Cameron

Syrie : la guerre sans fin ni but ?

Tribune de Pablito Waal

Note au 4 septembre : cet article a été écrit avant le vote du parlement britannique en défaveur d'une intervention en Syrie.

http://www.politique-actu.com/files/78469-syrie-sous-le-gaz-sarin,bWF4LTY1NXgw.jpg

Habituez-vous à ces images...

Il y a une semaine, une attaque chimique a frappé la Ghouta, une zone à l'Est de Damas, tenue par des factions rebelles (parler de "l'opposition" syrienne comme un tout n'a aucun sens, comme l'un de nos derniers articles relayés le soutenait). Plusieurs centaines de personnes, jusqu'à 1300 selon certaines estimations. La thèse de la mise en scène, déjà avancée par les médias favorables au régime syrien au printemps dernier, n'a pas fait long feu. Aujourd'hui, la polémique porte sur les auteurs de cet assaut.

Le net francophone préoccupé par la guerre syrienne a repris en boucle les annonces russes de preuves, par images satellites, que les missiles à charge chimique auraient été tirés de zones "sous contrôle rebelle". Même si, à ce jour, je n'ai pas pu voir les prétendues photos, qui auraient été transmises par la diplomatie moscovite au Conseil de Sécurité des Nations-Unies, il n'en reste pas moins que l'histoire est tentante : alors que l'emploi d'armes chimiques a déjà été annoncé par le gouvernement américain comme une "ligne rouge" pouvant déclencher des représailles, et alors que le régime syrien ("syrien" au point d'être de plus en plus renforcé d'auxiliaires étrangers, libanais, irakiens, iraniens, sans compter les conseillers russes...) semblait reprendre la main (ayant reconquis Qousseir, mais pas Alep...), on se demanderait rapidement pourquoi le régime des Assad aurait fait exactement ce qu'il avait à ne pas faire? Qui mieux que "les rebelles" (lesquels?) aurait eu intérêt à concrétiser ce "franchissement" de la ligne écarlate ?

Lire la suite

La Grande-Bretagne, ou l’austérité à crédit - par Laurent Pinsolle

Par Laurent Pinsolle, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : après 13 ans de travaillisme qui a fait augmenter d'environ dix points de PIB les dépenses publiques britanniques, et laissé un déficit flirtant lui aussi avec les 10%, David Cameron tente de revenir sur les traces de Thatcher et Major...Sans doute avec le même succès : en taillant dans la consommation, il va défavoriser la croissance à court terme, ce qui pourrait être un choix assumé s'il y avait une politique d'investissement à long terme - ce qui n'est malheureusement pas le cas, comme le note justement L.Pinsolle. Ce qui résulterait en une stabilité (ou progression modérée) des impôts, un blocage voire une réduction des dépenses de fonctionnement (ce sur quoi est déjà engagé le gouvernement Cameron depuis son annonce de la suppression programmée d'un demi-million d'emplois publics), mais un renforcement de la formation de capital, donc une faible baisse des dépenses. Un tel programme ne plairait ni à la base du parti tory, ni aux électeurs de gauche. La France est, avec plus de présence étatique, et un gouvernement plus indéterminé (c'est peu de le dire), dans la même situation.

 

Londres mène des politiques originales depuis 2008. Après avoir laissé filer les déficits et s’être appuyé sur la politique monétaire ultra-accomodante de la banque centrale, les conservateurs, au pouvoir depuis 2010, mènent une austérité sévère, au bilan très mitigé, comme le rapporte The Economist.
 
Verre à moitié vide ou à moitié plein
La situation outre-Manche est assez complexe. Points positifs, alors que la zone euro a probablement connu son 7ème trimestre consécutif de récession et après une 2ème récession, l’activité a rebondi modestement au premier trimstre (1,2% en rythme annuel) et les indicateurs avancés poussent à l’optimisme. En outre, les entreprises privées ont réussi à créer pas moins de 1,6 millions d’emplois depuis mi-2009, ce qui permet au pays d’afficher un nombre total d’emplois supérieur de 500 000 au pic d’avant la crise, une situation que peuvent envier la grande majorité des pays européens.

Lire la suite

Budget européen : le rêve et la réalité… - par Olivier Berruyer

Par Olivier Berruyer, sur son blog
http://www.les-crises.fr/

 

Message de mars 2017 : nous vous invitons à aller consulter la page Facebook d'Olivier Berruyer,  "Les Crises".

 

Pour une fois, un article pro-européïste, pour le débat...

Je profite de l’échec lamentable (et annoncé) du sommet européen pour établir le budget 2014-2020 de l’UE. 

Rappel : Le budget de l’Union européenne
L’enveloppe globale du budget de l’UE est fixée sur sept ans et constitue le principal mécanisme de redistribution au sein de l’Union. La Commission européenne a proposé en juillet un budget pluriannuel de 1. 033 milliards d’euros en crédits d’engagements et de 987 milliards en crédits de paiements pour la période 2014-2020 -soit respectivement 1,08% et 1,03% du revenu national brut total de l’Union (RNB). Un montant en hausse de près de 5% par rapport à la période 2007-2013 afin notamment de tenir compte de l’impact budgétaire de l’adhésion de la Croatie en juillet 2013. 

Lire la suite

Les implications d’une sortie de l’UE de la Grande-Bretagne - par Laurent Pinsolle

Par Laurent Pinsolle, sur son blog
http://www.gaullistelibre.com/

Le débat grandit outre-Manche sous la pression de UKIP et de l’aile eurosceptique des conservateurs, qui n’a pas hésité à défier David Cameron récemment. Sous leur influence, le Premier Ministre pourrait bien organiser un référendum sur la sortie de l’UE, dont l’issue est très incertaine. 
Entre conflits et liens qui se distendent

Lire la suite

L'Espagne n'a commis qu'une seule grave erreur : entrer dans l'euro - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

http://www.lalettrevolee.net

sands_2258698b-copie-1.jpg

C'est l'avis de Martin Wolf, l'un des chroniqueurs économiques du Financial Times les plus réputés.

Lire la suite

Décomposition du Mali, merci Sarkozy ! - par V.A.R.

Par Valeurs et Actions Républicaines, sur leur site

http://quefaire.e-monsite.com


Cet article peut sembler redondant par rapport à un autre, plus long, écrit par Nationaliste Jacobin,déjà publié sur ce site. Mais V.A.R. donne ici des liens nouveaux.


Le Sahara devient une zone de non-droit géante depuis la guerre de Sarkozy 

Outre une Libye livrée aux milices les plus incontrôlables la guerre de Sarkozy-Cameron a touché indirectement le Mali.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×