droite

Commentaire de "Soumission" de Michel Houellebecq

Par Pablito Waal
 

Soumission 2

Attention, on s’poile. Et non, je ne ferai pas d’article sur tout ce que je lis.

Initialement, je ne voulais pas lire le « phénomène » qu’est le dernier Houellebecq. Je l’ai fait…dans un mélange du contexte des attentats des 7 et 9 janvier, ou de la mauvaise publicité (donc publicité quand même) faite sur ce livre, et sur l’avis d’un ami qui l’a lu en me disant que, non, ce livre n’est pas « islamophobe » (ce n’est pourtant pas un caractère qui me ferait fuir).

Je précise que j’avais déjà lu deux œuvres du même auteur : « Extension du domaine de la lutte » (EDDDLL) et « La possibilité d’une île » (LPDUI). Je me suis même tapé le film de 2007 tiré du second titre (et mon avis sur ce film est : que dire qu’il n’y a rien dedans serait insulter le Rien ; par contre, il y a Arielle Dombasle qui y joue, ce qui n’est généralement pas bon signe).

Après avoir refermé « Soumission », j’ai donc quelques remarques à faire, que je vais organiser point par point, pour éviter d’être trop décousu, sans pour autant avoir à structurer toute une dissertation que ce livre, sans être mauvais, ne mérite pas. S’il y a un risque  que ce commentaire soit décousu, c’est avant tout parce qu’il est difficile de savoir si Houellebecq a voulu pratiquer la psychologie inversée dans son histoire (susciter chez ses lecteurs un comportement inverse de celui de ses personnages)…ou s’il s’agit d’une histoire et d’idées à prendre au premier degré.

Lire la suite

L'électeur européen avait le choix entre Juncker et Schulz... - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

Rappel : ceux qu'Edgar appelle "souverainistes européens" sont les eurofédéralistes (qui veulent la souveraineté de l'Union Européenne en lieu et place des souverainetés nationales).

Martin Schulz (L) and Jean-Claude Juncker

 Il aura Juncker et Schulz.

Les souverainistes européens se sont réjouis de la nomination de Juncker comme président de la Commission européenne, symbole de la politisation de l'élection du Parlement européen, gage du respect absolu de la volonté des électeurs.

Lire la suite

C'est la chute finale - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

Rien ne sera comme avant après ce 25 mai. Non pas parce quelque chose ait radicalement changé. Les fondamentaux qui ont rendu possible la victoire du Front National sont à l’œuvre depuis fort longtemps. Depuis plus de trente ans nous assistons à la dégradation de nos institutions, à la démission de nos élites, à la détérioration – dans la plus grande indifférence des bienpensants – de notre appareil productif, à la marginalisation politique des couches populaires et à la prise du pouvoir par les classes moyennes, à la destruction de l’ascenseur social et à la promotion des « communautés ». C’est dire que tout ce qui a permis au Front National d’arriver en tête dans cinq circonscriptions sur sept et de devenir le premier parti de France ne date pas de dimanche dernier. Trente ans que l’empereur a été progressivement délésté de ses beaux habits devant une foule de courtisans politico-médiatiques qui vantaient en permanence la modernité et la « branchitude » de son costume. Aujourd’hui, l’Empereur est nu et il le sait. Pas étonnant qu’il ait envie de changer de tailleur.

Lire la suite

Un quart seulement des français ont voté pour l'européïsme

Nous n'avons pas encore les résultats de l'UPR, mais, visiblement, aucun miracle ne s'est produit, alors que DLR fait une performance très honorable. Mon intuition selon laquelle le FN ne réaliserait pas la performance qui lui était prêtée, parce que son électorat ne se mobiliserait pas pour une élection qui, d'habitude, ne l'intéresse pas, s'est révélée fausse. Nul ne sait si cette élection sera vue a posteriori comme "un tournant" (l'élection à partir de laquelle les électeurs frontistes ont vraiment décidé de s'emparer de la question européenne) ou un simple coup de colère (contre Hollande et secondairement l'UMP, dans la seule élection où le FN pouvait obtenir facilement des élus).

