Ayrault

Oui à une révolution fiscale ! - par Laurent Pinsolle

Par Laurent Pinsolle, sur son blog

Après avoir suscité un « ras-le-bol fiscal », le gouvernement essaie de reprendre la main sur ce dossier, en exhumant une promesse de campagne du candidat François Hollande : une grande réforme fiscale. Si le principe est intéressant, en revanche, tout dépendra de ce qui sera mis en place.
 
Le joker du gouvernement
 
Il y a quelques jours, le gouvernement était au plus mal après des semaines de polémiques sur Léonarda, les hausses d’impôt ou l’écotaxe. Sans même en informer ses ministres semble-t-il, Jean-Marc Ayrault a décidé d’essayer de reprendre la main en annonçant une réforme de la fiscalité, qui faisait partie du programme du candidat Hollande. Hier, le premier ministre a donc reçu les partenaires sociaux pour discuter du cadre de la réforme, sans la présence de Pierre Moscovici, retenu par un autre engagement. Le Monde a consacré un papier assez complet et intéressant sur le sujet.
Après, il y a réforme fiscale et réforme fiscale. 

Lire la suite

Impôts : quand le gouvernement fait le lit des néolibéraux - par Laurent Pinsolle

Par Laurent Pinsolle, sur son blog

Il y a quelques jours, Le Monde avait recensé pas moins de 84 nouveaux impôts qui ont été créés par Nicolas Sarkozy et François Hollande depuis 2011. Pas un jour ou presque ne passe sans l’évocation d’un nouveau projet, nourrissant un profond ras-le-bol fiscal, pas totalement injustifié.
Blanc bonnet et bonnet blanc
Les décomptes du Monde sont assez édifiants. Sur les budgets 2011 et 2012, la majorité sortante avait déjà voté pour 32 milliards d’impôts supplémentaires (et 4 milliards de baisse). Le nouveau gouvernement socialiste a chargé la barque de 28 milliards pour 2012 et 2013. On attend encore la note pour 2014, qui pourrait atteindre une dizaine de milliards. Mais ce qui est stupéfiant, c’est le choix de le faire par le biais de pas moins de 84 mesures différentes, soit 84 nouvelles occasions pour les Français de débattre de ce choix mais aussi de bien sentir la douloureuse dans leur porte-monnaie.

Lire la suite

Les clés du paradis - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://4.bp.blogspot.com/-2RBRo-SjpNc/UhG78xlonqI/AAAAAAAAGJg/3lZ1_09Lci8/s320/France-2025.jpg

Avant son départ en vacances, le président de la République a confié à sont gouvernement un étrange devoir de vacances : celui de concevoir une vision de « La France en 2025 ». Enfin, me direz-vous, un président qui lève les yeux du guidon pour regarder au loin. Enfin un gouvernement qui essaye d’échapper au court-termisme politique ambiant dont l’horizon n’arrive qu’à la prochaine élection, et encore…

Sur ce blog j’ai dénoncé trop souvent l’obsession du court terme pour qu’on puisse me suspecter d’avoir une quelconque tendresse pour le court-termisme. Si je pensais un instant que la démarche du président relève d’un véritable désir d’aborder les problèmes du pays dans le long terme, je serais le premier à applaudir. Cependant, il serait naïf de croire que la commande présidentielle était issue d’une préoccupation de ce type. Ce serait confondre un exercice de communication avec un véritable exercice de prospective. Par ailleurs, cette affaire jette une lumière crue – et pas particulièrement flatteuse - sur la « méthode Hollande » pour conduire la politique du gouvernement.

Lire la suite

Le procès de Solférino - par L'Oeil de Brutus

Commentaire de Pablito Waal : le raisonnement qui fonde l'analyse de l'Oeil de Brutus rencontre les mêmes problèmes que je rencontre chez les adversaires de l'austérité. Le premier, c'est que Brutus dit que les gouvernements français ont, depuis 40 ans, fait de la rigueur pendant les crises et du déficit pendant les périodes de croissance. C'est très discutable : Jospin a réduit les déficits pendant le "boom" des années 98-2000, et à l'inverse Sarkozy a fait de généreux déficits (en partie seulement dûs aux sauvetages bancaires et intereuropéens) à partir de 2008. Mais l'essentiel n'est pas là. Il est dans le fait que tous les pays développés connaissent une réduction de la croissance sur le long terme, que ce soit en Europe, Amérique du Nord ou Extrême-Orient. Et ceci est plus profond, plus anciens que les problématiques telles que l'euro, l'émergence des pays à bas coûts de production. Les relances budgétaires n'y changent quasiment rien : ainsi, les USA, avec leurs déficits à 8% du PIB, n'ont eu que 1% de croissance du PIB par tête en 2012... En vouloir absolument aux gouvernements PS-UMP pour ces faits qui les dépassent me semble abusif. En revanche, il est tout à fait clair qu'on puisse leur reprocher de ne pas mettre en place les investissements de long terme qui pourraient changer cette tendance (mais pas avant plusieurs décennies, je le crains...).

