croissance

Cet euro qui ne nous protège … pas ! (bien au contraire) - par L'Oeil de Brutus

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog ainsi que sur celui de Laurent Pinsolle

Même les libéraux commencent à taper dur sur la monnaie unique. Certes, Charles Gave et son Institut des Libertés s’étaient attelés la tâche il y a déjà plus de dix ans. Mais le dossier très complet qu’ils ont publié a le mérite d’enfoncer le clou, même s’il souffre évidemment d’un biais idéologique libéral évident, déjà mis en exergue par Laurent Pinsolle (je ne reviens donc pas sur ce point).

Chiffres à l’appui, l’Institut des Libertés nous démontre l’inanité complète et l’absurdité intrinsèque de la monnaie unique. Parmi, ces chiffres et tableaux un seul résume tous les autres : ceux de la croissance.Cet euro qui ne nous protège … pas ! (bien au contraire)

Lire la suite

Félicitations à Manuel Valls !

Tribune libre de Pablito Waal

http://i.huffpost.com/gen/1405662/thumbs/o-VALLS-CONTENT-facebook.jpg

Avant même de connaître la composition du nouveau gouvernement, je ne peux qu'exprimer ma joie de voir un serviteur de la Nation aussi dévoué  que Manuel Valls accéder à une des plus hautes fonctions de l'Etat. Finis déficits, chômage et croissance atone ! Chacun ne peut que constater le consensus qui s'est établi sur la pertinence des idées exprimées par celui qui était jusque là ministre de l'Intérieur, et ce sur tous les sujets. Que ce soit sur l'économie, sur la résorption de de la délinquance ou le respect des libertés civiles, notre nouveau chef de gouvernement a désarmé tous ses contradicteurs.

Je ne vois d'ailleurs même pas pourquoi ce blog continue d'être alimenté d'articles critiques sur la construction européenne, l'euro, l'OTAN ou le capitalisme : tout cela sera bientôt sans objet.

Toute mention de la date n'est pas superflue. Pour un véritable article, lire ceci.

Un aveu - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Croissance depuis 2000 (indice 100)

 Growth

Une nouvelle est passée quasiment inaperçue vendredi dernier, c’est l’annonce faite par le gouverneur de la Banque centrale des Pays-Bas, M. Klaas Knot, que son institution avait préparé un « plan d’urgence » (a contingency plan) pour une sortie de l’Euro en 2012. Cette nouvelle n’a rien d’étonnant, et elle confirme ce que l’on sait de diverses sources. Les différentes Banques centrales des pays de la zone Euro, et même les Ministères des Finances, travaillent sur des scénarii d’explosion ou de sortie de l’Euro depuis au moins le printemps 2011.

Lire la suite

Bilan financier de l’Etat fédéral et de l’économie américaine : les apparences sont trompeuses - par Onubre Einz

Par Onubre Einz, sur le site d'Olivier Berruyer

Source : Maison-Blanche

Nous faisons une courte infographie sur la dette fédérale et le rôle qu’elle joue dans la croissance américaine. Nous avons établi nos calculs sur la base de diverses sources américaines afin de montrer que les présentations officielles doivent être prises avec prudence.  Une réflexion critique, utilisant les données disponibles, modifie le discours lénifiant tenu sur la consolidation de la reprise en cours et le recul de l’endettement public américain.

Ce papier montera à quel point la reprise dépend encore des déficits publics. Il rendra justice à la thèse d’une baisse historique de l’endettement public fédérale en 2013. En soutenant cette thèse, les observateurs ont en effet oublié de noter que la FED s’était mise à financer la construction en achetant chaque mois 40 Md de $ de créances immobilières titrisées des agences américaines (RMBS de Fannie Mae et Ginnie Mae) ; elle a ainsi pris le relais dès l’automne 2012 d’un trésor allant la crise de la dette de 2013. La prise en considération de telles sommes modifie la donne financière : ce n’est plus le déficit fédéral qu’il faut examiner, c’est le déficit cumulé du Trésor et de la FED quand il se donne la main et/ou se passe le relais du soutien de l’économie.

Lire la suite

Diagnostics et solutions pour l’Europe : entretien avec Jean-Pierre Chevènement - par Contre la Cour

Par Magali Pernin, sur Contre la Cour

chevenement liiortube

Mercredi 11 décembre, nous avons rencontré Jean-Pierre Chevènement qui a accepté de répondre à nos questions.

Il nous a livré son diagnostic sur les problèmes économiques et sociaux connus par les États européens causés notamment par l’euro, monnaie unique, et par un système institutionnel inadapté.
L’ancien ministre, connu pour son engagement contre le Traité de Maastricht, plaide pour une monnaie commune et pour des institutions européennes plus respectueuses des démocraties nationales.
Nous avons eu également l’occasion d’aborder la question, peu traitée par ailleurs, de la place des Parlements nationaux dans le processus de décision européen.

