exportation

A propos de la géographie européenne selon Emmanuel Todd

Une version corrigée de la carte d'Emmanuel Todd présentée dans un précédent article :

Commentaire de Nationaliste Jacobin :

Loin de moi l'idée de nier l'hégémonie allemande en Europe, très néfaste pour nos intérêts nationaux. Mais je dois dire qu'en tant qu'historien-géographe amateur de géopolitique, les propos de Todd me laissent très sceptiques. Quand on lit attentivement, on s'aperçoit que ça ne repose pas sur grand-chose: des belles formules, des intuitions intéressantes sans doute, mais beaucoup d'approximations. Notamment Todd historien, j'ai beaucoup de mal à y croire...

Un exemple, je crois, est très significatif: ces cartes de l' "Empire allemand" comme celle présentée ci-dessus, je n'ai pas trouvé précisément quels critères ont été utilisés pour les réaliser. Quels facteurs ont été précisément listés et mesurés? La dépendance commerciale? L'alignement politique? Dans quels domaines? Bref, tout cela n'est pas très sérieux, et je ne pense pas que ce type de "grand entretien" fourre-tout, qui mélange beaucoup de choses, donne l'illusion du savoir sans guère aligner de faits crédibles, soit au final très efficace. Vouloir donner une "autre vision" de l'UE ou de l'Europe (ce n'est d'ailleurs pas très clair: quid de la Norvège, par exemple? Le Monténégro, lui, a simplement disparu, réannexé par la Serbie...), c'est très bien, j'approuve, mais Todd ne peut pas colorier, comme ça, une carte de l'Europe en utilisant son pifomètre et ses opinions du moment.

Commentaire / réponse de Pablito Waal:

Lire la suite

Stiglitz : sortir de l'euro c'est douloureux, y rester c'est pire - par Edgar

Commentaire de Pablito Waal : à noter également, le débat entre l'Oeil de Brutus et Hans-Kristian Colletis-Wahl, sur le blog de l'Oeil de Brutus.

SORTIR DE L'EURO : La réponse de M. Colletis-Wahl

Donc, côté euro, Stiglitz met les points sur les i : sortir de l'euro, c'est douloureux, mais y rester est encore pire. Stiglitz évoque la situation de l'Espagne et de la Grèce particulièrement.

Il ajoute une réflexion que je trouve très juste : la pire des situations est celle à laquelle nous assistons. Quand la situation devient intenable, on lache quelques mesures sociales, un prêt de quelques milliards, et on repart. C'est une mort à (plus ou moins) petit feu, qui fait que l'on continue dans un jeu où, l'un dans l'autre, c'est Stiglitz qui l'ajoute, la zone euro a probablement, depuis sa création, causé plus de dégâts qu'elle n'a amené d'avantages.

Lire la suite

Chine: le leader historique de l'économie mondiale veut retrouver sa place - par le site l'Espoir

Par Theux, sur le site L'Espoir

Commentaire de Pablito Waal : très bon article de Theux, même si la description de la Chine comme économie "néolibérale" sans la démocratie est imparfaite : la Chine est loin d'être un pays libéral, par sa monnaie, son système bancaire, sans même parler de son protectionnisme sur lequel l'auteur fait une comparaison peut flatteuse pour l'Europe. En revanche, il note bien la probable surestimation de la croissance chinoise, ce qui rejoint l'article récemment posté par votre serviteur sur le capitalisme.

Le vent de l’histoire souffle dans le dos de la Chine et il est très probable qu’elle retrouve bientôt sa place de leader économique mondial. Sa ligne historique supérieure à 20 % du PIB global pourrait même être dépassée. Pour cela, il lui sera nécessaire de changer de modèle et de ne plus compter uniquement sur la consommation extérieure pour développer son économie. Ainsi, son véritable défi sera avant tout de mettre fin à la politique de l’Etat prédateur, qui a offert le pouvoir aux entreprises transnationales. Ces décisions seront nécessaires si la Chine souhaite conserver assez longtemps les rênes de l’économie mondiale. Analyse d’un éternel recommencement.

Historiquement, la Chine est un géant, les travaux d’Angus Maddison en attestent. Du Ier siècle après J-C jusqu’en 1820, la contribution de la Chine au produit intérieur brut (PIB) mondial a toujours été supérieure à 20 %. Sous la dynastie Qing, en 1820 précisément, elle était même de 32,9 % soit près d’un tiers de la production mondiale de richesses.

Lire la suite

Borloo-Bayrou, rien de neuf à l'horizon - par Yohann Duval

Par Yohann Duval, sur son blog

François Bayrou et Jean-Louis Borloo ont finalement réussi à se mettre d'accord : l'UDI et le MoDem s'associeront lors des échéances électorales à venir. Au-delà des mots, cette "Alternative" a-t-elle un objectif plus noble qu'une simple lutte des places ?

alternative-modi-baloo.jpg

Faire du neuf avec du vieux

Difficile de trouver dans le contrat de mariage publié mardi une quelconque nouveauté programmatique. Il faut dire que l'union UDI-MoDem est un concentré de ce que notre pays a pu produire de plus conformiste depuis 30 ans : François Bayrou, Jean-Louis Borloo, Yves Jégo, Hervé Morin... tous ont gouverné, à un moment ou à un autre, notre pays. Tous ont lamentablement échoué à le redresser. Tous semblent nier aujourd'hui leurs responsabilités. Ils vont même jusqu'à prétendre "renouveler la vie politique" en recréant une simili-UDF !

