article commence par " Le Cercle des Volontaires a rencontré Moustafa Mouffock," Étrange .Seriez-vous de ce cercle , je m'en fiche un peu .D'ailleurs je n'ai pas écouté cette rencontre car le sujet est entouré de trop de fantasmes , surtout venant de leur part .Dans un entretient que j'ai lu , Raphael Berland , disait que 90 % des infos d médias " mainstream" seraient vrai .Le cercle se penche sur le 10 % restant , c'est son droit , seulement je serais curieux de savoir ce qu'il trouve de pertinent , histoire de voir si celà ne télescope pas ce qu'ils disent du reste. A mon avis ...
Et donc à ce stade c'est la méfiance qui prévaut , surtout que j'ai oublié de préciser que le cercle a de contacts avec une mouvance plus que nauséabonde. Je parle évidemment du réseau Voltaire et plus particulièrement d' Alain Bénatruc . Normalement je devrais chercher l'orthographe de son nom mais s'agissant de lui je m'en dispense.Tout comme je me dispenserai de préciser ce qu' il y a de conspirationniste chez eux , faut pas pousser.Peut-être une précision utile lorsqu'on utilise ces qualificatifs : je ne fais partie d'aucune organisation structurée , surtout pas d'extrème gauche .Par contre j'ai ma part d'anti fascisme et les articles qui tendent à défendre des dictatures ou à enfumer le lecteur avec de la géo-stratégie de maternelle , là non .
Un article sur Agoravox : " Une crise qui n’est pas financière : contre Myret Zaki, Lordon, Généreux et alii " repris du blog " La lettre volée "
Mais dites-moi ...la lettre volée -> Edgar ; Edgar -> UPR ; UPR -> cercle des volontaires ; cercle des volontaires -> Pablito Waal .Ça fait pas un peu beaucoup non ?D'autant plus que Robin tape sur beaucoup de monde , y compris l' UPR .
Évidemment je ne parle pas de complot et j'imagine volontier Asselineau et Édgar bien loin de tout ça .Mais pour le moins ça pourrait expliquer un certain énervement à l'encontre de Robin .Énervement d'autant plus grand de la part d' Heckle & Jeckle ( C'est la fin , je me lâche ) qui n'ont pas les outils intellectuels pour riposter .D'ailleurs vous reprenez leur défense mais à ce moment la lecture change .
Je vous donne toujours raison dans ce que vous écrivez , je ne vous ai pas lu tendre avec Robin mais je comprends assez facilement et il n'y a pas de quoi s'offusquer de sa part , il le mérite bien .Par contre votre article sert à régler des comptes que d'autres sont incapables de mener.Alors au risque de leur donner plus de crédit qu'ils n'en méritent , je préfère tempérer votre démarche par ce long et peut-être ennuyeux commentaire .
Bien à vous .

2. arsin (site web) 14/11/2012

Bonjour,
merci de ce commentaire.

D'abord, je confirme que la motivation première de cet article est bien la thèse que Robin fait sur le "manque de préparation [de la France] face à Hitler" imputé au Front Populaire. Ce n'est pas la défense du Front Populaire qui m'anime en soi (ancien membre d'un parti de gauche, je suis lassé des hagiographies sur le "Front Popu" et les grands totems tels que la loi des 40h et la marche "inexorable" vers la réduction du temps de travail). Mais la thèse de Robin (en fait reprise d'une vieille antienne de droite) est injurieuse pour la France, car elle reprend la théorie, très appréciée des anglo-saxons, des français qui n'avaient rien vu venir (ce qui n'est que partiellement vrai), de l'armée française qui s'était effondrée comme un chateau de cartes, des soldats français qui s'étaient débandés faute de matériel (et de courage). Tout cela est faux, même si la raison de la défaite française est honteuse (en premier le découvrement des Ardennes, pourtant dénoncé par un rapport ministériel en mars 40).
Après, dans la mesure où je ne veux pas passer mon temps à parler de Jean Robin (que j'ai connu personnellement), j'ai mis dans un même texte plusieurs griefs, d'où l'aspect un peu "règlement de comptes".

