capitalisme

Frédéric Lordon : " il faut prendre les hommes tels qu'ils sont et non tels qu'on voudrait qu'ils fussent..." - par L'Espoir

Par l'Espoir, sur leur site

lordon conférence viodéo spinoza

Dans cette conférence filmée de février 2014, Frédéric Lordon explique : "il ne faut pas se raconter d'histoire".

Certains comportements, certains désirs, modes de vies sont bel et bien là et il serait fou de nier le désir majoritaire. De le faire passer pour une simple "erreur".

Proposer une alternative au capitalisme à gauche, c'est être conscient qu'il faudra proposer un régime tout aussi "désirable" que celui ci, à ceux qui sont attachés à la vie confortable, "moelleuse", et que rebute le retour à une plus grande frugalité.

Il y traite également de l'Etat et de la violence.

Une intervention lumineuse, parce que réaliste. (30 minutes)

 

Lire la suite

Inégalités, démocratie, baisse des salaires et privatisations - par Joe Liqueur

Par Joe Liqueur, sur son blog

stiglitz

Un peuple peut tolérer, voir approuver, un certain niveau d’inégalité – surtout quand celui-ci est en train de se réduire, auquel cas la tolérance du peuple est forcément plus grande pour un même niveau d’inégalité. Mais au-delà d’un certain seuil, il est bien évident que le peuple ne peut plus approuver ni même accepter ou tolérer. Des inégalités trop fortes sont donc incompatibles non seulement avec la croissance économique, mais aussi avec la démocratie. C’est un peu la (double) thèse centrale développée par Joseph Stiglitz dans Le prix de l’inégalité (un ouvrage de 2012).

Lire la suite

Le chômage, condition nécessaire et suffisante de l’inégalité - par Joe Liqueur

Par Joe Liqueur, sur son blog

Voilà le genre de truc qui ne marche plus avec le plein emploi. ©Thibaut SoulciéVoilà le genre de truc qui ne marche plus avec le plein emploi. ©Thibaut Soulcié

Les plus riches, i. e. les plus grands détenteurs de capitaux et ceux qui perçoivent les plus hauts revenus, ne sont pas exactement des monstres. Ils ne sont pas a priori hostiles au plein emploi ; mais ils le sont en pratique. S’il existait un moyen d’instaurer le plein emploi sans que leurs revenus et leur capital n’en souffrent, ils ne s’y opposeraient pas… Le problème, c’est que ce moyen n’existe pas.

Les inégalités et le chômage, ça se tient.

Lire la suite

Qu'est-ce que le néoféodalisme ? - par L'Oeil de Brutus

Par l'Oeil de Brutus, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : c'est donc Brutus qui inaugure l'année 2014 sur l'Arsin. Editant sa propre revue de presse depuis octobre 2012, baptisée "Le Vieux Cordelier" (pour reprendre un titre de la Révolution), L'Oeil de Brutus nous présente dans son numéro de décembre 2013 ce qu'il appelle le "néo-féodalisme" contemporain, en substitution de la République.

Au moins, à l'époque, ça avait de la classe.

« Notre peuple porte de graves blessures, mais il suffit d’écouter battre son cœur malheureux pour connaître qu’il entend vivre, guérir, grandir. Le jour va venir où, rejetant les jeux stériles et réformant le cadre mal bâti où s’égare la nation et se disqualifie l’Etat, la masse immense des Français se rassemblera sur la France. »

Charles De Gaulle.

Editorial – Qu’est-ce que le (néo)féodalisme ?

Au Moyen-âge, le féodalisme s’appuyait sur un système de fiefs (reliés entre eux par des réseaux de vassalité-suzeraineté), dans lequel le peuple, numériquement très majoritaire, se retrouvait sous l’autorité politique, militaire, judiciaire, fiscale et religieuse de l’aristocratie. Aristocratie qui, avec l’effet du temps, s’est progressivement coupée de tout lien avec le peuple.

Lire la suite

9 américains sur 10 se trompent sur un fait étonnant...

Pour ceux qui ne comprennent absolument pas l'anglais : une expérience a été menée sur un panel d'américains par un chercheur de Harvard, pour demander aux sondés quelle était, selon eux, la répartition réelle des richesses (il doit s'agir du patrimoine ici, non des revenus) aux USA, et quelle serait la distribution idéale toujours dans leur opinion. Les interrogés ont donné une vision plus égalitaire de l'idéal que de la réalité supposée... Le plus surprenant étant que la réalité (la vraie, pourrait-on dire) est encore bien plus inégalitaire que leur supposition, et donc encore plus loin de l'idéal. Il faut toujours être prudent sur les chiffres des inégalités aux USA, qui sont aprement débattus. Mais dans cette vidéo, même si la différence entre la réalité et ce que les américains pensent qu'elle est était réduite de moitié, cela resterait énorme.