Lire la suite

FUNKPROPAGANDA! Les Echos et l’Euro - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

http://www.mecanopolis.org/wp-content/uploads/2011/05/peur.png

Le journal Les Echos a publié le 21 octobre un article se voulant « objectif » sur la question de la sortie de l’Euro[1], intitulé : Quitter l’euro ? Un saut sans parachute . On n’épiloguera pas sur le titre, qui indique bien cependant ce dont il est question : discréditer ceux qui proposent une dissolution de l’Euro. L’accroche de l’article est inutilement racoleuse et passablement mensongère :

« Pour l’exportateur pénalisé par le taux de change eurodollar, pour l’électeur qui prend connaissance du programme économique du Front National, pour l’agriculteur qui voit la politique agricole commune prendre des chemins de traverse, il est clair qu’il faut apparemment quitter la monnaie unique et se débarrasser de l’euro. »

On aurait pu aussi y introduire les producteurs, de l’industrie et des services, qui sont pénalisés par le taux de change sur le marché intérieur français.

Lire la suite

La Croatie se réveille brusquement du rêve européen (Express.be)

Repris de l'Express.be via le Cercle des Volontaires, sur leur site

Depuis le 1er Juillet 2013, date d’entrée de la Croatie dans l’UE, les exportations du pays ont diminué de 11% par rapport à l’année dernière, selon des calculs provisoires. Selon le journal Poslovni Dnevnik (traduction Presseurop), la baisse s’est poursuivie en août, atteignant même 19%.

Le journal croate explique cette chute par l’adhésion à l’UE, qui a mis la Croatie face à la concurrence internationale et qui lui a fait perdre les avantages qu’elle tirait de son adhésion à l’ALECE, L’Accord de Libre Echange de l’Europe Centrale.

De façon remarquable, le politicien britannique eurosceptique Nigel Farage avait prévu cette évolution concernant l’adhésion de la Croatie à l’UE. Dans une interview accordée à la télévision croate en Juin dernier, il avait déclaré ce qui suit à ce sujet:

Lire la suite

Jacques Sapir explose les pro-euro du Front de Gauche

On republie un article de J.Sapir à 5 jours d'intervalle, mais celui-là me semble particulièrement indispensable :

Par Jacques Sapir, sur son blog

http://russeurope.hypotheses.org

Economie et politique

La revue « officielle » du PCF sur l’économie, Economie et Politique vient de publier un article d’une rare nullité sur la question de l’Euro. Il ne vaudrait pas la peine d’être cité s’il ne contenait de telles erreurs qu’il en devient un bon exemple d’un discours d’aplatissement complet devant Bruxelles et la BCE. Cet article, sans les citer, se veut une « réponse » aux différentes notes qui ont été publiées sur le carnet « RussEurope ». C’est une deuxième raison de l’analyser.

Il commence tout d’abord par une affirmation :

Lire la suite

La Russie à la recherche d’une stratégie de croissance - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog
http://russeurope.hypotheses.org/
L’économie russe pourrait être sérieusement affectée par la récession qui s’annonce au sein de la zone Euro, mais qui menace aussi dans un certain nombre d’autres pays. D’ores et déjà on voit un certain nombre d’indicateurs commencer à se dégrader. Le ralentissement de l’économie pourrait se confirmer au quatrième trimestre de 2012 comme semblent l’indiquer les résultats de ces derniers mois. 

Graphique 1

Lire la suite

Rapport Gallois sur la compétitivité : surprises et lacunes - par Laurent Pinsolle

Par Laurent Pinsolle, sur son blog
http://www.gaullistelibre.com/

Certains lecteurs l'auront remarqué, il y a quelques changements sur ce site. Nous publierons désormais également des articles de non-partenaires, mais en version très courte seulement.

Le rapport Gallois a rythmé tout le début de l’automne. Si ses propositions ne sont pas révolutionnaires, son constat n’est par inintéressant, même s’il reste partiel. Pas inintéressante non plus la réaction du gouvernement, qui a finalement décidé d’aller plus loin qu’envisagé au début…
Un rapport mi-figue, mi-raisin

Lire la suite

L'antimodèle allemand - par Joël Halpern

Par Joël Halpern, sur son blog, et repris sur le site de Valeurs & Actions Républicaines

http://quefaire.e-monsite.com/

http://bloc-notesdejoelhalpern.hautetfort.com

source 

Après des mois d’odes à la rigueur, et devant la dépression qui n’en est que la conséquence logique et prévue, les dirigeants européens – à l’exception d’A. Merkel - entonnent désormais le refrain de la relance dans le sillage des promesses électorales de F. Hollande. Comme l’ancien discours n’a pas pour autant été récusé, il en résulte des figures de style assez paradoxales comme  le « nouveau pacte qui alliera la réduction nécessaire des dettes publiques avec l'indispensable stimulation de l'économie » (discours d’investiture de F. Hollande).

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×