élections

Sur les motivations des électeurs du Front National

L'article suivant est une réponse à une question posée sur Quora, qui portait sur les motivations des gens qui soutiennent le FN.

Je préfère dire ce qu’il me semble avoir compris des motivations générales des gens qui votent FN (ou autre parti nationaliste en Europe : UKIP, AfD, PvV…).

1) la motivation fondamentale de ces électeurs est la volonté de réduire l’immigration. C’est ce qui ressort généralement des sondages. D’où l’idée absurde que les électeurs FN “se tromperaient de colère”. Par rapport à ce qu’ils veulent, les électeurs frontistes font un vote parfaitement logique (et ils n’ont pas d’autres choix).

 

2) le vote FN (ou autres nationalistes en Europe) n’est que partiellement associé aux problèmes de chômage, crise, etc… Un exemple : l’Espagne, qui a vu le chômage remonter à plus de 20% au début des années 2010, n’a pas vu un parti nationaliste émerger depuis des décennies. De même, en Grèce, Aube Dorée, qui a tant fait jaser, n’a pas dépassé 10% des voix nationalement. Pour l’Espagne, l’explication usuelle est que le passé franquiste inhiberait le retour de la droite nationaliste. Explication très peu satisfaisante selon moi : l’Allemagne a un passé beaucoup plus lourd, et a néanmoins vu une forme de nationalisme - très différente de l’hitlérisme - fulgurer avec l’AfD. 

La véritable raison est que l’Espagne : 1) se vit psychologiquement toujours comme un pays d’émigration, alors qu’elle est en réalité devenue un pays d’immigration; 2) les 5 millions d’immigrés vivant en Espagne sont souvent latino-américains (un tiers) ou européens (un autre tiers). Bref, ce sont souvent des gens proches, ethniquement, des Espagnols : de type européen (les latinoaméricains qui émigrent sont souvent des Blancs), de tradition chrétienne, et s’hispanisant (linguistiquement) rapidement (ou étant déjà hispanophones de naissance). Seuls 20% des immigrés en Espagne viennent de pays musulmans (il y a 2–3% de musulmans dans ce pays, contre 7.5% en France en 2010 selon le Pew Research Center, et un point de plus sans doute aujourd’hui en France). La Grèce, si elle est un lieu de passage pour les “migrants”, n’est pas un pays où ils s’installent. A l’inverse, le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France connaissent de forts mouvements d’immigration extra-européenne (du sous-continent indien, d’Afrique noire, des Caraïbes, du Maghreb, du Machrek), amenant avec eux des religions très différentes du christianisme européen (un peu l’hindouisme au Royaume-Uni, mais surtout l’Islam dans plusieurs pays). De toute évidence, c’est le changement (ressenti ou réel) de composition ethnique des pays européens qui explique l’émergence des partis anti-immigration, et pas ou peu le chômage ou la pauvreté - auquel cas il devrait sans doute déjà y avoir une “extrême-droite” (terme très flou, que je n’emploie pas d’habitude) au pouvoir à Madrid ou Athènes.

 

Lire la suite

Sarkozy et l’Europe: moi et le néant - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Lula-Sarkozy-cropped

Dans le numéro 2175 du magazine Le Point, l’ex-Président Nicolas Sarkozy vient de faire paraître un long article sur l’Europe, qui complète et répond à la tribune que le Président François Hollande avait fait paraître dans le journal Le Monde[1]. Cette tribune, après un plaidoyer  pro Domo sur l’identité française (mais qui doute donc de celle de M. Sarkozy ?), s’articule autour de 5 points.

Lire la suite

Faut-il voter aux européennes 2014 ?

Une vidéo de Dio Cronos, inspirée par les travaux de Magali Pernin sur ContrelaCour, et du livre "Europe, les Etats désunis" de Coralie Delaume, auteure du blog "L'Arène Nue".

La première partie rappelle les rôles des principales institutions de l'Union Européenne, dont le Parlement Européen.
La seconde partie évoque quelques sujets traités par ledit Parlement.La troisième indique l'une des principales failles de la "démocratie européenne".

Elections européennes : les Peuples sont-ils stupides ? - par L'Espoir

Par Antoine Lamnège, sur le site de L'Espoir

idiot europe electeur europe

Lors de chaque nouvelle consultation populaire, c'est la même rengaine :  les électeurs n'ont pas compris les enjeux du scrutin ; ou plus exactement, la seule loi économique digne d'être pédagogiquement expliquée aux bas du front : dans un "mond'globalizé", aucun pays ne s'en sortirait seul, et surtout pas la France...

Lire la suite

L'étrange attention portée au FN - par Laurent Pinsolle et DioCronos

Savoir si l'on a donné trop d'importance au Front National dans ces municipales est l'un des derniers sujets à la mode. Je ne peux que vous recommander l'article de Laurent Pinsolle :

L'étrange bienveillance de certains médias pour le FN - par Laurent Pinsolle

Il y a aussi plusieurs articles et documents circulant sur le Net prétendant que les performances du Front de Gauche auraient au moins valu celles du FN. Ce dernier a néanmoins, au premier tour, fait moitié plus de voix que toutes les composantes du Front de Gauche (PCF, PG, listes FDG) réunies (1,05 million de voix pour le FN, moins de 700 000 pour le FDG au sens large). Et surtout, la comparaison a peu de pertinence pour des élections locales où le FN, hormis quelques municipalités dont on a beaucoup parlé, n'avait quasiment aucune chance de gagner sans alliés.