Le capitalisme est en train d'échouer (II) - par Pablito Waal

(suite du précédent)

Après le constat global, nous allons voir maintenant que la régression des taux de croissance n’est pas due à un certain nombre de pays, par exemple ceux de la « Vieille Europe », surfiscalisés et surréglementés, qui plomberaient la dynamique des pays riches, dynamique qui ne subsisterait que dans les pays libéraux. Les austères graphes qui suivent montrent qu’à l’exception de petits pays (parmi lesquels figurent des cas surprenants, comme la Suède, qui malgré ses réformes libérales, reste l’un des pays les plus socialisés d’Europe), la tendance des taux de progression annuelle du PIB, par tête et en parité de pouvoir d’achat, est partout en déclin. Et que la France, si elle est arrivée plus vite que d’autres à une quasi-nullité de sa « croissance potentielle », n’a fait que sauter quelques étapes avant de se faire rattraper. Nous limiterons notre constat aux trente dernières années, excluant donc la cassure de la dynamique des « Trente Glorieuses » dans les années septante, et montrant que le « cycle de Kondratieff » que certains voient commencer dans les années 1970-1980 ne s’est jamais traduit par un rythme soutenu et long d'élargissement du PIB.

Lire la suite

Le capitalisme est en train d'échouer (I) - par Pablito Waal

http://humboldtsentinel.com/wp-content/uploads/2013/05/GB-mission-accomplished.jpg

Bah, tant qu'on sauve les apparences...

Vous connaissez sans doute l’argument ultime des défenseurs du capitalisme : « Le Capitalisme crée des richesses, tout de même ». Oui oui, l’argument est souvent formulé de cette façon assez grossière, qui permettrait qu’on lui réponde qu’après tout, techniquement, l’URSS et son économie planifiée en créaient également, des richesses. « Oui, mais plus » vous dira votre interlocuteur. « Et de plus en plus », ajoutera-t-il au cas où vous auriez l’idée de préciser que les économies du COMECON ont aussi connu la croissance, en l’espace de quelques décennies, sans quoi leur état dans les années 1980 aurait à peine été supérieur à celui qu’on constatait dans les décombres de l’Europe orientale en 1945.

« Et de plus en plus ». La réussite du capitalisme doit se lire dans les taux de croissance, de surcroît eux-mêmes croissants, et surtout dans les économies où les réformes libérales sont appliquées. Pour ceux qui ont vécu les années 90, et même jusqu’à 2007, rappelez-vous, les « modèles » anglo-saxons étaient portés au pinacle. Leur avantage se résumait en ce point, voire double point de croissance annuelle du PIB qu’ils avaient en plus, par comparaison aux pauvres performances de notre Hexagone étatisé.

Et bien, vous savez quoi ? Cet argument de la croissance comme preuve aboutie du succès du capitalisme, vous pouvez l’encadrer, le fixer sur un mur, et le garder en réserve pour vos descendants émus.

Lire la suite

Le « Capitalisme d’Etat » est-il l’horizon historique de la Russie ? - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : très long (au moins 35 pages Word en police 10...) mais passionnant papier de recherche.

Le 22 novembre 2013 a été créé le Conseil économique auprès du Président de la Russie[1] dont le rôle sera de mettre au point un « nouveau modèle » de développement économique pour la Russie. Cette annonce vient après la réunion du Parti Communiste Chinois, qui annonce de nouvelles mesures de libéralisation de l’économie. Il est clair que la question du « modèle économique » est aujourd’hui une source de préoccupation pour les autorités russes, en raison du fort ralentissement de la croissance que le pays a connu (de +3,5% en 2012 à seulement +1,5% en 2013). Les scenarii qui ont été présentés par la SBERBANK sur les 5 prochaines années laissent néanmoins le débat ouvert[2]. De manière significative, le Premier Ministre, M. D. Medvedev ne fera pas partie de ce conseil, ce qui ne peut que signifier son départ à terme du gouvernement. Mais, la question du « modèle de développement » est complexe. Elle impose de se pencher non seulement sur la trajectoire de ces dernières années, mais plus généralement sur l’histoire économique de la Russie et de l’URSS depuis 1880, pour tenter d’y repérer des constantes comme des bifurcations.