Lire la suite

Etats-Unis : avis de croissance confirmé - par Laurent Pinsolle

Par Laurent Pinsolle, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : pour finir l'année, et puisque le site de l'ARSIN est un site de débat, voici une nouvelle qui a priori contredit ce qui a été écrit dans l'article sur le déclin de la croissance sous le capitalisme. Cependant, il faut regarder à long terme : les USA sortent (peut-être) de plusieurs années de faible croissance, et de relance monétaire plus que massive. Laurent Pinsolle (qui, par ailleurs, a annoncé que son blog allait devenir collectif) pense lui-même que ce sursaut sera temporaire.

Je vous souhaite, chers lecteurs, une bonne année 2014.

2014, année de la reprise ?

Lire la suite

Le capitalisme est en train d'échouer (IV) - par Pablito Waal

(suite du précédent)

Conclusions

Le constat est donc le suivant : exception faite des BRIC (ou plutôt BIC, Brésil – Inde – Chine) qui rattrapent le temps perdu, le monde est engagé sur la voie d’une croissance molle, et déclinante dans de nombreux cas, voire partout lorsqu’il s’agit d’économies « matures », au développement déjà ancien. Les efforts de libéralisation, d’ouverture des frontières, l’alternance des gouvernements n’y ont pas changé grand-chose.

Et que faut-il y voir de particulier, me direz-vous ? Que le capitalisme est en train de connaître une évolution comparable à celle des pays du Comecon dans les années 1970-1980 : l’économie ne s’effondre pas (encore), mais elle se dirige vers la croissance zéro comme horizon quasi-certain. La miraculeuse faculté du capitalisme à « créer de la richesse », déjà discutable en cela que nombre de ces richesses bénéficient ou résultent d’efforts collectifs (programmes spatiaux, militaires, nucléaires, informatiques…) peu capitalistes, paraît caler.

Lire la suite

La Banque Centrale Européenne est une anomalie - par Laurent Pinsolle

Par Laurent Pinsolle, sur son site

Un nouvel exemple : l’Inde
C’est un long papier de The Economist qui est venu rappeler à quel point une banque centrale et l’Etat peuvent décider de réglementer le système financier dans le sens de l’intérêt général. Et le cas mis en avant est celui de la première démocratie du monde, l’Inde. L’article souligne à quel point l’Etat tient sous sa coupe le système financier. En effet, les banques publiques assurent trois-quarts des prêts du pays et les banques étrangères ont une part de marché limitée à 5%. La banque centrale du pays, « relativement indépendante » impose aux banques d’investir 23% de leurs dépôts en bons du trésor et d’en déposer 4% chez elle. Enfin, 40% des prêts vers les secteurs prioritaires, notamment l’agriculture.

Lire la suite

Le capitalisme est en train d'échouer (III) - par Pablito Waal

Suite du précédent

La croissance se raréfie-t-elle parce que nous ne serions pas assez libéraux ?

Plusieurs gouvernements ont été ici passés en revue, de lignes politiques fort différentes. Je pourrais m’attarder sur les contextes qui expliqueraient les insuccès, qu’il s’agisse des héritages du passé (l’inflation tant reprochée aux gouvernements travaillistes par les thatchériens en est un exemple), ou des entraves que les oppositions leur imposèrent (ainsi les reaganiens expliquent-ils que Ronald n’ait pu réellement diminuer les dépenses publiques américaines au cours de ses deux mandats). Mais arrêtons-nous sur un point : aucun gouvernement, qu’il fut libéral, social-démocrate, ou un quelconque mélange entre les deux, ou même encore vaguement protectionniste, bien que la tendance n’y soit plus depuis quelques décennies, n’a trouvé de réponses durables et décisives au ralentissement de la prospérité de son pays.

Lire la suite

Le capitalisme est en train d'échouer (II) - par Pablito Waal

(suite du précédent)

Après le constat global, nous allons voir maintenant que la régression des taux de croissance n’est pas due à un certain nombre de pays, par exemple ceux de la « Vieille Europe », surfiscalisés et surréglementés, qui plomberaient la dynamique des pays riches, dynamique qui ne subsisterait que dans les pays libéraux. Les austères graphes qui suivent montrent qu’à l’exception de petits pays (parmi lesquels figurent des cas surprenants, comme la Suède, qui malgré ses réformes libérales, reste l’un des pays les plus socialisés d’Europe), la tendance des taux de progression annuelle du PIB, par tête et en parité de pouvoir d’achat, est partout en déclin. Et que la France, si elle est arrivée plus vite que d’autres à une quasi-nullité de sa « croissance potentielle », n’a fait que sauter quelques étapes avant de se faire rattraper. Nous limiterons notre constat aux trente dernières années, excluant donc la cassure de la dynamique des « Trente Glorieuses » dans les années septante, et montrant que le « cycle de Kondratieff » que certains voient commencer dans les années 1970-1980 ne s’est jamais traduit par un rythme soutenu et long d'élargissement du PIB.