En prenant en compte l'abstention, il n'en reste pas moins que le Front National ne rassemble qu'un dixième des français.

Et notons que 6% des électeurs inscrits ont cru nécessaire d'aller voter pour la formation du président. Même le sondages de popularité de F.Hollande n'allaient pas jusque-là.

Résultats donnés vers 20 heures. Participation : 43%

Liste Suffrages exprimés (%) Electeurs inscrits (%) Classement gauche/droite Positionnement face à l'UE
FN 25,0 10,8 droite Eurocritique de droite
UMP 20,3 8,7 droite Européïste
PS 14,7 6,3 gauche Européïste
UDI 10,0 4,3 droite Européïste
EELV 8,7 3,7 gauche Européïste
FDG 6,6 2,8 gauche Eurocritique de gauche
DLR 3,9 1,7 droite Eurocritique de droite
Nouvelle Donne 3,1 1,3 gauche Européïste
Nous Citoyens 1,4 0,6 droite Européïste
NPA 1,2 0,5 gauche Eurocritique de gauche
Force Vie 0,5 0,2 droite Européïste
LO 0,4 0,2 gauche Eurocritique de gauche
Autres 4,2 1,8 -
 -

Un autre tableau de classements, avec les scores des  :

Classement % des exprimés % des inscrits
Droite 61,1  26,3 
Gauche 34,3  14,7 
Européïste 58,7 25,2 
Eurocritique de gauche 7,8 3,3 
Eurocritique de droite 28,9 12,4 

Pourquoi Erdogan a gagné ? - par Valeurs & Actions Républicaines

Par Valeurs & Actions Républicaines

Recep Tayyip Erdoğan en 2012.

Erdogan, l'insubmersible ?

Mars 2014 : le premier ministre turc et son parti, l'AKP, remportent les élections municipales !

Pourtant fortement contesté depuis des mois dans la rue et par plusieurs secteurs de la société, Erdogan sort renforcé de ces élections qui ont des airs de législatives de juin 1968... Pourquoi un tel succès après plus de 11 ans de pouvoir ?

Lire la suite

La légende noire de Robespierre - par Cécile Obligi

Ici la conférence donnée par l'historienne Cécile Obligi aux Ernest de l'Ecole Normale Supérieure.

Laurent Pinsolle lit Todd & Le Bras

Commentaire de Pablito Waal : Après Michéa, c'est Todd et Le Bras, démographes connus, que Laurent Pinsolle lit. On notera la prophétie d'effondrement du FN dans la troisième partie, où l'argument principal semblerait être une analogie entre le FN et le PCF, le premier finissant par recouvrir la carte électorale que le second avait eu jadis, et l'écart entre les attentes populaires et "le fond culturel de l'extrême-droite" amènerait une chute du parti lepéniste rapide...Il faudrait lire ce livre, car tel que Pinsolle le décrit, l'argument est vaporeux.

Voir également l'article que Yann, du Bon Dosage, consacre à ces deux auteurs (avec vidéo en prime). 

Todd et Le Bras lisent dans les cartes de la France - par Laurent Pinsolle

Quand Todd et Le Bras décryptent l'économie par les cartes - par Laurent Pinsolle

Todd et Le Bras expliquent la hausse du FN...et prévoient sa disparition ! - par Laurent Pinsolle

Lire la suite

Le Front national est d'extrême droite - par Voltaire République

Par Simon Archipenko, sur le blog de Voltaire République

Commentaire de Pablito Waal : le terme "extrême-droite" dont la construction même doit plus à l'invective qu'à une analyse politique (l'extrémisme est toujours relatif...) n'a pas ma faveur. Le Front National est une droite nationaliste conservatrice. Et, comme l'indique S.Archipenko, pas spécialement républicaine, sociale et ni vraiment antieuropéenne.

Et si madame Le Pen avait réussi sont coup en faisant du mot "extrême-droite", donc de son idéologie, quelque chose de tout à fait banal?

Le mal est banal disait Hannah Arendt.

