emploi

La formation du communautarisme - par Joël Halpern

Par Joël Halpern, sur son blog, ainsi que le site de Valeurs & Actions Républicaines

La gestion néolibérale du capitalisme depuis les années 70 a produit la compression des salaires, le ralentissement de la croissance économique et la concentration de la fortune entre les mains des 5 ou 10% les plus riches. Il en résulte un chômage et une insécurité sociale chroniques, brutalement aggravés par la crise de 2008.

C’est dans ce contexte que montent en puissance des représentations de la sociétés selon lesquelles les maux qui accablent la masse de la population auraient leur origine dans des groupes ethniques ou religieux dont les propriétés expliqueraient pêle-mêle la délinquance, l’épuisement des finances publiques, le chômage ou la prédation financière.

Lire la suite

L’urgence du plein emploi - par Joël Halpern

Par Joël Halpern, sur son site et celui de V.A.R.

Commentaire de Pablito Waal : je suis assez sceptique sur certaines propositions de l'auteur. Je me demande notamment comment il quantifie "l'épargne oisive" dont la mobilisation soutiendrait la relance de la demande. De plus, si j'approuve l'idée d'une réforme du financement de la protection sociale, il manque quelques précisions sur les prélèvements qui remplaceraient en tout ou partie les cotisations sociales telles que nous les connaissons. S'il s'agit de "déplacer ces charges de la masse salariale vers l’ensemble de la valeur ajoutée (et les importations)", faudrait-il transformer les cotisations en impôt global sur la valeur ajoutée payée directement par les entreprises, en taxe sur les importations, ou en hausse de la TVA..?

Selon l’INSEE, la France compte 5.5 millions de personnes en sous-emploi (chômeurs officiels, chômeurs non inscrits à Pôle Emploi, temps partiel subi, chômage partiel…) auquel il faudrait ajouter une part des jeunes scolarisés « retenus » faute de perspectives dans le système éducatif, et les 3 millions d’emplois précaires (CDD, stages…). Au total, au moins 9 millions de personnes sont victimes de la crise de l’emploi, soit environ 27% des 20-59 ans (sources : INSEE).

Pourquoi le plein-emploi est-il la priorité ?

Lire la suite

Jean-Michel Quatrepoint : « L'accord commercial transatlantique sera une catastrophe pour la France » - par Coralie Delaume

Entretien réalisé par Coralie Delaume, sur l'Arène Nue

Jean-Michel Quatrepoint est journaliste économique et essayiste

Vous affirmez que le futur accord commercial transatlantique de libre-échange (TTIP) sera nécessairement un marché de dupes. Pourquoi ?
Je pense que c’est, pour la France, l’un des sujets les plus importants des années qui viennent. Pour notre pays, c’est une question de survie.
Pour l’Europe, vous voulez dire…
Non, pour la France. Nous avons bien plus à perdre que beaucoup d’autres pays, car nous avons en propre une défense, une diplomatie, une langue dans le cadre de la francophonie…

Lire la suite

La course du rat, les retraites et la décroissance - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : un sujet de rentrée pour Edgar. Encore une critique de l'euro, certes, mais les chiffres sur le taux d'activité des européens selon l'âge sont intéressants.

Avec une croissance à un taux normal de 2% par an, nous pourrions fort probablement financer les retraites.

L'euro a cassé la croissance et pour éviter d'appeler un chat un chat la gauche qui pense a choisi maintenant de crier haro sur la croissance. 

Un élément nouveau est intervenu sur ce débat : à l'occasion de la sortie du livre de Thomas Piketty, il a rappelé que plus le taux de croissance est faible et plus les revenus du capital sont élevés.

Les décroissants sont donc aussi des fabricants de rentiers (il y en a au moins deux qui s'agitent beaucoup en ce moment, Bernard maris et Dominique Méda).

Je referme la parenthèse.

Une autre conséquence de la décroissance est la difficulté pour chacun à conserver un travail rémunérateur.

Ca donne des graphiques assez éloquents.

