chrétien

Commentaire de "Soumission" de Michel Houellebecq

Par Pablito Waal
 

Soumission 2

Attention, on s’poile. Et non, je ne ferai pas d’article sur tout ce que je lis.

Initialement, je ne voulais pas lire le « phénomène » qu’est le dernier Houellebecq. Je l’ai fait…dans un mélange du contexte des attentats des 7 et 9 janvier, ou de la mauvaise publicité (donc publicité quand même) faite sur ce livre, et sur l’avis d’un ami qui l’a lu en me disant que, non, ce livre n’est pas « islamophobe » (ce n’est pourtant pas un caractère qui me ferait fuir).

Je précise que j’avais déjà lu deux œuvres du même auteur : « Extension du domaine de la lutte » (EDDDLL) et « La possibilité d’une île » (LPDUI). Je me suis même tapé le film de 2007 tiré du second titre (et mon avis sur ce film est : que dire qu’il n’y a rien dedans serait insulter le Rien ; par contre, il y a Arielle Dombasle qui y joue, ce qui n’est généralement pas bon signe).

Après avoir refermé « Soumission », j’ai donc quelques remarques à faire, que je vais organiser point par point, pour éviter d’être trop décousu, sans pour autant avoir à structurer toute une dissertation que ce livre, sans être mauvais, ne mérite pas. S’il y a un risque  que ce commentaire soit décousu, c’est avant tout parce qu’il est difficile de savoir si Houellebecq a voulu pratiquer la psychologie inversée dans son histoire (susciter chez ses lecteurs un comportement inverse de celui de ses personnages)…ou s’il s’agit d’une histoire et d’idées à prendre au premier degré.

Lire la suite

Religion et politique - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Colloquium Heptaplomeres

Une illustration de l'Heptaplomeres de Jean Bodin (supposé écrit vers 1587)

Estimer que c’est à travers des formes d’organisation politique dans le sens le plus large que se constitue et se maintient une société pose immédiatement le problème de la souveraineté. La souveraineté devient essentielle non seulement pour l’existence de la communauté politique mais aussi comme source fondatrice de son droit, donc de ses lois et règles. Or, cette notion a provoqué de nombreux débats que ce soit en science politique ou en droit constitutionnel. Retenons ici deux des attributs de la souveraineté ; tout d’abord :

Lire la suite

Pourquoi il faut écouter Jean Louis Bourlanges - par Descartes

Par Descartes sur son blog

http://www.cambadelis.net/wp-content/uploads/JL-Bourlanges.jpgLe Sphinx européïste. Il connaît la réalité, sait qu'elle n'est pas favorable à son camp, mais continuera à vous poser des énigmes retorses. Parce que c'est fun.

Cela vous étonnera peut-être, mais j’aime bien Jean-Luis Bourlanges. Il est pour moi l’un des rares eurolâtres à avoir conservé un minimum de rationalité dans sa vision du monde. Pour un Jean Arthuis, un François Hollande ou un Daniel Cohn-Bendit, l’Europe est une sorte Dieu chrétien de substitution. Comme Dieu, les voies de l’Europe sont impénétrables et même lorsqu’elle nous semble fonctionner de manière absurde ou conduire des politiques aberrantes, elle travaille en fait pour nous sans que nous nous en apercevions. Certes, reconnaissent-ils, l’Europe « ne fait pas ce qu’elle devrait », elle « ne répond pas à nos attentes ». Mais s’il en est ainsi, ce n’est pas à l’Europe qu’il faut s’en prendre, pauvres mortels que nous sommes, mais à nos propres pêchés et à ceux de nos gouvernants. Bourlanges partage avec eux un idéal fédéraliste, mais cet idéal ne l’empêche pas de voir les limites du réel, et surtout de le dire haut et fort, au risque de désespérer Billancourt. Ce qui fait que la lecture de ses écrits n’est jamais une perte de temps.

Lire la suite

Ch. Renoux sur le pape François - entretien de Valeurs & Actions Républicaines

Par Valeurs et Actions Républicaines, sur leur site

François PM, un jésuite aux affaires...