Lire la suite

Le capitalisme est en train d'échouer (I) - par Pablito Waal

http://humboldtsentinel.com/wp-content/uploads/2013/05/GB-mission-accomplished.jpg

Bah, tant qu'on sauve les apparences...

Vous connaissez sans doute l’argument ultime des défenseurs du capitalisme : « Le Capitalisme crée des richesses, tout de même ». Oui oui, l’argument est souvent formulé de cette façon assez grossière, qui permettrait qu’on lui réponde qu’après tout, techniquement, l’URSS et son économie planifiée en créaient également, des richesses. « Oui, mais plus » vous dira votre interlocuteur. « Et de plus en plus », ajoutera-t-il au cas où vous auriez l’idée de préciser que les économies du COMECON ont aussi connu la croissance, en l’espace de quelques décennies, sans quoi leur état dans les années 1980 aurait à peine été supérieur à celui qu’on constatait dans les décombres de l’Europe orientale en 1945.

« Et de plus en plus ». La réussite du capitalisme doit se lire dans les taux de croissance, de surcroît eux-mêmes croissants, et surtout dans les économies où les réformes libérales sont appliquées. Pour ceux qui ont vécu les années 90, et même jusqu’à 2007, rappelez-vous, les « modèles » anglo-saxons étaient portés au pinacle. Leur avantage se résumait en ce point, voire double point de croissance annuelle du PIB qu’ils avaient en plus, par comparaison aux pauvres performances de notre Hexagone étatisé.

Et bien, vous savez quoi ? Cet argument de la croissance comme preuve aboutie du succès du capitalisme, vous pouvez l’encadrer, le fixer sur un mur, et le garder en réserve pour vos descendants émus.

Lire la suite

Les raisons d'une rechute - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

 G1-Croissance

Lecture : en 2013, les facteurs qui poussent à la croissance (histogrammes au-dessus de zéro) se réduisent à la consommation et à la dilapidation des stocks. L'investissement est en recul et surtout le commerce extérieur ralentissent la croissance.

Source : INSEE : « Au troisième trimestre 2013, le PIB baisse légèrement »

URL : http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=26&date=20131114

La nouvelle dégradation de la situation économique – la France a enregistré un recul de son PIB de -0,1% au troisième trimestre de 2013 – a pris le gouvernement français à contre-pied. En effet, ce dernier escomptait une poursuite de l’amélioration de la situation économique sur la base des résultats qui avaient été enregistrés au 2ème trimestre. La rechute enregistrée au 3ème trimestre vient sonner le glas de ces espérances.

On le constate dans les faits, l’économie française n’est pas sortie de la stagnation dans laquelle elle se débat depuis maintenant près de deux ans. De ce point de vue, l’analyse des facteurs contribuant à la croissance du PIB est extrêmement éclairante. La croissance n’est tirée de l’avant que par le mouvement des stocks. Mais, il est clair que ce mouvement, qui compense des fortes baisses de fin 2011 et 2012, ne va pas se maintenir au 4ème trimestre.

Lire la suite

Entretien de l'Avant-Garde Economique avec O.Berruyer et J.Sapir

L'Avant-Garde Economique (http://avantgardeeconomique.fr/) a réalisé cet entretien ce mois-ci. Jacques Sapir la présente également sur son blog.

Borloo-Bayrou, rien de neuf à l'horizon - par Yohann Duval

Par Yohann Duval, sur son blog

François Bayrou et Jean-Louis Borloo ont finalement réussi à se mettre d'accord : l'UDI et le MoDem s'associeront lors des échéances électorales à venir. Au-delà des mots, cette "Alternative" a-t-elle un objectif plus noble qu'une simple lutte des places ?

alternative-modi-baloo.jpg

Faire du neuf avec du vieux

Difficile de trouver dans le contrat de mariage publié mardi une quelconque nouveauté programmatique. Il faut dire que l'union UDI-MoDem est un concentré de ce que notre pays a pu produire de plus conformiste depuis 30 ans : François Bayrou, Jean-Louis Borloo, Yves Jégo, Hervé Morin... tous ont gouverné, à un moment ou à un autre, notre pays. Tous ont lamentablement échoué à le redresser. Tous semblent nier aujourd'hui leurs responsabilités. Ils vont même jusqu'à prétendre "renouveler la vie politique" en recréant une simili-UDF !