Les Français sont habitués au FN sur l'échiquier politique, puisqu'ils votent (minoritairement) pour lui, justement pour cause ... d'extrême-droitisme. Les Français n'ignorent pas leur Histoire.

 

Lire la suite

Souveraineté et Nation - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

À propos d’un article de Frédéric LORDON, et en attendant le 14 juillet.

Frédéric LORDON vient de publier un texte important où il aborde la question essentielle de la souveraineté mais aussi celle tout aussi essentielle de la Nation. On voit immédiatement l’enjeu de ce texte, et des interrogations auxquelles il cherche à répondre, dans le contexte de la crise de l’Euro, mais aussi, plus généralement, de la crise de l’idée européenne engendrée par les efforts de ceux qui se proclament les plus ardents défenseurs de l’Union européenne. Ces questions ont aussi été abordées dans le livre qu’a dirigé Cédric Durand, et j’invite les lecteurs de ce carnet de se reporter au débat que j’ai eu avec lui dans des notes précédentes.

Lire la suite

Natios VS antifas : la guerre des antis plus que des idéologies

Tribune libre de Pablito Waal

Au sujet de l'affaire Méric, les dernières informations obligent à modifier l'article publié le 6 juin dernier.

Cet article est un commentaire d'un texte écrit par Florian N'doye sur le site du Cercle des Volontaires. L'auteur y faisait un parallèle entre l'opposition antifas/groupes skinheads, parallèle qui, malgré la réutilisation des symboles rouges ou bruns par un camp ou l'autre, est en fait moins évident qu'il n'y paraît.

http://www.weesk.com/wallpaper/art-digital/abstraits/spirale-zebree/spirale-zebree-720px.jpg

Les analogies utilisées par l’auteur pour désigner « antifas » et «natios » me semblent incorrectes à plusieurs reprises. D’abord, la comparaison avec les protestants et les catholiques des guerres de religion : les catholiques représentaient la majorité de la population (même si tous les catholiques n’étaient pas des ligueurs), et les pourfendeurs des protestants se voulaient défenseur d’un ordre traditionnel, ce qui n’est pas le cas des natios de Troisième Voie, des JNR, et encore moins des antifas.

Lire la suite

L’hommage presque unanime à Pierre Mauroy - par Joe Liqueur

Par Joe Liqueur, sur son blog

J’ai découvert ces jours-ci avec grand plaisir que le blogueur Yann avait repris ses activités, et même qu’il partageait à peu près mon point de vue sur le mariage civil - ce qui ne m’a pas vraiment étonné car je connais ses penchants modernistes. Et du coup je me dis que je dois m’y remettre aussi… quitte à me contenter de quelques réflexions diverses. Au fait, on attend toujours le retour de Malakine, qui devait nous parler de sa « nouvelle orientation ». Franchement, vous savez que je n’ai guère d’affinité avec le Front « national », mais lire Malakine sur le sujet, après qu’il a franchi cette sorte de Rubicon, ce serait carrément intéressant. Je dis ça je dis rien.

L’adieu à Pierre Mauroy

Lire la suite

L'UMP, un parti Copé en deux ? - par Tomgu

Par Tomgu, sur son blog
http://lactualite.over-blog.com/
C'est donc dimanche 18 novembre qu'avait lieu partout en France l'élection du nouveau président de l'UMP. Comme chacun aura pu le constater depuis quelques jours, cette élection prend une tournure plutôt inattendue et surtout très dramatique. En effet, chaque camp a tout d'abord revendiqué la victoire avant que la COCOE (Commission de Contrôle des Opérations Électorales) ne prononce finalement lundi soir la victoire de Jean-François Copé avec 50,03 % contre 49,97 % pour François Fillon, soit une avance de seulement 98 voix. 
Pour beaucoup, cette élection à l'UMP ressemble comme deux gouttes d'eau au congrès de Reims du PS en 2008. Il est vrai que des similitudes existent, notamment au niveau des accusations de fraude. En revanche, il apparaît clairement que le PS a su rapidement se rassembler derrière sa nouvelle chef, ce que n'a toujours pas su faire l'UMP au plus grand malheur des adhérents. 