Christian Renoux est maître de conférences d'histoire moderne à l’université d’Orléans. Ancien membre de l'Ecole française de Rome et historien du catholicisme, il est un observateur attentif des évolutions de l'Eglise catholique et du Vatican. Il est également responsable de mouvements non-violents.
Pour QUE FAIRE il a accepté de répondre aux questions de Denis Gorteau sur le pape François.


DG : Avant la démission de Benoît XVI, quelles sont les crises les plus graves qui touchent le Vatican ?

CR : La crise qui a conduit Benoît XVI à démissionner a été sa perte d'autorité à la suite de l'affaire de Vatileaks. Le vol de documents dans son bureau et la mise sur la place publique par un journaliste italien des accusations (fondées) portées par des évêques et des cardinaux contre son bras droit, le cardinal Bertone, Secrétaire d'Etat, le tout sur fond de rumeurs de lobby gay, l'a terriblement affaibli. Parallèlement il a dû constater l'échec total des négociations qu'il avait souhaité engager avec les intégristes, malgré les concessions imprudentes qu'il leur a fait. Benoit XVI a semblé totalement désemparé et incapable de faire face.

Lire la suite

Mariage homosexuel : quelques choses à redire...

 

Points de vue divers mais plutôt hostiles au mariage homosexuel, pour contrebalancer le point de vue médiatique majoritairement favorable, parfois de façon outrancière, au projet de loi. Certains de nos partenaires, comme Voltaire République , ou des auteurs que nous citons comme Laurent Pinsolle, sont en revanche partisans du "mariage pour tous". Voir aussi le dossier, contrasté, réuni par Contrepoints.

Lettre d’un adopté à François Hollande - par le Cercle des volontaires
Le mariage homosexuel est-il une évidence ? - par le journal Contrepoints
Un point de vue libéral.
Mariage pour tous, euthanasie et libéralisme : la quadrature du cercle ? - par le journal Contrepoints
Un point de vue libéral et chrétien.
Mariage homosexuel : le stade supérieur de l'ultra-libéralisme ? - par Descartes

Lire la suite

Quand la France est-elle née ? - par Nationaliste Jacobin

Par Nationaliste Jacobin, sur son blog

http://blog-nationaliste.blog4ever.com

 

Certains impératifs obligent parfois à modifier ses projets. J’avais entamé sur ce blog une histoire de France que je voulais la plus précise possible, depuis les temps mérovingiens jusqu’à nos jours. Le temps me manque pour mener à bien ce travail. Par conséquent, la rubrique « histoire nationale » va changer d’optique. J’abandonne le récit linéaire des faits politiques, trop long à rédiger. Par ailleurs, nombre d’ouvrages offrent cette matière, présentée avec talent par d’éminents spécialistes. Si certains lecteurs veulent des précisions sur telle ou telle période, je me ferai un plaisir de leur répondre, ou, à défaut, de donner des indications bibliographiques. Désormais, les articles seront consacrés à des périodes, des personnalités ou des questions qui font débat.

Lire la suite

Le système vénitien et le système féodal - par le Cercle des Volontaires

Par le Jérôme P., sur le site du Cercle des Volontaires

http://cercledesvolontaires.wordpress.com

Afin de pouvoir analyser l’interaction entre le système Vénitien et le monde féodal, il est important de partir de la relation entre économie réelle et économie financière. L’économie réelle comprend le progrès technologique, son évolution et son impact sur la société, alors que l’économie financière comprend les échanges commerciaux et monétaires. Ainsi, La croissance financière doit être représentative d’une progression réelle de la société et non l’inverse. Dans le cas présent, nous allons voir que les profits exubérants des millieux financiers Vénitiens et italiens plus généralement se sont accompagnés d’une dégradation générale de la société, pour ne pas dire qu’ils en furent parfois la cause. Cependant, l’argent n’a, même quand on le croit, aucune valeur intrinsèque et est toujours représentatif de l’activité réelle qu’il représente. Dans les parties qui suivent  nous verrons quelles ont été les variations des facteurs déterminant l’économie réelle.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×