Le parti des 170.000 traîtres - par L'Oeil de Brutus

Les shadoks de la rigueur - par L'Oeil de Brutus

Le président des rentiers - par L'Oeil de Brutus

Lire la suite

Florange : la trahison du “socialisme” compassionnel - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog
http://russeurope.hypotheses.org/

La « solution » dont les négociations entre le gouvernement français et Mittal ont accouché est probablement l’une des plus mauvaises qui soient. Elle revient à faire confiance au groupe Mittal pour investir sur une période de 5 ans 180 millions d’Euros, alors que ce groupe n’a pas exactement bonne réputation sur ce point. Par ailleurs, Mittal s’engage à reclasser les salariés de la « partie chaude » du site de Florange et à développer la « partie froide » ainsi que ses installations de Dunkerque. De fait, le gouvernement français a très peu obtenu de Mittal, qui va pouvoir continuer de se désengager de son activité de production d’acier pour se désendetter et continuer de se tourner soit vers l’amont (les mines) soit vers l’aval (l’utilisation des métaux). Les salariés de Florange restent les otages de Mittal, otages qu’il pourra sacrifier d’ici trois à quatre ans si sa logique, essentiellement financière, le conduit à une telle décision. En fait, le gouvernement n’a obtenu, au moindre coût pour lui, qu’une solution temporaire. Et de cela J. -M. Ayrault, Premier ministre, crie victoire ! C’est l’expédient élevé à la hauteur d’une stratégie. 

Lire la suite

Pacte de compétitivité et rapport Gallois : beaucoup de bruit pour rien ... - par Tomgu

Par Tomgu, sur son blog

http://lactualite.over-blog.com

Après plusieurs semaines de travail, c'est donc hier matin que Louis Gallois, commissaire général à l'investissement, a remis son rapport au premier ministre. Et c'est ce matin que Jean-Marc Ayrault a détaillé les mesures adoptées par le gouvernement et découlant de ce fameux rapport.

Bien que celles-ci soient nombreuses, j'ai décidé de me concentrer sur quelques unes seulement, qui relèvent davantage du concret que de l'incantation. Ce sont d'ailleurs ces mesures que la plupart des médias reprennent dans leurs colonnes.

Lire la suite

Le Franc et le choc de compétitivité - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

http://www.lalettrevolee.net

Commentaire de Pablito Waal : je ne partage pas le calcul fait par Edgar (10% de dévaluation = 10% d'exportations en plus), car la demande extérieure en produit français n'a pas forcément une telle élasticité-prix...mais je rejoins en revanche la conclusion selon laquelle disposer de sa propre monnaie est un outil plus intéressant que biens des mesures protectionnistes "classiques".

Le premier problème de l'euro c'est que, année après année, les pays qui ont une inflation supérieure à l'Allemagne perdent en compétitivité par rapport à ce pays.

Par ailleurs, l'euro est surévalué par rapport aux devises extérieures (dollar et yuan - on note avec intérêt que le président de la République a dénoncé la concurrence déloyale du yuan, mais pas celle du dollar).

Notre pays reste, selon certains indicateurs (par exemple la productivité par heure travaillée), assez performant. Ce qui explique qu'il ne se soit pas effondré. Il est quand même sur une pente descendante dont on ne verrait pas la fin. Difficile pour les entreprises d'investir en pariant sur la croissance dans ce contexte.

