commerce

Le RDIE : la bombe à retardement démocratique du traité transatlantique - par Laurent Pinsolle

 
Commentaire de Pablito Waal : le juridisme contre la démocratie...
 
 
Dans son livre consacré à l’accord transatlantique, Danièle Favari donne toutes les raisons pour s’y opposer. Et par-delà les risques sanitaires et le fait de servir les multinationales, il y a un mécanisme peu connu mais révoltant, survivance du défunt AMI, les RDIE, ces tribunaux qui asservissent les démocraties.
Le RDIE, qu-est-ce que c’est ?
Le RDIE (Règlement des Différends entre Investisseurs et Etats), ou ISDS en anglais (Investor-State Dispute Settlement) est « un mécanisme d’arbitrage privé entre les investisseurs et les Etats qui se substituerait aux juridictions existantes, permettant ainsi aux investisseurs privés de s’affranchir de toutes les lois et, de contourner les décisions qui leur seraient gênantes et de sanctifier la privatisation du pouvoir législatif ». Les Etats et les Parlements ne peuvent rien contre ces jugements. 6514 cas ont été soumis en 2012. Danièle Favari note que « 15 arbitres ont décidé de 55% de tous les litiges connus » et que « les revendications des Investisseurs ont été acceptées dans 70% des décisions arbitrales connues en 2012 », avec 1,77 milliards de dollars d’indemnité à Occidental contre l’Equateur.

Lire la suite

Micro-débat sur l'économie chinoise - par l'ARSIN

Par l'ARSIN

Un autre micro-débat sur un sujet de fond, à partir d'un article de LIESI et d'un autre publié par Lupus, mais dont les médias, qui font surtout de l'événementiel, parlent peu : quelles sont les limites de la croissance chinoise ?

Lire la suite

Choc des civilisations et usure financière - par le Cercle des Volontaires

Par Plethon, sur le site du Cercle des Volontaires

http://cercledesvolontaires.wordpress.com

Pourquoi, dans une période de délabrement économique, fait-on l’objet de tensions entre pays ?

Ne serait-il pas plus judicieux de joindre nos efforts pour résoudre les problèmes des uns et des autres ?

Aujourd’hui, le monde des dirigeants est fortement influencé par la doctrine dite du “Choc des Civilisations” qui est venue se substituer à la doctrine de la “Guerre Froide”. Inspirée par le défunt Samuel Huntington, la doctrine du choc des civilisations divise le monde en zone géographique et culturelles (Sino-Russe, Inde, monde musulman, Amériques, Europe) qui, d’après lui, sont et seront amenées à entrer en conflit pour assurer leur survie. Cette doctrine à été sous George Bush, George Bush fils, et maintenant sous Obama, la ligne directrice qui détermine la politique extérieure des USA, et donc de l’Occident.

Au travers de l’Histoire nous essayerons de comprendre à quelles fins une telle politique peut-elle servir, et quels sont les risques qu’elle fait peser sur la société.

Lire la suite

Après l'euro, par Keynes - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

http://www.lalettrevolee.net

eurend.jpg

La fin de l'euro, allégorie.

 

Nous sommes en mars 2013. La France est sortie de l'euro depuis six jours, Keynes, prix Nobel d'économie, se réjouit de cette excellente nouvelle :

"Rares sont les français qui ne se réjouissent pas de la fin de l'euro. Nous sentons que nous avons enfin les mains libres pour faire ce qui est raisonnable. La période romantique est révolue, et nous pouvons nous mettre à discuter de manière réaliste le choix de la meilleur politique possible.

Lire la suite

Patron incognito : une expérience à généraliser - par Tomgu

Par Tomgu, sur son blog

http://lactualite.over-blog.com

Avec cet article, on se demandrait pourquoi Tomgu se classe à droite...

http://trictrac.fr/infos/centre/breves/imagerie/9562_0.jpg

Faire de la lutte des classes un jeu, n'est-ce pas le meilleur moyen pour une chaine privée de la stériliser ?

Hier soir, M6 diffusait le premier numéro de sa nouvelle émission de télé-réalité : patron incognito. Le concept est simple et consiste à ce qu'un chef d'entreprise soit plongé en immersion dans sa propre société. En somme, il s'agit plus ou moins d'un "vis ma vie d'employé" à destination des patrons.

Après avoir visionné le premier épisode avec Jean-Claude Puerto, PDG de Ucar, je dois reconnaître avoir été séduit par le concept. Certes les images sont à prendre avec recul car il s'agit d'une émission de télé mais plus que le format de l'expérience, c'est bien l'idée en elle-même qui m'intéresse au plus haut point.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×