"Coût du travail", compétitivité... que veut la gauche radicale ? - par L'Espoir

  • Par arsin
  • Le 23/07/2014
  • Commentaires (0)

Par Antoine Lamnège, sur le site de L'Espoir

coût du travail france zone euro 2008 2012

Depuis l'adoption de la monnaie unique, la compétitivité prix des pays en zone euro dépend essentiellement du prix du travail (salaires + contributions sociales) ; en effet, celui ci détermine une part importante des coûts de production d'une entreprise. Elle dépend également des taux d'inflation nationaux. Or, cette compétitivité des entreprises est un point essentiel de la création de richesse ; voilà pourquoi il est nécessaire de ne pas la négliger. Trop souvent, la gauche radicale considère ce point comme une hérésie néolibérale ; à l'inverse, constamment, du parti socialiste à l'UMP, on considère la compétitivité comme l'alpha et l'oméga de la politique économique, qui justifie la régression sociale.

Dans les deux cas, c'est faire abstraction du fait qu'il est possible d'être compétitif sans travailler 50 heures pour des cacahuètes.

Une fois admis ce point, on peut alors réfléchir aux solutions qui peuvent exister pour concilier compétitivité et transformation sociale. Les libéraux considèrent qu'il est nécessaire de s'"ajuster", de "réformer", de "moderniser", autant de mots ne signifiant rien d'autre que l'alignement de l'intérêt général et celui des plus fragiles sur celui d'une petite oligarchie financière.

Dans le cadre actuel, les choses se passent comme ceci :  si nous voulons être aussi compétitifs (prix) que nos voisins, nous devrons faire comme eux, suivre le mouvement de dévaluation interne (modération salariale, baisse des cotisations sociales, baisse de la protection sociale donc, ainsi que du nombre de serviteurs de l’État).

Entre 2008 et 2012, plusieurs constats peuvent être faits : d'abord, dans les principales économies de la zone (Allemagne, France, Italie, Espagne), l'évolution salariale a suivi la même tendance, soit environ 9% de hausse. Ainsi, aucune convergence salariale n'a eu lieu sur cette période, l'Allemagne confortant sa position de "leader déflationniste" dans la zone.

Lire la suite sur le site de L'Espoir

gauche euro compétitivité travail Libre-échange coût Medef Gattaz hérésie proposition

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×