Lire la suite

Doléance du Collectif " Pour un Pôle public financier au service des Droits !" - par l'Association pour une Constituante

Par le Collectif "Pour un Pôle public financier au service des droits !", sur le site de l'Association pour une Constituante

http://pouruneconstituante.fr

Commentaire de Pablito Waal : je publie encore un texte qui suscite en moi quelques doutes. Cet article est une lettre adressée par une coalition de syndicats et d'associations de gauche pour que le gouvernement oriente la naissante "Banque Publique d'Investissement" de sorte à ce qu'elle serve prioritairement certains objectifs (la "reconversion écologique de l'économie", le service aux TPE, la construction de logements sociaux, etc...). Ce qui me pose problème, c'est que cette lettre illustre une certaine conception de la gauche selon laquelle des syndicats et des associations de (plus ou moins) économistes de gauche pourraient agir au nom du peuple, "au service des droits" (de qui?). Pour ma part, je pense que l'un des principaux problèmes des entreprises et établissements productifs publics, c'est qu'ils ne sont pas gérés par ceux à qui ils sont censés appartenir : les citoyens. A gauche, on maintient la fiction que syndicats, associations d'intellectuels et partis auraient une réelle représentativité sur les citoyens.

Pour ma part, le seul moyen concret pour que les individus que nous sommes contrôlent cette propriété collective, ce serait que chaque citoyen soit actionnaire du secteur public (sans possibilité de vendre ce titre et les droits afférents, pas plus qu'on ne peut vendre sa carte d'électeur), et détienne un droit de vote pour décider des orientations et des directions dans chaque établissement public. En ayant bien sûr la possibilité de déléguer ce droit de vote (mais aussi de le reprendre) à des associations intermédiaires, qui seraient pour le coup réellement représentatives. Les questions abordées dans le texte ci-dessous (les orientations, les fonctions, la dotation attribuée à un établissement comme la BPI) pourront être posées naturellement au parlement, par demande spontanée des citoyens-actionnaires, sans être confiées à des organisations à la représentativité incertaine comme celles qui signent cette doléance.

***

Suite au choix fait par le gouvernement pour la "Banque Publique d’Investissement", le collectif "Pour un Pôle public financier au service des Droits !" regroupant plus d’une trentaine d’organisations a adressé Lettre ouverte au Président de la République la lettre ouverte ci-dessous qui a été envoyé par ailleurs aux parlementaires. Nous avons souligné en gras des éléments faisant référence à des débats déjà développés sur ce site

***
Un autre choix est possible, un autre choix doit être fait.

Lire la suite

A propos des pigeons - par l'ARSIN

Par l'ARSIN

Quelques réflexions à propos du mouvement des "pigeons", né récemment sur Internet, en s'inspirant de l'article qu'y a consacré Yohann Duval.

Lire la suite

Sur l'esclavage. Pour en finir avec la repentance - par L'Oeil de Brutus

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

http://loeildebrutus.over-blog.com

 images-copie-1.jpg

Dans une sortie confuse dont il en a tristement pris l’habitude le gouvernement Ayrault a évoqué la possibilité d’offrir des réparations aux victimes de l’esclavage[1]. Comme pour tout, on peut largement présager qu’il n’en sortira rien de concret. Mettant en cela leurs pas dans ceux de l’ère Nicolas Sarkozy, les sbires de M. Hollande – et le président de la République lui-même – ont fait de leur stratégie de communication la clé de voute de leur action politique (ou plutôt de leur immobilisme), une fin en soi dans laquelle ne comptent que le tapage et l’agitation stérile en vue d’occuper le terrain médiatique, espérant par là détourner les Français des questions qui comptent (l’emploi, les plans sociaux, l’inégalité, la mise en place d’une tyrannie technocratique, etc.).

Lire la suite

Discours de Jean-Marc Ayrault sur le TSCG : les mensonges d'un premier ministre - par L'Oeil de Brutus

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

http://loeildebrutus.over-blog.com

Rattrapage également dans la diffusion de L'Oeil de Brutus, qui, outre son groupe Facebook, a lancé son journal Le Vieux Cordelier. 

DISCOURS DE JEAN-MARC AYRAULT SUR LE TSCG : LES MENSONGES D’UN PREMIER MINISTRE.

ayrault_assemblee_nationale.jpg

Le mardi 2 octobre 2012, M. Ayrault effectuait à l’Assemblée nationale son discours de politique européenne appelant à voter le TSCG[i]. Ce discours est disponible sur le site de l’Assemblée nationale. Le texte du TSCG est mis en ligne sur le site du Conseil européen. Leur mise en relation mérite le détour.