Lire la suite

Qu'est-ce que le keynésianisme ? - par L'Oeil de Brutus

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : un article salutaire, car on cite trop souvent le keynésianisme en n'en retenant que ce qui nous arrange momentanément...Par contre, je ne partage bien évidemment pas le dernier paragraphe (commençant par "Pour en sortir..."). Et ce pour des raisons déjà expliquées dans le site www.pourlecommunisme.com. Les "expérimentations marxistes" (qui, en Europe, mais aussi en Chine, Corée, Mongolie, etc...) n'étaient que des extensions de l'URSS (donc forcément à peu près le même modèle, à quelques variations près) pêchaient avant tout de ce qu'elles n'avaient pas réalisées la promesse prioritaire du marxisme : la prise du pouvoir par le prolétariat. L'URSS n'a pas même réussi à être...soviétique, les soviets ayant cessé d'avoir un contenu dès 1918, quatre ans avant que l'URSS ne prenne son nom. La raison historique en est fort simple, et tient essentiellement dans la guerre civile russe, initiée par les adversaires d'un régime qui avait toujours été minoritaire, et qui, après la guerre civile, ne pouvait jouer par les urnes le pouvoir durement gardé par les armes. Et l'absence de toute démocratie soviétique, fut-ce auprès de la seule classe ouvrière, condamnait l'économie aux gaspillages et aux détournements militaro-nomenklaturistes (cf. le site précité).

Ensuite, si Brutus a raison de dire que les libéraux reconnaissent le caractère "crisogène" du capitalisme réel (pas le "capitalisme pur" des libertariens ou des manuels d'économie), les raisons n'en sont pas forcément les mêmes que celles détaillées par Marx ou Keynes. L'Ecole de Vienne fait intervenir l'Etat et les Banques Centrales, créant des excès ou défaut de liquidité, dans le mécanisme des crises cycliques du capitalisme.

QU'EST-CE QUE LE KEYNESIANISME

John Maynard Keynes, 1883-1946

Effet de mode propagandiste ou simple conjoncture, fleurissent ces dernières semaines de multiples articles pour dénoncer les travers de la politique (supposée) keynésienne menée par M. Hollande[i]. Or, parler de keynésianisme pour définir la politique (ou plutôt la non-politique) de l’actuelle clique au pouvoir relève soit d’une profonde méconnaissance de la pensée de l’auteur de la Théorie générale, soit d’une patente mauvaise foi, soit, plus probablement, des deux.

Pour comprendre le fondement de la pensée keynésienne, il faut revenir quelque peu en amont de l’histoire de la pensée économique.

Lire la suite

Laurent Pinsolle lit "Les Mystères de la Gauche" de Jean-Claude Michéa

Commentaire de pablito Waal : Cela faisait un bout de temps qu'on n'avait pas parlé de Michéa ici. Si sa société de la décence des gens ordinaires est un sujet de réflexion intéressant, on peut noter quelques facilités qui confinent à l'erreur factuelle. Ainsi, dans le second article signé par Laurent Pinsolle, on trouve une référence à "l'obsolescence programmée" illustrée par la célèbre "ampoule de Livermore" et le cartel de Phébus. A propos de ces sujets, sur le site du Dr.Goulu, ingénieur depuis plus de 25 ans, on trouve ces articles (celui-là et celui-ci) forts...éclairants.
 
 

Jean-Claude Michéa fusille la gauche - par Laurent Pinsolle

Jean-Claude Michéa poursuit la déconstruction du néolibéralisme - par Laurent Pinsolle

La déconstruction du néolibéralisme n’est pas le premier objectif de ce livre de Jean-Claude Michéa. La thèse principale est d’expliquer comment ce qu’on appelle la gauche est passée d’un idéal des Lumières au capitalisme absolu. Et sur ce sujet, il se fait saignant.

Lire la suite

Ethique du crédit, immoralité de l'usure - par L'Oeil de Brutus

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

Pourquoi l’argent devrait-il créer de l’argent ? La question est étrangement absente du débat public alors même que depuis l’antiquité elle a largement agité les débats philosophiques, religieux et politiques. Dans l’antiquité grecque, Aristote affirmait déjà que l’« art d'acquérir a deux formes : une forme commerciale et une forme familiale : celle-ci est indispensable et louable, celle qui concerne l'échange, par contre, est blâmée à juste titre car elle n'est pas naturelle mais se fait aux dépends des autres ; et il est tout à fait normal de haïr le métier d'usurier du fait que son patrimoine lui vient de l'argent lui-même, et que celui-ci n'a pas été inventé pour cela »[i].

Lire la suite

Ha-Joon Chang. Deux ou trois choses que l'on ne vous dit jamais sur le capitalisme - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

http://www.lalettrevolee.net

hjc.jpg

Un bon livre d'un économiste spécialiste du développement.

Il reprend point par point nombre de fausses évidences lues aujourd'hui à peu près partout. Si ce n'était que cela, ça pourrait être banal (les économistes dénonçant l'économie dominante, ça court les pages).

Ce travail se double d'une volonté d'affirmer, contre les clichés néoclassiques, quelques idées moins courantes, dont certaines très peu fréquentes.

