franc

Sortie de l’Euro et dette publique - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Dette nette (milliards d’euros)

 Composition-Dette

Source : INSEE : http://www.insee.fr/fr/indicateurs/ind40/20140331/Dette_2013T4.pdf

Un argument récemment soulevé par les adversaires d’une dissolution de la zone Euro consiste à dire que le retour à des monnaies nationales poserait des problèmes insurmontables quant au financement de la dette française. Ceci se traduirait tant par la nécessité pour la Banque de France de monétiser une large part du stock de dettes existant, entraînant ainsi un risque d’hyperinflation, que par une hausse des taux sur la dette qui viendrait dégrader le solde budgétaire. On notera cependant que ces arguments sont mutuellement exclusifs. Soit la Banque de France doit monétiser « en masse », et par définition cela fera baisser les taux d’intérêts, soit elle ne procède qu’à des monétisations très réduites, qui excluent le risque d’hyperinflation, et alors se posera le problème des taux d’intérêts. Il convient donc d’analyser ce problème en séparant la question de la gestion du stock existant des dettes de son accroissement, et en regardant précisément quelle est la part de ce stock que l’on refinance chaque année.

Lire la suite

Pour le FMI, la France devrait dévaluer de 10% par rapport à l'Allemagne - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

 

Je reviens tout d'abord sur le débat sur les calculs de Jacques Sapir. Non, je n'en ai pas lu les détails, en effet. Mais je les crois corrects, pas à l'unité près mais en ordre de grandeur.

Pour toutes les raisons que j'ai indiquées ici, l'euro a fonctionné, au plan interne, comme une machine à privilégier la zone à l'inflation la plus basse (l'Allemagne), au détriment des mauvais élèves à inflation plus forte.

Je ne vois pas d'autre solution, pour en sortir, que d'abandonner l'euro.

Lire la suite

Quand Caroline Fourest et Fiammetta Venner explosent en vol - par Joe Liqueur

Par Joe Liqueur, sur son blog

Caroline Fourest et Fiammetta Venner se démasquent aussi très bien elles-mêmes.

J’achève bientôt la lecture de Marine Le Pen démasquée, un ouvrage que notre petit roquet des bacs à sable idéologiques, j’ai nommé la citoyenne Fourest, a commis et cosigné avec Fiammetta Venner. Sur la forme, souvent confus parce que vite et mal écrit, mais on peut au moins admettre que les développements concernant le fonctionnement du Front national sont assez éclairants, et vont d’ailleurs dans le sens de ce que disent des gens comme François Asselineau ou Laurent Pinsolle (accessoirement je trouve assez piquant de faire ce double rapprochement, peut-être suis-je parfois enclin à une certaine perfidie).

N’empêche : ce que Fourest et Venner ont à dire sur l’économie en général et sur la question de l’euro en particulier, ou sur la géopolitique, ou a fortiori sur la philosophie politique, est pour le moins… inutile, et le mot est faible - mais vraiment, très faible.

Lire la suite

Débat Sapir-Mélenchon sur l'euro chez Arrêt sur Images

Débat diffusé en direct le 6 Juillet 2013 chez Arrêt sur Images.

Commentaire de Pablito Waal : Commençons par la forme. Mélenchon refuse d'emblée la polémique économique sur l'étude de J.Sapir sur les avantages d'une sortie de l'euro, se réfugiant dans la position du politicien non-expert. Ce qui, comme avec l'épisode assez lamentable des graphiques de François Lenglet en 2012 (1), montre que Mélenchon, même s'il prétend s'entourer d'économistes (comme Jacques Généreux...passé d'économiste à politicien depuis longtemps), n'a pas pu se donner la culture économique suffisante à ce type de polémique, ni être informé par son entourage des études qui pourraient confirmer ou infirmer celle de Sapir. Que Mélenchon ne puisse aborder le débat technique avec Sapir est une chose, qu'il ne puisse demander au professeur de l'EHESS son avis sur des études contradictoires en est une autre.  (voire le reste dans la suite de l'article).

Lire la suite

Le Franc et le choc de compétitivité - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

http://www.lalettrevolee.net

Commentaire de Pablito Waal : je ne partage pas le calcul fait par Edgar (10% de dévaluation = 10% d'exportations en plus), car la demande extérieure en produit français n'a pas forcément une telle élasticité-prix...mais je rejoins en revanche la conclusion selon laquelle disposer de sa propre monnaie est un outil plus intéressant que biens des mesures protectionnistes "classiques".

Le premier problème de l'euro c'est que, année après année, les pays qui ont une inflation supérieure à l'Allemagne perdent en compétitivité par rapport à ce pays.

Par ailleurs, l'euro est surévalué par rapport aux devises extérieures (dollar et yuan - on note avec intérêt que le président de la République a dénoncé la concurrence déloyale du yuan, mais pas celle du dollar).

Notre pays reste, selon certains indicateurs (par exemple la productivité par heure travaillée), assez performant. Ce qui explique qu'il ne se soit pas effondré. Il est quand même sur une pente descendante dont on ne verrait pas la fin. Difficile pour les entreprises d'investir en pariant sur la croissance dans ce contexte.

Lire la suite

Impact de la fin de l'euro pour la France : rien. Signé Patrick Artus - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

http://www.lalettrevolee.net

http://3.bp.blogspot.com/_RGIhZIFFXyM/TSKEiWV1H7I/AAAAAAAACMY/JpAKF4wfo1k/s400/107ca46f.jpg

Si tu sors de l'euro, le croquemitaine dévaluateur va venir te manger !

Le titre de l'article est inexact : la sortie de l'euro aurait bien au moins impact, celui de rendre à la France une monnaie adaptée à ses échanges extérieurs.

Je survends à peine.

Dans une note de Natixis, Patrick Artus essaie d'estimer la variation de change que subirait le nouveau Franc.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×