800px-inactivity_rates_by_sex_and_age_eu28_2002-2012.png

Lire la suite

Le chômage et les (faux) espoirs du gouvernement - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : ô lecteur avide d'optimisme et de bonnes nouvelles, ne lis pas cet article.

 Graphique 1

Graph-1

Sources: données de la DARES

(et ceci ne représente pas tous les chômeurs, malheureusement...)

Le chiffre de 6300 demandeurs d’emploi enregistré en juillet 2013 a été salué comme un « succès » par le gouvernement, qui voit (ou espère voir) là la confirmation d’une stabilisation du chômage. Mais, ce chiffre ne couvre que la catégorie « A ». Pour les catégories « B » et « C », l’augmentation a été de 45 900 demandeurs d’emplois. Que recouvrent donc les catégories de la DARES (ou Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques dépendant du Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue social), et quelle est donc la catégorie pertinente[1] ?

Lire la suite

Débat Sapir-Mélenchon sur l'euro chez Arrêt sur Images

Débat diffusé en direct le 6 Juillet 2013 chez Arrêt sur Images.

Commentaire de Pablito Waal : Commençons par la forme. Mélenchon refuse d'emblée la polémique économique sur l'étude de J.Sapir sur les avantages d'une sortie de l'euro, se réfugiant dans la position du politicien non-expert. Ce qui, comme avec l'épisode assez lamentable des graphiques de François Lenglet en 2012 (1), montre que Mélenchon, même s'il prétend s'entourer d'économistes (comme Jacques Généreux...passé d'économiste à politicien depuis longtemps), n'a pas pu se donner la culture économique suffisante à ce type de polémique, ni être informé par son entourage des études qui pourraient confirmer ou infirmer celle de Sapir. Que Mélenchon ne puisse aborder le débat technique avec Sapir est une chose, qu'il ne puisse demander au professeur de l'EHESS son avis sur des études contradictoires en est une autre.  (voire le reste dans la suite de l'article).

Lire la suite

L'euro au service de l'emploi - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : voir la discussion du graphique d'Edgar dans les commentaires sur son blog.

Juste un commentaire sur un article récent de Paul Krugman

Il y commente de façon lapidaire l'évolution de l'emploi en zone euro, telle que mesurée par Eurostat :

eurostats.png

Lire la suite

Margaret Thatcher ou le vol de l’aigle du capitalisme libéral - par Pablito Waal

Par Pablito Waal

Elle disait qu'il était "l'un des hommes de sa vie". Il n'y aura pas de descendance.

Madame Thatcher est devenue Madame Tas d’os. Derrière ce pathétique jeu de mots, ne vous attendez pas à trouver un nouvel exercice de mollardage en série sur une sépulture, un peu comme un symétrique des vénérations adressées à feu Hugo Chavez il y a quelques semaines. Tout comme dans l’oraison vouée au président vénézuélien, je vais plutôt trouver du bon et du mauvais.

Le titre de cet article est à l’image du passage de Thatcher dans l’Histoire : atypique. Aucun chef de gouvernement n’aura autant duré au 10 Downing Street après 1945, pas même Tony Blair. Mais aussi parce que les mandats de Maggie Thatcher n’ont pas été la stricte copie de ceux de Ronald Reagan aux USA : contrairement à ce dernier, qui n’a pas empêché la hausse des dépenses publiques aux USA , elle a bien entrepris la désétatisation de l’économie britannique…avant que ce travail ne soit en bonne partie annulé par ses successeurs.

Mais point de démonologie ici sur les effets des privatisations, de la politique monétaire restrictive des années 1979-81, sur les conséquences sociales, etc…D’autres articles s’en chargeront bien assez. Je vais juste m’enquérir de chasser quelques idées reçues, retrouvées ici et là dans les articles nécrologiques, qui fondent le « mythe » Thatcher, du moins auprès de ses partisans.

Lire la suite

Rapport Gallois sur la compétitivité : surprises et lacunes - par Laurent Pinsolle

Par Laurent Pinsolle, sur son blog
http://www.gaullistelibre.com/

Certains lecteurs l'auront remarqué, il y a quelques changements sur ce site. Nous publierons désormais également des articles de non-partenaires, mais en version très courte seulement.

