classes

Faites ce que je dis, pas ce que je fais - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

Un billet assez court, mais comme d'habitude sur le blog de Descartes, les commentaires sont passionants.

C dans l'air

C’était ce jeudi dans l’émission « C’est dans l’air ». La discussion a tourné vers l’éternel sujet de l’apprentissage. Avec les discours germanolâtres habituels – normal, Elie Cohen était sur le plateau – sur le thème « tout le monde le sait, tout le monde est d’accord, l’apprentissage est la voie de l’avenir ». Et chaque invité d’y aller de son commentaire sur le thème « en France, les parents continuent à orienter leurs enfants sur la voie de l’enseignement classique, alors que l’apprentissage enseigne un véritable métier ». Et tout le monde de conclure qu’il est essentiel d’élargir l’apprentissage et convaincre les parents.

Lire la suite

Pourquoi les cheminots ont perdu et les intermittents vont gagner... - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://www.lefigaro.fr/medias/2012/09/10/a0494756-fb67-11e1-8991-47fce3614a0c-493x328.jpg

Inutilité du commentaire.

Le « dialogue social » avec lequel le pouvoir a cherché – et largement réussi – à endormir les syndicats commence maintenant à atteindre ses limites. Le mécontentement devant une politique qui ne laisse pas de perspectives s’est d’abord manifesté par une résignation maussade, puis par un vote de rejet dans les urnes. Et maintenant, les conflits commencent.

Mais tous les conflits ne se valent pas. Les deux grands conflits en cours, celui des cheminots et celui des intermittents, sont deux exemples admirables pour observer comment notre petit monde politico-médiatique réagit de manière singulièrement différente selon que les conflits. Pour les cheminots, c’est le langage du rejet : on condamne une CGT décidément trop « ringarde » et « passéiste » pour accepter « la réforme » ; on affiche un mépris de bon ton pour des cheminots décidément trop bêtes et crispés pour comprendre que la réforme a été conçue dans leur intérêt et que le statut du cheminot – juré, craché – n’est nullement menacé ; on se désole publiquement sur les « usagers pris en otage » et, figure imposée, on invoque le « modèle allemand » de la Deutsche Bahn, dont on ne sait pas très bien comment il fonctionne mais qui doit être merveilleux puisqu’il est allemand.

Lire la suite

Ce que le classement PISA dit de notre système éducatif - par Laurent Pinsolle

Par Laurent Pinsolle, sur son blog

Bien sûr, les classements internationaux n’ont pas tous de la valeur. Certains étant mal faits, d’autres biaisés idéologiquement. Mais l’étude PISA a bonne réputation et ses résultats vont globalement dans le sens de ce que l’on ressent. Les résultats de la France sont mauvais, mais moins que certains ne le disent.
Une situation très médiocre stabilisée
Bien sûr, la France perd trois rangs dans le classement en mathématiques, reculant à la 25ème place. Mais outre le fait qu’il y ait 65 pays classés, notre score est stable, la glissade ayant eu lieu de 2000 à 2006. Sur le seul périmètre des pays de l’OCDE, nous pointons en 18ème place sur 34. Bien sûr, ce n’est pas glorieux, d’autant plus que la France avait une bien meilleure position en mathématiques dans le passé, mais nous sommes devant les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Espagne ou l’Italie. En revanche, il faut noter que l’Allemagne fait un grand bon en avant et nous dépasse nettement.

Lire la suite

Implosion ? - par Valeurs & Actions Républicaines

Par Valeurs & Actions Républicaines, sur leur site

Commentaire de Pablito Waal : je ne pense pas, contrairement à l'auteur de l'article, que A. Dekhar soit d'une manière ou une autre un symptôme de la colère d'un certain nombre de français. On constate que l'analyse plaçant les classes moyennes comme socle de la République est à mettre en perspective avec les analyses de Descartes, qui voit ces mêmes classes, non comme base de la République, mais des politiques eurolibérales qui, ici, leur retombent dessus.

