écologie

Marché transatlantique : Daniel Cohn-Bendit , les Verts et leur clairvoyance légendaire… par John Groleau

Par John Groleau, sur le site de l'Association pour une Constituante

Pour les Européennes, vous avez peut-être découvert tout comme moi dans votre boîte aux lettres le journal de campagne n°1 d’Europe Écologie. Ce numéro évoque les dangers du futur accord commercial entre l’Union européenne et l’Empire américain, dit TAFTA ou TTIP, et laisse sous-entendre que les négociations autour du marché transatlantique ont commencé en juin 2013, ce qui constitue une contrevérité.

Les députés européens Sandrine Bélier et Yannick Jadot, Journal de campagne n°1 d'Europe Écologie pour les Européennes, p. 3

Lire la suite

Les énergies renouvelables, ça m’énerve - par Joe Liqueur

Par Joe Liqueur, sur son blog

Le cœur d'un réacteur nucléaire. En plus, c'est beau,
il y a comme une petite ambiance à la Blade Runner.

Ah, les « énergies renouvelables »… Ça m’énerve ! La seule chose qui soit renouvelable là-dedans, c’est la connerie. J’en ai déjà parlé souvent, je vais sans doute me répéter mais tant pis, comme disait le grand poète Helmut Fritz (eh oui), décidément, ça m’énerve.
Pour commencer, il y a une erreur d’analyse d’une grossièreté stupéfiante, qui montre que les apôtres du « renouvelable » n’ont même jamais pris la peine de réfléchir un peu à ce qu’ils disent.
Car ce terme d’« énergie renouvelable » relève du délire conceptuel aigu.
Le simple fait d’accoler le nom commun « énergie » et l’adjectif « renouvelable » est déjà une sombre imbécilité. Cela n’a aucun sens. Que l’énergie puisse être ou non « renouvelable », c’est du point de vue scientifique une idée parfaitement absurde. Et ce pour deux raisons. La première, c’est que bien sûr l’énergie ne se « renouvelle » pas, elle se transfère et se manifeste sous forme de flux d’énergie. Elle ne se renouvelle pas, puisqu’elle ne disparaît jamais et n’a donc pas besoin de se « renouveler »… La seconde raison, c’est que l’énergie est la chose la plus abondante qui soit sur Terre, comme dans l’univers. L’énergie est partout, elle est disponible dans des quantités qui dépassent l’entendement humain. La matière est énergie (E = mc2).

Lire la suite

Interview de Sylvain Baron, fondateur du journal alternatif « Poil à Gratter » - par le Cercle des Volontaires

Par le Cercle des Volontaires, sur leur site

Le premier numéro de « Poil à gratter », journal alternatif, sortira après la rentrée prochaine. Il sera distribué sur Bordeaux et les environs dans un premier temps, puis à une échelle nationale dès l’année prochaine. Les sujets principalement abordés seront ceux liés à l’actualité locale, la géopolitique, l’économie, l’Union Européenne… Le projet est lancé par Sylvain Baron ; nous avons profité de son passage à Paris pour tenter d’en savoir plus.

La transition écologique - par le blog L'Espoir

Par Theux, sur le blog L'Espoir

Gaël Giraud

Gaël Giraud

 Commentaire de Pablito Waal : plein d'idées intéressantes dans ce texte, malgré quelques points litigieux, comme la référence à la loi de 1973 qui aurait interdit les avances de la Banque de France à l'Etat (cf. ce qu'en disent Magali Pernin et Lior Chamla), ou l'idée de favoriser les "circuits courts", alors que l'intérêt écologique du "produire près" est très discuté. De plus, le fait que le "Peak Oil" soit repoussé (mais non supprimé) par les gaz de schistes montre que la pénurie à venir d'or noir est déjà prise en compte par les industries concernées, qui abordent des sources plus chères à l'exploitation, et multiplient les innovations. La transition énergétique vers l'après-pétrole pourrait donc se faire sans que le pouvoir politique ne le décide (ce qui n'est pas forcément une bonne chose...).

Selon l’économiste Gaël Giraud, nous nous apprêtons actuellement à être confrontés à un changement énergétique de même ampleur que celui de la révolution industrielle. A cette époque, la photosynthèse et les moulins à vent avaient été remplacés par les énergies fossiles. Aujourd’hui il importe de trouver une alternative aux énergies fossiles.

La prise de conscience de la très forte dépendance de nos économies aux énergies fossiles a coïncidé avec les chocs pétroliers des années 70. Malheureusement cette prise de conscience a été vite oubliée avec la baisse du pétrole au cours des années 80 couplée à la croyance que la finance pouvait nous « protéger »de l’émergence d’un nouveau choc pétrolier. Le problème est que les années 2000 ont été le théâtre d’un choc pétrolier équivalent à ceux des années 70. Cette forte hausse du prix du pétrole a contribué à plonger nos économies dans la situation de crise que nous connaissons actuellement.