Lire la suite

Courrier du Coeur - par Jean Robin

Par Jean Robin... et Pablito Waal

J'ai reçu une réponse de Jean Robin à mon dernier article, également publiée sur Enquête & Débat (ce qui change des mails privés rageurs) :

Commentaire d’E&D : Pablito Waal n’a pas lu mon livre, c’est donc lui le bouffon [d'abord, hein, na!], qui parle de ce qu’il n’a pas lu. Se baser uniquement sur l’extrait que je publie n’est pas sérieux. Je ne me prétends pas historien, mais journaliste, qui peut citer des historiens notamment (si c’est encore permis par sieur Waal). Par ailleurs on ne juge pas un livre à sa couverture, tout comme on ne juge pas un être humain à sa couleur de peau. C’est la base. Enfin, Pablito Waal est communiste, normal qu’il se sente visé et par la livre noir de la gauche, et par la livre noir du communisme. Espérons qu’il acceptera la publication de ce commentaire de droit de réponse sur son site, mais rien n’est sûr car le communisme n’est pas pour la liberté d’expression.

Réponse de Pablito Waal :

Lire la suite

La bouffonnerie historique de Jean Robin (II) - par Pablito Waal

Par Pablito Waal, en tribune libre

http://www.1940lafrancecontinue.org/img/tome2_small.jpg

Lire la première partie


Suite des extraits de la thèse de Robert Frankenstein de 1980 :

"La pauvreté des équipements et des investissements

La première de ces entraves est l’inadaptation des outillages et des installations. Les équipements des usines Schneider sont affectés d’un coefficient de 80% de vétusté par la commission paritaire d’évaluation au moment de la nationalisation, et les machines ont très fréquemment trente ans d’âge. Daladier est « stupéfait » pendant ses visites d’usine d’armement de « constater que, très souvent, le travail à la lime avait une importance plus considérable que le travail des machines.

En 1936, la firme Dewoitine ne dispose que de 7 tours, 3 fraiseuses et 2 étaux-limeurs. D’une façon générale, chez les « avionneurs », les pièces chaudronnées ne sont pas fabriquées à la machine, mais découpées à la cisaille et formées au marteau sur des formes en bois. C’est dire le caractère artisanal de l’industrie aéronautique française à la veille de la nationalisation. Composée d’une quarantaine d’entreprise qui se disputent par l’intrigue les faveurs de l’Etat, elle n’a pas suivi, contrairement à l’industrie automobile, la révolution de la machine-outil : là où il fallait 900 heures de travail pour fabriquer une carrosserie en 1920, il n’en faut plus que 95 en 1937 : il n’y a aucun progrès équivalent de la productivité avant 1938 dans l’industrie de l’aviation. »

Qu’est-ce qui a provoqué la défaite française en mai-juin 1940 ?

Lire la suite

La bouffonnerie historique de Jean Robin (I) - par Pablito Waal

Par Pablito Waal, en tribune libre

http://www.1940lafrancecontinue.org/img/tome1_small.jpg

Il y aurait beaucoup de choses à dire sur le « journaliste » - éditeur Jean Robin.

On pourrait commencer par « c’est l’histoire d’un mec » qui prétend lutter contre la censure et pour la liberté d’expression, pour diffuser les livres « refusés pour de mauvaises raisons », pour affirmer qu’il n’y a pas de débat qui devrait être tabou. Bref, rien que de très louable. A tel point qu’on s’étonne qu’il travaille (presque) seul, et qu’il n’y ait pas d’autre plumitif du Net qui ait trouvé pertinent de coopérer sur le long terme avec lui (Robin s’illustrant plutôt par sa faculté à se brouiller rapidement avec ses collaborateurs, qu’ils s’appellent Bercoff, Petit, Lings…bah, tant qu’il reste Cassen, Tasin et Freysinger…). Le principal problème, c’est qu’il ne semble pas très bien maîtriser le concept de « censure » (1), ce qui est fâcheux quand on veut la combattre. Ainsi se dit-il censuré dès qu’un média, comme le Cercle des Volontaires, se désintéresse de lui.