Pour le Cercle des Volontaires : un partenaire n'est pas une source. Dans ce méta-blog qu'est l'ARSIN, et que je gère de fait seul, je trie les articles, et je ne reprends pas tous ceux du Cercle. Je ne partage pas certains intérêts du Cercle des Volontaires, notamment l'antisionisme. Partisan de la solution des deux états, je suis surtout contre la surmédiatisation donnée à l'Israël-Palestine, soit moins de 2% de l'humanité. Bien qu'il y ait une catégorie "Moyen-Orient" sur www.arsin.fr, je publie très peu d'articles sur le conflit israélo-palestinien.
Dans le Cercle des Volontaires, il y a aussi quelques divergences d'opinion. Un membre au moins est pro-nucléaire, deux si on me compte, alors que les autres membres du Cercle ne le sont pas.
Je me suis mis en contacte avec le Cercle parce qu'ils représentent une volonté d'agir en politique par la création d'un média amateur, et par des actions symboliques (leur crémation de drapeau européen lors du vote du traité instituant le MES a compté pour, même si ce n’est qu’un symbole assez dérisoire en soi). C’est donc principalement la volonté d’action avec des gens que j’estime honnêtes, matures ou pas, qui fait ma coopération avec eux.

Pour l’interview de Moustafa Mouffock, économiste syrien plutôt pro-Bashar al Assad : pour tout dire, cette interview s’est faite dans le cadre de la préparation d’un débat entre un pro- et un anti-Bashar (Mr. Mouffock étant le pro-) qui s’est tenu fin septembre en Île de France. Le film final est sur le point d’être achevé et diffusé sur le Net, ce dont l’ARSIN parlera, puisque j’ai été l’initiateur du projet. J’apparais dans le débat comme arbitre. Le principe de ce débat, outre l’alternance des temps de parole équitables et le focus sur les sources, est que les deux intervenants connaissaient déjà la ligne argumentative et les sources de référence de leur adversaire. Or, l’intervenant anti-Bashar a déjà un site militant (http://syrianfacts.wordpress.com/) connu de Mr. Mouffock. Cet interview a donc surtout eu pour but de mettre en ligne un aperçu des arguments de Mr. Mouffock, avant la date du débat, pour que son opposant puisse savoir à qui il allait avoir affaire. Ce qui explique que l’interview soit totalement neutre et non contradictoire, puisqu’il s’agissait de préparer un débat en terrain impartial.
Sur www.arsin.fr, j'ai publié des articles pro- et anti-rébellion syrienne, le débat étant l'intérêt de l'ARSIN. A titre personnel, je n’ai aucune empathie pour le régime de Bashar Al-Assad. Lorsqu'un article me semble intéressant à discuter même si je suis très opposé à son propos, je poste en en-tête une source contradictoire.

Ensuite, oui, Edgar de La Lettre Volée est bien membre de l’UPR (enfin aux dernières nouvelles) comme plusieurs membres du Cercle. Cependant, le Cercle est une structure autonome de l’UPR. Et à ma connaissance, Edgar et le Cercle n’ont pas de liens. Le fait qu’ils soient tous deux partenaires de l’ARSIN ne les engage en rien.
Voilà, en espérant ne pas être trop confus. Par contre, je n’ai pas compris la référence à Heckle&Jeckle…

Pablito Waal

3. PeuImporte 15/11/2012

Bonsoir et merci de la réponse qui me rassure sur vos positions par rapport au cercle , si toutefois javais besoin de l' être , et même sur le cercle lui-même ,.le " Heckle&Jeckle " était de la méchanceté gratuite , je m'en excuse s'ils me lisent .Mon passage sur Edgar et l' UPR est peut-être de trop mais il faisait partie du raisonnement qui se terminait par une suspicion de vos motivations , vous avez eu la gentillesse de vous en expliquer et je n'ai pas à en douter .
vous m'apprenez que dans l'interview il y avait syrianfacts comme intervenant , alors grosse erreur de ma part de ne pas l'avoir écouter tant j'estime cette personne , ce sera corrigé bientôt .
Je termine par une petite note d'humour .
Jean Robin interviewé par Riposte Laîque :

" ... la Sécurité Sociale (SS) obligatoire (communiste), l’URSSAF (notez le sigle URSS) ... "

Bien à vous.