Lire la suite

Micro-débat sur l'austérité - par l'ARSIN

Par l'ARSIN

L'ARSIN fait une nouvelle expérience vidéographique, en faisant non plus un résumé d'articles, mais en s'en inspirant pour faire un micro-débat de 1 à 4 minutes.

On commence avec la question de l'austérité, à partir d'un article d'Alternatives Economiques :

Lire la suite

Manuel Valls, l'euro et l'Europe qui vient - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

http://www.lalettrevolee.net

Passations de pouvoirs, mai dernier...

Edgar prend ici une position assez différente de Tomgu ou Descartes sur la question rom, et refuse, contrairement à eux, son soutien au ministre de l'Intérieur. Un débat à traiter parmi nos partenaires ?

Manuel Valls a triomphé avec des propos sécuritaires à la Rochelle, et certains des brillants cerveaux de la fonction publique ont passé une partie de l'été à plancher sur le "problème des roms", pendant que l'union européenne craque de tous côtés.

Peut-on relier ces événements divers ?

Lire la suite

Dette et croissance : la politique du pire - par Joël Halpern

Par Joël Halpern, sur son blog

...et le site de Valeurs et Actions Républicaines  


 

Peut-on avoir de la croissance sans investissements ?

Peut-on avoir des investissements sans emprunter ?

« Quelques cyniques, ayant suivi le raisonnement jusqu'à ce point concluront que seule une guerre peut mettre fin ne crise majeure [...]. En temps de paix, timides, timorés, hésitants, manquant de persévérance et de détermination, ils pensent qu'un emprunt n'est qu'une dette, et non un moyen de transformer en actifs utiles un surplus de ressources qui autrement serait gaspillé [...].Il ne devrait pas être difficile de comprendre que 100 000 maisons constituent un capital national et 1 million de chômeurs une charge pour la nation »

John Maynard Keynes : « Les moyens de restaurer la prospérité », in : La pauvreté dans l’abondance, Gallimard 2002 p. 185.

Lire la suite

Du mariage et de l'adoption pour tous et de l'Europe - par Voltaire République

Par Voltaire République, sur son blog

http://voltaire.republique.over-blog.com


http://www.top-assistante.com/metier/images/priorites.gif

Nous devons la vérité d'écrire qu'à Voltaire République, les avis sont aussi nombreux qu'un déluge de moustiques sur un étang écrasé de chaleur. Notre réflexion portera donc sur deux axes essentiels: les mesures en tant qu'évolution sociétale et le bon coup politique organisé par le nouveau pouvoir en France.

Petit rappel.

Lire la suite

Le choix de la défaite - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://descartes.over-blog.fr

http://lililena.free.fr/dessin%20clarys/silhouette%20sport/pedalo/pedalo.gif

Une des rares prédictions justes de Mélenchon sur Hollande

Mes amis, je suis très déprimé. Et c'est étrange, parce qu'un pessimiste ne devrait jamais être déprimé, particulièrement lorsque les faits lui donnent raison. Mais si je suis déprimé, ce n'est pas à cause du discours de politique général de Jean-Marc Ayrault ou des premiers pas de la présidence Hollande. Je n'en attendais rien, je ne peux donc pas être déçu. Ce qui m'énerve, m'attriste et finalement me déprime c'est l'incapacité de nos élites politiques, journalistiques et - pour partie seulement - administratives à élaborer une analyse globale, qui aille au delà de telle ou telle mesure, de tel ou tel impôt, de telle ou telle loi. Avant de dire ce qu'il faut - ou faudrait - faire, il est absolument nécessaire de poser un diagnostic: qu'est ce qui se passe exactement ? Pourquoi en sommes nous là ? Quels sont les mécanismes à l'oeuvre ?

Lire la suite

Bilan des élections législatives 2012 - par Nationaliste Jacobin

Par Nationaliste Jacobin, sur son blog

http://blog-nationaliste.blog4ever.com

http://www.cagou.com/blog/wp-content/uploads/2012/06/550px-Nuance_des_candidats_en_t%C3%AAte_au_premier_tour_des_l%C3%A9gislatives_2012.jpg

L’heure du bilan a sonné après une période électorale intense et stimulante. Autant le résultat des présidentielles (je parle du 1er tour bien sûr) m’avait vraiment déçu (1), autant les résultats des législatives me remplissent d’une joie mesurée. Car les bonnes nouvelles ne manquent pas.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×