Lire la suite

L’Euro et la croissance - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

22221_republique-centimes-euro-faute-avers

Les discours d’experts ont annoncé pendant de nombreuses années que la mise en place de l’Union Économique et Monétaire, autrement dit la « zone Euro », aurait des effets extrêmement positifs sur l’économie des pays membres. Des travaux relativement récents et très solidement argumentés viennent contredire ces affirmations.

Discours et illusions initiales

L’illusion qu’une zone monétaire caractérisée par une monnaie unique, comme l’Euro, donnerait naissance à une augmentation très forte des flux commerciaux entre les pays de cette zone monétaire a été fortement répandue. Ceci provenait de travaux tant théoriques qu’empiriques, en particulier ceux d’Andrew K. Rose.

Lire la suite

Guillaume Duval versus Olivier Delamarche - par le Cercle des Volontaires

Par Cyril Romano et Bigger P, du Cercle des Volontaires

Prenons deux économistes divergents et posons-leur trois questions :

1. Quelles sont les perspectives d’avenir de l’économie française ?

2. La seule solution à la crise est-elle de taxer les citoyens et de faire des réformes à la marge ?

3. La France peut elle compter sur la mondialisation et sur la théorie des vases communicants ?

Lire la suite

La Russie à la croisée de chemins - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Le sommet du G-20 s’est tenu à Saint-Pétersbourg alors que la situation de l’économie russe continue de se détériorer. Certes, en comparaison avec les résultats de la zone Euro, et en particulier avec ceux de la France, ces résultats sont acceptables et peuvent même être considérés comme bons. De même, si on les compare avec ceux de certains pays dits « émergents » comme l’Inde, ils restent satisfaisants, en particulier comparés à ceux de l’Inde.  Il n’y a pas eu en Russie de spéculation massive contre le Rouble, comme il y en a tant au Brésil qu’en Inde. Mais, du point de vue de l’évolution de l’économie russe, des besoins et des problèmes qu’elle doit affronter, ces résultats sont préoccupants (graphique 1). Ils montrent une économie aujourd’hui incapable de s’extraire d’un contexte international défavorable et de trouver en elle-même les sources d’une forte croissance.

Graphique 1

Évolutions macroéconomiques. Chiffres en indice du même mois de l’année précédente (glissement annuel)

G1

Source : Banque Centrale de Russie

Lire la suite

La course du rat, les retraites et la décroissance - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : un sujet de rentrée pour Edgar. Encore une critique de l'euro, certes, mais les chiffres sur le taux d'activité des européens selon l'âge sont intéressants.

Avec une croissance à un taux normal de 2% par an, nous pourrions fort probablement financer les retraites.

L'euro a cassé la croissance et pour éviter d'appeler un chat un chat la gauche qui pense a choisi maintenant de crier haro sur la croissance. 

Un élément nouveau est intervenu sur ce débat : à l'occasion de la sortie du livre de Thomas Piketty, il a rappelé que plus le taux de croissance est faible et plus les revenus du capital sont élevés.

Les décroissants sont donc aussi des fabricants de rentiers (il y en a au moins deux qui s'agitent beaucoup en ce moment, Bernard maris et Dominique Méda).

Je referme la parenthèse.

Une autre conséquence de la décroissance est la difficulté pour chacun à conserver un travail rémunérateur.

Ca donne des graphiques assez éloquents.

800px-inactivity_rates_by_sex_and_age_eu28_2002-2012.png

Lire la suite

A quand la croissance ? - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://images.daf-mag.fr/Images/Breves/Stagnation-activite-dans-PME-premier-semestre--47548-0.JPG

La croissance ne reviendra pas. Ce n’est pas moi qui le dit, ce sont des doctes économistes, de ceux qui n’ont aucune difficulté à se faire inviter dans les émissions les plus en vue de nos étranges lucarnes. Et le pire, c’est qu’ils ont raison. D’abord, parce qu’avec la politique économique que nos gouvernants mettent en œuvre sous l’œil attentif des gnomes de Bruxelles, il n’y a guère de chance que dame Croissance vienne s’installer dans nos contrées. Mais ces économistes ont raison sur un point au moins : la croissance des « trente glorieuses » ne reviendra pas. Elle ne peut pas revenir. Et il est important de comprendre pourquoi.

D’abord, lorsqu’on parle de « croissance », on parle de croissance de quoi, exactement ? D’une manière générale, la notion de « croissance » fait référence à la quantité de richesse produite par une économie. Bien entendu, il y a débat sur la manière de mesurer cette richesse. Dans notre comptabilité publique, cette richesse est mesurée par le PIB (produit intérieur brut).

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×