Lire la suite

Doléance du Collectif " Pour un Pôle public financier au service des Droits !" - par l'Association pour une Constituante

Par le Collectif "Pour un Pôle public financier au service des droits !", sur le site de l'Association pour une Constituante

http://pouruneconstituante.fr

Commentaire de Pablito Waal : je publie encore un texte qui suscite en moi quelques doutes. Cet article est une lettre adressée par une coalition de syndicats et d'associations de gauche pour que le gouvernement oriente la naissante "Banque Publique d'Investissement" de sorte à ce qu'elle serve prioritairement certains objectifs (la "reconversion écologique de l'économie", le service aux TPE, la construction de logements sociaux, etc...). Ce qui me pose problème, c'est que cette lettre illustre une certaine conception de la gauche selon laquelle des syndicats et des associations de (plus ou moins) économistes de gauche pourraient agir au nom du peuple, "au service des droits" (de qui?). Pour ma part, je pense que l'un des principaux problèmes des entreprises et établissements productifs publics, c'est qu'ils ne sont pas gérés par ceux à qui ils sont censés appartenir : les citoyens. A gauche, on maintient la fiction que syndicats, associations d'intellectuels et partis auraient une réelle représentativité sur les citoyens.

Pour ma part, le seul moyen concret pour que les individus que nous sommes contrôlent cette propriété collective, ce serait que chaque citoyen soit actionnaire du secteur public (sans possibilité de vendre ce titre et les droits afférents, pas plus qu'on ne peut vendre sa carte d'électeur), et détienne un droit de vote pour décider des orientations et des directions dans chaque établissement public. En ayant bien sûr la possibilité de déléguer ce droit de vote (mais aussi de le reprendre) à des associations intermédiaires, qui seraient pour le coup réellement représentatives. Les questions abordées dans le texte ci-dessous (les orientations, les fonctions, la dotation attribuée à un établissement comme la BPI) pourront être posées naturellement au parlement, par demande spontanée des citoyens-actionnaires, sans être confiées à des organisations à la représentativité incertaine comme celles qui signent cette doléance.

***

Suite au choix fait par le gouvernement pour la "Banque Publique d’Investissement", le collectif "Pour un Pôle public financier au service des Droits !" regroupant plus d’une trentaine d’organisations a adressé Lettre ouverte au Président de la République la lettre ouverte ci-dessous qui a été envoyé par ailleurs aux parlementaires. Nous avons souligné en gras des éléments faisant référence à des débats déjà développés sur ce site

***
Un autre choix est possible, un autre choix doit être fait.

Lire la suite

Autain & les Alternatifs - par le Cercle des Volontaires

Par le Cercle des Volontaires, sur leur site

http://www.cercledesvolontaires.fr

A voir aussi : les alternatifs et leur université d'été. Etant moi-même ancien militant du PCF, je trouve dans ce rassemblement, qui peut concerner des gens sympathiques et aux témoignages intéressants, la continuation de ce que je voyais des groupuscules gauchistes à l'époque où je participais aux "rassemblements antilibéraux" ou autres tentatives de convergence dans la "vraie gauche" : déjà que les partis servent à figer des idées, les petits partis sont encore plus extravagants dans leurs exigences idéologiques, et stérilisent de bonnes volontés qui, même en petit nombre, pourraient aboutir à des résultats plus probants.

Profitant de la concomitance et de la proximité géographique de leurs universités d’été, le Front de Gauche et les Alternatifs se sont rencontrés le 25 août 2012 à Méaudre (Vercors), afin d’étudier les convergences et les divergences des deux mouvements politiques. Profitant du rapport de force en faveur du Front de Gauche (en terme de nombre d’adhérents), Frédéric Borras et Clémentine Autain essaient de rallier les Alternatifs au Front de Gauche.

Clémentine Autain

Lire la suite

Sur la Toile : Blogs et Médias - 25 août 2012 - par L'Oeil de Brutus

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

http://loeildebrutus.over-blog.com

 http://www.museeabsinthe.com/images/L_Odieuse-Absinthe-CC-76KB.jpgLa dette aussi, peut être odieuse et addictive...


Chaque semaine, je vous propose de retrouver le meilleur (ou le pire …) de ce que j’ai pu découvrir et lire sur la toile. N’hésitez pas à donner votre avis. (Pour lire un article, cliquer sur son titre).

DETTE PUBLIQUE

Quelques rappels historiques sur la dette publique et le concept de "dette odieuse" : La dette publique, une vieille histoire : Cuba, ou quand la dette devient odieuse, Sébastien Dubas, Le Monde, 17-août-12. Mots clés : dette publique Cuba Etats-Unis Espagne   .

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×