Par exemple que la machine à laver a plus bouleversé la société qu'Internet - la démonstration est convaincante sur le court terme.

Lire la suite

Micro-débat sur le dividende universel - par l'ARSIN

Par l'ARSIN

Aujourd'hui, en s'inspirant du site Création Monétaire, et d'exemples de réalisations concrètes, l'ARSIN livre un débat sur le dividende (revenu?) universel :

Un revenu justifié par le simple fait d'être né...Serait-ce un piège ?

Lire la suite

PSA et financement des entreprises : deux articles du Bon Dosage résumés - par l'ARSIN

Par l'ARSIN

financement.jpg 

Aujourd'hui, le résumé audio de deux articles de Yann, du blog Le Bon Dosage.

Le premier porte sur une alternative au financement des projets économiques par les marchés financiers et les banques :

http://lebondosage.over-blog.fr/article-le-succes-du-capitalisme-ne-fut-pas-de-son-fait-108170504.html


Le second, enregistré à la suite, parle du plan de licenciement de PSA :

http://lebondosage.over-blog.fr/article-ce-que-nous-enseigne-l-affaire-psa-108231127.html

Le système vénitien et le système féodal - par le Cercle des Volontaires

Par le Jérôme P., sur le site du Cercle des Volontaires

http://cercledesvolontaires.wordpress.com

Afin de pouvoir analyser l’interaction entre le système Vénitien et le monde féodal, il est important de partir de la relation entre économie réelle et économie financière. L’économie réelle comprend le progrès technologique, son évolution et son impact sur la société, alors que l’économie financière comprend les échanges commerciaux et monétaires. Ainsi, La croissance financière doit être représentative d’une progression réelle de la société et non l’inverse. Dans le cas présent, nous allons voir que les profits exubérants des millieux financiers Vénitiens et italiens plus généralement se sont accompagnés d’une dégradation générale de la société, pour ne pas dire qu’ils en furent parfois la cause. Cependant, l’argent n’a, même quand on le croit, aucune valeur intrinsèque et est toujours représentatif de l’activité réelle qu’il représente. Dans les parties qui suivent  nous verrons quelles ont été les variations des facteurs déterminant l’économie réelle.

Lire la suite

A quoi joue Frédéric Lordon ? - par Joe Liqueur

Par Joe Liqueur, sur son blog

http://communisme-liberal.blogspot.fr/

Tout le monde ne peut pas aimer… Je vois beaucoup de commentateurs s’extasier devant le style peudo-littéraire de Frédéric Lordon, eh bien moi, je trouve ça plutôt indigeste. Lourd. Mais bon. Au moins, l’inventeur du SLAM (Shareholder Limited Authorized Margin) a-t-il le mérite d’être un peu original, et créatif, dans son style comme dans ses propositions foisonnantes. Sous ces deux deux rapports, ça change un peu de la manière plus austère de Jacques Sapir. Mais question créativité programmatique, il arrive que le citoyen Lordon aille un peu loin, ou pas assez loin, ou les deux à la fois, c'est un peu ce que l'on va voir ici - en tout cas c'est ce que j'ai vu… Quand il écrit dans le Diplo, le truculent économiste underground fait tout de même un effort de clarté (qui peut-être lui coûte ?). Le problème, c’est que Paul Krugman est vachement plus drôle, et décidément plus léger (du point de vue du style, s’entend).

Lire la suite

Les nationalisations doivent être confiscatoires - par Joe Liqueur

Par Joe Liqueur, sur son blog

http://communisme-liberal.blogspot.fr

Ou la nécessaire mise à jour de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen

 
Les grands capitalistes sont des menteurs, on va pas couler
s'ils retirent leurs grands capitaux et leurs gros zinvestissements®
Voilà un billet, et des propositions, qui vont faire plaisir à nos amis libertariens. Mettre à jour la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 (et cela vaudrait aussi pour celle de 1793), voilà qui peut sembler bien présomptueux, voire provocant. Mais il ne s’agit pas du tout d’une provocation, et la mise à jour en question serait en un sens assez mineure – et en un sens, tout à fait fondamentale, et (re)fondatrice.

Lire la suite

Piero San Giorgio se prépare à l’effondrement économique - par le Cercle des Volontaires

Par le Cercle des Volontaires, sur leur site

http://cercledesvolontaires.wordpress.com

Le Cercle des Volontaires a interviewé Piero San Giorgio à l’issue de sa conférence ayant pour thème la survivance à l’effondrement économique. Quelles sont les raisons qui l’ont poussé à se poser de telles questions ? Y a-t-il des solutions politiques pour l’éviter ? Que pense-t-il de la menace du projet de gouvernement mondial ? Autant de questions que nous lui avons posé… 

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×