Pour prendre un peu de recul dans la bonne humeur, voici une vidéo de la chaine de la DioCronos qui résume la "montée" du FN :

Descartes et les municipales (l'entre-deux-tours)

Alors que nous venons juste d'apprendre l'élection d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris, voici deux articles de Descartes sur les municipales, et notamment les turpitudes entre PG et PCF, l'un des sujets préférés du blogueur.

http://www.connexion-emploi.com/system/images/19/original/n%C3%A9gociation_salariale_en_Allemagne.jpg?1246707954

Lendemain de bataille - par Descartes, sur son blog

Alexis Corbière : autopsie d'une négociation - par Descartes, sur son blog

De la Grèce à l'Ukraine - par L'Oeil de Brutus

Par l'Oeil de Brutus, sur son blog

DE LA GRECE A L'UKRAINE

GRECE (2010-2014).

Même si ses racines plongent bien avant, la crise grecque démarre effectivement en avril 2010 lorsque le gouvernement grec accepte de se placer sous la tutelle de la Troïka (BCE, Commission européenne, FMI). Les mesure d’austérité et « plans de sauvetage » s’enchaînent alors, plongeant le pays dans un chaos économique sans pour autant parvenir à faire baisser le niveau de l’endettement public. Devant cette « stratégie du choc », une grande partie du peuple grec refuse de plus en plus vertement ce suicide économique et social.

Lire la suite

Loin des urnes, citoyens ! - par Pablito Waal

2014 sera, en France, l’année de deux convocations électorales : les municipales et les européennes. Pour ces dernières, des prédictions parues en Octobre nous agitent une fois de plus que le Front National risque de passer la barre des 20% et même de devenir le premier parti du pays. Une annonce que j’accueille avec scepticisme, tant l’épouvantail lepéniste a servi tant de fois, crédité de performances surprenantes, par exemple pour la dernière présidentielle, pour laquelle il devait déjà faire plus de 20%. Une autre raison de mon scepticisme est que les élections européennes sont traditionnellement un moment de forte abstention de l’électorat lepéniste, peu enthousiaste de dépêcher des représentants dans un Parlement dont il se soucie peu, voire dont il conteste l’existence même, tout comme le fait l’auteur de ces lignes.

Lire la suite

Trois avis souverainistes sur les élections italiennes - par l'Association pour une Constituante, l'UPR et Yohann Duval

Les deux premiers commentaires ci-dessous ont en commun de se réjouir globalement de la situation sortie des urnes, notamment pour la claque infligée au "dictateur" Mario Monti (terme pas si injuste, car un dictateur au sens romain du terme est un chef appelé pour gérer une situation de crise pendant un temps donné, qui peut être légalement mis au pouvoir, et qui dirige ensuite avec des coudées plus franches qu'un gouvernement responsable devant des représentants élus). Et aussi d'etre assez sceptique à l'égard de Beppe Grillo, grand Vainqueur du scrutin. Cédric Labrousse, auteur de La Chronique du Printemps Arabe (et aussi chroniqueur de ce qu'il appelle le "Réveil Européen") en a une vision beaucoup plus positive.

resultatitalie.jpg

Italie An I  - par l'Association pour une Constituante

Formidable poussée anti-européenne aux élections italiennes - Débâcle en vue pour Mario Monti - par l'UPR

Monti et l'UE désavoués par les Italiens - par Yohann Duval


Lire la suite

Jacques Sapir annonce un défaut grec d'ici à juin 2013

Un entretien avec Jacques Sapir, sur BFM, du 11 février dernier.

Les prédictions de Jacques Sapir finiront-elles comme sa prédiction sur la fin de l'euro en 2011, ou sur la sortie de la Grèce de l'eurozone en décembre 2012 ? En tout cas, les devenirs de Chypre, de la Grèce et de l'Italie vont à nouveau mettre à l'épreuve le M.E.S....

Voir aussi le site de Jacques Sapir, Russeurope.

L'heure des comptes en Egypte - par Valeurs & Actions Républicaines

Par Valeurs & Actions Républicaines

http://quefaire.e-monsite.com

Nous invitons nos lecteurs à lire également la Chronique du Printemps Arabe de Cédric Labrousse, dont les brèves de fin mai 2012 indiquent une contestation des résultats par une partie de la rue égyptienne.

Campagne de M. Morsi, candidat des Frères Musulmans 

Au Caire c'est l'heure des comptes ! Les résultats des premières élections présidentielles libres bien que contestées donnent tout de même une photographie des rapports de forces politiques.

Alors que le pays traverse un ralentissement économique inédit suite à la révolution de 2011, trois forces politiques peuvent se considérer comme incontournables dans le futur immédiat de l'Egypte, cela malgré une abstention assez importante de 50 %.

 

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×