Hollande et son équipe battent des records d'impopularité. Suivant la pente de Sarkozy l'exécutif s'use à mesure que le pays implose lentement. Partout un mécontentement sourd touche pratiquement toutes les couches de la population. Pourquoi ? Et surtout quelles solutions pourraient sortir le pays de l'ornière ?

 

Un pays trop plein ?

La France n'en finit pas de s'enfoncer dans la crise ou plutôt les crises : emploi, logement, santé, éducation... Pratiquement tous les domaines sont dans le rouge. Le "ras-le-bol" fiscal n'est qu'une étape de plus dans le défilé du mécontement populaire qui, originalité, touche autant le PS que l'UMP. En effet, peu milite pour le retour de Sarkozy et 73 % des sondés jugent négativement Copé. On ignore Fillon et on laisse Le Pen incarner (par défaut) la coalition des déçus de toutes sortes. Or, le FN reste stérile (lien).

Lire la suite

Les inégalités de revenus aux USA - articles d'Olivier Berruyer

 

Coefficient de Gini des USA Etats-Unis

(L'indice de Gini mesure l'éloignement de la courbe de répartition des revenus par rapport à une distribution parfaitement égalitaire; compris entre 0 et 100, plus il est élevé, plus le pays est inégalitaire)

Les inégalités de revenus aux USA (1/3)

Les inégalités de revenus aux USA (2/3)

Les inégalités de revenus aux USA (3/3)

 

Lire la suite

Le discours de la méthode (XII) : remettre les ONG à leur place ! - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://s2.lemde.fr/image/2011/10/15/534x267/1588552_3_dcc6_l-opacite-du-mode-de-calcul-et-des-sommes-en_30037cab19cae95c4cf15d4990e69c21.jpg

Je sais que le titre de ce blog choquera certains de mes lecteurs. Comment, en effet, peut on aujourd’hui oser remettre en cause ces organisations dont on nous répète à longeur de journée qu’elles sont indispensables à la démocratie, au « vivre ensemble », au fonctionnement de la cité ? Comment peut-on remettre en cause ces organisations au fonctionnement démocratique, reposant sur le bénévolat désintéressé de gens modestes, honnêtes et travailleurs, si différents des politiciens cupides et des fonctionnaires routiniers et procéduriers ?

Et bien, on le peut. Mais cela suppose de remettre en cause quelques uns des dogmes qui entourent le monde des ONG. Non, les ONG ne reposent pas sur le bénévolat, mais sur des dirigeants professionnalisés qui en vivent. Non, le fonctionnement des ONG n’est pas « démocratique », mais repose sur un système de castes dans lequel le militant de base qui paye et se tait n’a pas le même pouvoir que le dirigeant. Non, le milieu associatif n’est pas ce paradis de gens honnêtes et désintéressés, mais est traversé par les mêmes intérêts et les mêmes ambitions que le monde politique.

Lire la suite

Patron incognito : une expérience à généraliser - par Tomgu

Par Tomgu, sur son blog

http://lactualite.over-blog.com

Avec cet article, on se demandrait pourquoi Tomgu se classe à droite...

http://trictrac.fr/infos/centre/breves/imagerie/9562_0.jpg

Faire de la lutte des classes un jeu, n'est-ce pas le meilleur moyen pour une chaine privée de la stériliser ?

Hier soir, M6 diffusait le premier numéro de sa nouvelle émission de télé-réalité : patron incognito. Le concept est simple et consiste à ce qu'un chef d'entreprise soit plongé en immersion dans sa propre société. En somme, il s'agit plus ou moins d'un "vis ma vie d'employé" à destination des patrons.

Après avoir visionné le premier épisode avec Jean-Claude Puerto, PDG de Ucar, je dois reconnaître avoir été séduit par le concept. Certes les images sont à prendre avec recul car il s'agit d'une émission de télé mais plus que le format de l'expérience, c'est bien l'idée en elle-même qui m'intéresse au plus haut point.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×