Le rapport Gallois a rythmé tout le début de l’automne. Si ses propositions ne sont pas révolutionnaires, son constat n’est par inintéressant, même s’il reste partiel. Pas inintéressante non plus la réaction du gouvernement, qui a finalement décidé d’aller plus loin qu’envisagé au début…
Un rapport mi-figue, mi-raisin

Lire la suite

Ne tirez pas sur la TVA sociale ! (mais méfiez-vous quand même) - par Joe Liqueur

Par Joe Liqueur, sur son blog

http://communisme-liberal.blogspot.fr

Commentaire de Pablito Waal : je publie ce texte alors que plusieurs éléments me semblent manquer dans cette analyse:
- les cotisations sociales sont un salaire mutualisé, et donc ne sont par nature pas tout à fait membre de votre salaire. Si par exemple vous êtes jeunes et en bonne santé, vos cotisations d'assurance-maladie ne vous reviennent pas. Donc, que vous payiez des cotisations ou pas, votre revenu et votre consommation réelle (santé comprise) ne varie pas (une baisse de cotisation n'est donc pas une baisse des salaires);
- dans le projet de TVA sociale, les offreurs, bénéficiant de la baisse des cotisations sociales, sont censés baisser leurs prix, compensant la hausse de la TVA. Le pouvoir d'achat des consommateurs, bien que leur salaires bruts aient baissé (pas les salaires nets) serait donc conservé. Et l'objectif de la TVA sociale est d'étendre l'assiette fiscale du financement de la protection sociale sur toute la consommation, y compris des produits importés. Sauf que : les prix hors taxes baisseront-ils vraiment ? Là est le talon d'Achille de la mesure, le risque étant que les salariés soient les grands perdants...
 
Je vais vous la faire courte : la TVA sociale, telle qu’elle est défendue, illustrée et bientôt mise en œuvre par les sociaux-traîtres et les gaullo-traîtres (je parle de l’UMPS, bouh que c’est vilain, je cause comme Marine Le Pen), cette « TVA sociale », c’est une baisse des salaires. Une baisse des salaires réels sans toucher aux salaires nominaux. On parle aussi de « dévaluation interne ». Eh bien, la « dévaluation interne », c’est la même chose : une baisse des salaires. Et la baisse des « charges » (cotisations) sociales c’est quoi ? Une baisse des salaires. Et le « choc de compétitivité » ? Une baisse des salaires, avec petit supplément d’âme pour les lecteurs de Naomi Klein, ils verront de quoi je parle. Pour autant, non seulement l’instauration d’une (véritable) TVA sociale n’a aucune raison de nous effrayer, non plus que la baisse des cotisations en elle-même, mais encore l'une et l'autre n’impliquent nullement une baisse des salaires – en fait, cela n’a rien à voir. Je vais y venir.

Lire la suite

Retour sur l'actualité - par Tomgu

Par Tomgu, sur son blog

http://lactualite.over-blog.com

Le grand faucon Yaka veille sur nous...

Petit retour sur l'actualité de ces derniers jours sur la base d'articles parus dans le Journal du Dimanche (JDD) de cette semaine.

- Les patrons de l'Afep mènent la fronde contre le gouvernement

Ce sont donc les PDG des 98 plus grandes entreprises réunies au sein de l'Afep (association française des entreprises privées) qui ont lancé un appel à François Hollande dans le JDD du 28 octobre. Ceux-ci demandent notamment un choc de compétitivité pour le pays se traduisant notamment par une baisse du coût du travail de 30 milliards d'euros et une réduction des baisses des dépenses publiques de 60 milliards d'euros.

Lire la suite

À propos de l’Espagne - par l'Association pour une Constituante

Par Jacky Eouzan, sur le site de l'Association pour une Constituante

http://pouruneconstituante.fr

Notre ami Jacky Eouzan, qui vient de passer plusieurs mois en Espagne, nous livre son analyse de ce pays en grave crise.