4. Bastien 15/11/2012

J'avoue ne pas vous suivre: vous dites ne pas voir l'intérêt d'un "livre noir du communisme", mais vous vous dites favorable à "un livre noir du « capitalisme » défini comme système concret ". Le communisme est aussi un système concret. Kolakowski et Soljenitsyne ont fait un travail remarquable là-dessus.

Quant au"Livre noir du communisme", il est très bien référencé, je ne vois pas pourquoi on hausse les épaules à chaque fois qu'on le mentionne (mais bon, ce livre est plus condamné qu'encensé, même s'il est peu lu). On le désigne aussi souvent comme un livre anticommuniste, mais tous les auteurs qui ont contribué à cet ouvrage ne le sont pas, contrairement à ce qu'on aime dire.

Vous dites aussi que ce livre vous déplaît parce qu'il "s’agit d’une tentative de condamnation de tout un pan de la pensée humaine". Et alors? Toute pensée est contestable et les communistes sont bien assez grand pour supporter qu'on critique leur idéologie. On ne va pas se priver de critiquer une idéologie parce que plein de gens y ont cru et y croient encore. Où irait-on sinon?

5. Bastien 15/11/2012

Ceci dit, pour ne pas paraître agressif ( les commentaires peuvent être mal interprétés), j'ai bien aimé cet article, même si je ne suis pas d'accord avec tout: http://www.arsin.fr/blog/la-bouffonnerie-historique-de-jean-robin-par-pablito-waal.html

En tout cas, le travail de recherche était costaud et bien présenté.

6. arsin (site web) 15/11/2012

Bonjour,

si vous relisez mon article, vous verrez que je donne la clé de ce qui vous étonne : pour faire des "livres noirs", il faut se baser sur ce qui est concret. Par exemple, un régime particulier, ou un système économique particulier. Vous pouvez faire le procès des économies planifiées en jugeant leurs résultats factuels. Vous pouvez faire un livre noir des entreprises publiques, de tous les secteurs publics des différents états du monde. Cela fait partie du débat public.
Pour ma part, quand je parle de livre noir du capitalisme (il y a déjà eu des tentatives, pas toujours fructueuses vu la difficulté de cerner le sujet), je parle d'une étude critique contre un mode d'enrichissement : l'enrichissement par la propriété, dans le cadre d'une économie plus ou moins marchande, et en dehors d'un système féodal. Dès lors que l'on peut s'enrichir par ses droits de propriété, et toucher intérêts, dividendes, loyers, réunir le capital productif entre les mains d'une minorité...et que cela n'est pas marginal dans l'économie, alors il y a capitalisme. Il ne faut surtout pas confondre capitalisme et libéralisme. Certains (libéraux surtout) disent qu'il n'y a plus de capitalisme dès lors que l'on n'est plus dans une économie de marché (très) libérale. Or il n'en est rien. La traite négrière, par exemple, était un commerce capitaliste bien que fort peu libéral.
Le capitalisme est un objet historique, qui a toujours existé tant qu'il y avait des activités financières, mêmes résiduelles. Il a mis plusieurs siècles pour passer de la marginalité à la forme dominante de l'économie en Occident. Aucun penseur, aucune école idéologique, aucun politicien ou chef d'état ne l'a inventé. C'est toute la différence avec le communisme et le socialisme, qui sont des idées avant tout - du moins, hormis le "communisme primitif".
A l'inverse, le libéralisme, lui, est un courant idéologique (ou philosophique). Un "livre noir du libéralisme" n'aurait aucun sens.

Ensuite, oui, bien sûr, on a tout à fait le droit de critiquer des idéologies. Mais il est très difficile de faire la transition entre des idées et des actes, surtout quand les actes correspondent fort peu à ce qu'annonçaient les dites idées. Ce sont les actes qui sont criminels, rarement les idées. L'une des rares exceptions est l'hitlérisme, pensé et appliqué par la même personne et son parti. Et, raisonnant de la même manière, on peut critiquer radicalement l'Islam, mais il est chimérique de vouloir l'éradiquer.
Pour le livre noir du communisme, il y a des gens qui l'ont lu et critiqué. Le problème n'est pas tant les faits qu'il relate, que le fait qu'il dénonce un objet historique inconsistant. Cf. http://fr.calameo.com/read/00105465215044ee119f8
Vous pouvez également lire le paragraphe commençant par "Encore que le Livre Noir du Communisme"...
http://www.pourlecommunisme.com/

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×