Crise ukrainienne: l'UE vaut-elle mieux que la Russie? - par Nationaliste Jacobin

  • Par arsin
  • Le 23/02/2014
  • Commentaires (0)

Par Nationaliste Jacobin, sur son blog

http://fr.ria.ru/images/20051/60/200516064.jpg

Il est de bon ton ces temps-ci de s’en prendre à la Russie et à son président Vladimir Poutine. Même les brillants intellectuels du syndicat enseignant « majoritaire » s’essaient à l’exercice comme je l’ai évoqué dernièrement [1]. Je ne suis pas un thuriféraire de M. Poutine. Il a certes redressé son pays après le trou noir de l’ère Elstine, il a mis au pas les oligarques, il a restauré une certaine confiance des Russes dans leur Etat. Mais Vladimir Poutine a un peu trop tendance à se considérer comme le chef naturel de la nation russe. Il paraît vouloir s’accrocher au pouvoir et le montant estimé de sa fortune laisse supposer qu’il est en réalité devenu le plus puissant des oligarques russes. Après tout, il vaut peut-être mieux que le plus puissant des oligarques soit président… Mais qu’adviendra-t-il quand Poutine aura quitté le pouvoir ?

Ne risque-t-il pas d’être un obstacle à son successeur, puisqu’il a placé des hommes à lui un peu partout (et surtout dans les services de sécurité et de renseignement) ? Ces questions méritent d’être posées. Toutefois, et cela n’exclut nullement une critique raisonnée du « système Poutine », traiter le président russe de « tyran » ou d’ « autocrate » me semble très excessif. J’ignore tout du déroulement des élections russes, mais, à ma connaissance, on peut difficilement remettre en cause la légitimité démocratique de Vladimir Poutine. Fraude ou pas, je suis convaincu que Poutine a gagné les élections présidentielles auxquelles il s’est présenté, et j’en veux pour preuve que la communauté internationale n’a pas véritablement contesté les résultats d’une part, et d’autre part l’écrasante majorité des Russes a accepté ces mêmes résultats sans broncher. En outre, rappelons que l’opposition à Vladimir Poutine, pour active qu’elle soit, n’en est pas moins désunie, et en fait bien trop divisée entre libéraux pro-occidentaux et nationalistes de tout acabit (des nationaux-bolcheviks aux authentiques néo-nazis). Aux yeux de beaucoup de Russes, cette opposition n’est tout simplement pas crédible, et cela paraît justifié d’autant que les différentes formations prises individuellement ne séduisent guère les électeurs.

Surtout, ce que je considère comme étant inacceptable, c’est que les dirigeants de l’Union européenne ou de ses états membres osent donner des leçons de démocratie à la Russie alors même qu’ils viennent de cautionner un coup d’Etat en Ukraine.

Lire la suite sur le blog de Nationaliste Jacobin

crise UE ukraine Poutine Ianoukovitch prêt manifestants Timochenko

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×