***

La construction européenne, et son corollaire la défense de l’euro, se poursuivent inexorablement au profit des puissances financières et au détriment des citoyens par un assujettissement toujours plus grand de ces derniers au profit des premières. L’inter-médiation d’ une pratique institutionnelle non démocratique toujours croissante dans les domaines les plus divers est la marque de fabrique de cette construction européenne.

Lire la suite

Emploi et crise européenne : deux résumés de Laurent Pinsolle - par l'ARSIN

Par l'ARSIN

Voici deux nouveaux essais de résumés audios d'articles. Cette fois-ci, c'est le porte-parole de DLR Laurent Pinsolle, mais aussi indirectement Jacques Sapir, qui sont à l'honneur.

sapir.jpgJacques Sapir

D'abord un article sur l'emploi dans les commerces, menacé selon Pinsolle par les caisses automatiques :

http://www.gaullistelibre.com/2012/09/faut-il-interdire-les-caisses.html

Puis une analyse de Jacques Sapir résumée par Pinsolle...puis moi-même (le résumé au carré...) :

http://www.gaullistelibre.com/2012/09/la-crise-ses-causes-ses-dilemnes-et-ses.html

PSA et financement des entreprises : deux articles du Bon Dosage résumés - par l'ARSIN

Par l'ARSIN

financement.jpg 

Aujourd'hui, le résumé audio de deux articles de Yann, du blog Le Bon Dosage.

Le premier porte sur une alternative au financement des projets économiques par les marchés financiers et les banques :

http://lebondosage.over-blog.fr/article-le-succes-du-capitalisme-ne-fut-pas-de-son-fait-108170504.html


Le second, enregistré à la suite, parle du plan de licenciement de PSA :

http://lebondosage.over-blog.fr/article-ce-que-nous-enseigne-l-affaire-psa-108231127.html

Mariage gay et pénalisation de la prostitution : quand la classe politique touche le fond - par L'Oeil de Brutus

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

http://loeildebrutus.over-blog.com

ps-copie-1.jpg

 Commentaire de Pablito Waal : si je suis assez d'accord avec Brutus sur le mariage gay, la question de la pénalisation des clients de prostituées est tout de même un débat qui peut retenir l'attention. D'une part parce qu'il est inquiétant de voir un gouvernement qui, sur fond de bonnes intentions, promet une mesure qui, pour être efficace, nécessiterait une complète violation de la vie privée (pour pénaliser les clients de toutes les formes de prostitution, il faudrait mettre tous les hommes sous surveillance...). N'en déplaise aux féministes radicales/aux, on ne peut pas mettre, sauf cas de proxénétisme avéré, sur un même plan la passe et le viol, car une prostituée indépendante n'a pas de raison de porter plainte après avoir été payée par un client qui n'aurait pas été outrageant avec elle. Mais, à l'inverse, chez ceux qui s'opposent à cette pénalisation des clients, on attend toujours les propositions concrètes pour mettre fin aux réseaux d'esclavage sexuel. De plus, quand Brutus dit que les clients des prostituées, s'ils se voyaient réprimés, iraient assouvir leurs bas instincts d'une autre manière (sous-entendu: par le viol), il s'agit d'un vieil argument non démontré statistiquement. Ce qui fait qu'il y a quand même un débat non-abyssal sur cette question.

Ce sont peut-être les deux sujets majeurs de la rentrée politique. Au risque de choquer, je m’en contrefous.

Dans un pays qui compte plus de 4 millions de chômeurs, une dette pharaonique, dans lequel les forces de police se font tirer dessus dans des zones de non-droit, où l’éducation nationale ne semble plus à même de tenir son rôle tant dans son cadre social que dans celui de l’insertion professionnelle, et alors que l’on est sur le point de nous faire passer en catimini un traité qui confiera notre budgets à des technocrates non-élus, il y a des sujets autrement plus importants que des questions sociétales qui ne touchent qu’une infime minorité dont on cherche par clientélisme électoral à s’assurer le vote.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×