C’est aussi l’histoire d’un mec plein de bonnes idées, telles que de lancer une application pour « Observer la loi » (2), ou assumer pleinement d’être un commensal d’Alain Soral (pour lequel l’auteur de ces lignes n’a aucune empathie) pour des raisons d’audience.

Lire la suite

Actio Populi - par le Cercle des Volontaires

Par le Cercle des Volontaires, sur leur site

http://www.cercledesvolontaires.fr

Commentaire de Pablito Waal : une initiative intéressante, qui a des chances d'aboutir, puisqu'elle prône une forme de démocratie directe qui existe dans certains pays. De plus, les analyses de la situation belge donnée sur le site de ce mouvement ne versent pas dans le gauchisme ou le simplisme anti-finance et anti-élites qu'on trouve trop souvent chez les Indignés & consorts en France.

Depuis quelques temps, un parfum de changement, un parfum révolutionnaire, un parfum de (vraie) démocratie envahit peu à peu les consciences des peuples à travers le monde dit « libre », comme si, justement, les gens ne se sentaient finalement pas aussi libre que cela…

Il y a eut la crise financière de 2008, que certains n’ont pas hésité à comparer au crash financier de 1929, bien que ce dernier, dit-on, ait eut des répercutions plus dévastatrices sur le plan social (ce qui reste encore à démontrer).

Or, une crise, rappelons-le, est « une phase grave dans une évolution » (in Le Robert). Une crise impose brutalement une prise de conscience que « quelque chose » ne tourne pas rond, que « quelque chose » ne va plus, et appelle à changer ce qui doit être changé, à évoluer.

 

Lire la suite

PSA et financement des entreprises : deux articles du Bon Dosage résumés - par l'ARSIN

Par l'ARSIN

financement.jpg 

Aujourd'hui, le résumé audio de deux articles de Yann, du blog Le Bon Dosage.

Le premier porte sur une alternative au financement des projets économiques par les marchés financiers et les banques :

http://lebondosage.over-blog.fr/article-le-succes-du-capitalisme-ne-fut-pas-de-son-fait-108170504.html


Le second, enregistré à la suite, parle du plan de licenciement de PSA :

http://lebondosage.over-blog.fr/article-ce-que-nous-enseigne-l-affaire-psa-108231127.html

De droite mais contre le Pacte budgétaire? J'ai ce qu'il vous faut! - par Magali Pernin

Par Magali Pernin, sur Contre la Cour

http://contrelacour.over-blog.fr

Etat des lieux des pétitions en cours pour demander un référendum sur le Pacte budgétaire européen.

droite-tscg.jpg

Car oui, on peut être pour la règle d'or, mais contre la perte de souveraineté.
Et l'inverse est vrai aussi.

Lire la suite

Putain, cinq ans... - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://descartes.over-blog.fr

Rentrée scolaire : ci-contre, un élève qui ne fait pas partie, comme moi il y a quelques années, de cette "immense majorité" d'heureux dont parle Descartes

C'est la rentrée. Nos chères petites têtes blondes se préparent à prendre le chemin de l'école, pendant que nous, parents, descendons à la cave planches à voile, chaises de plage et parasols et tremblons à la perspective de devoir arpenter les allées des grandes surfaces liste de fournitures scolaires en main. D'ailleurs, est-ce que quelqu'un pourrait m'expliquer pourquoi l'expérience des coopératives d'achat qui marchent si bien dans certaines écoles - avec l'avantage supplémentaire d'obliger les enseignants à standardiser leurs demandes, ce qui est peut-être un petit pas pour l'enseignant, mais c'est un grand pas pour l'humanité - ne sont pas généralisées. Voilà un champ que la "gauche radicale" pourrait investir. Cela lui permettrait de montrer qu'elle est capable d'organiser une activité solidaire avant de prétendre devant les électeurs organiser l'Etat. J'y reviendrai.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×