frontière

La guerre pour le sens de l'existence (4)

(lire la partie précédente)

 

Partie 4 : notre monde a besoin de frontières

 

Pour conclure ces longs développements, je ne vais pas rappeler qu'il faut combattre l'Etat Islamique ou autres banalités, pas plus que je ne prétendrai avoir de solutions définitives pour y parvenir.

 

Mais comme idée générale pour maintenir la paix entre des peuples différents inquiets de leurs postérité, voyons la seule solution qui s’offre : le rétablissement des frontières. La principale alternative serait de croire qu’une « conscience morale » se « mondialiserait », et que, par les progrès de la communication et de l’éducation, les rivalités entre nations, communautés religieuses, ethnies… se dissoudraient par la simple intelligence, et que l’Humanité dans son ensemble communierait finalement, par delà ses différences, autour des seuls vrais problèmes : la lutte contre la destruction de l’environement, la grande pauvreté, la maladie et la violence.

 

Problème : ce rêve passe au-dessus de cette réalité que nous avons exposée tout au long de ce texte, qui est que la plupart des individus cherchent la perpétuation de leur groupe, culturellement et généalogiquement. Et que la tension qui se crée entre deux groupes qui se font concurrence par le nombre ou par les idées et croyances est un problème dont la résolution n’a rien à voir avec le niveau d’intelligence et d’éducation des populations concernées. Si vous prenez un peuple dont le QI moyen serait de 140, et que vous l’informez que leurs descendants seront de toute façon submergés par ceux d’un autre peuple, vous aurez une radicalisation pouvant aller jusqu’à la violence la plus extrême. Le XXème siècle a enterré l’idée que la culture empêchait des hommes de sombrer dans la barbarie.

 

Lire la suite

La guerre pour le sens de l'existence (1)

Ceci est le début d'un article assez long, rédigé en décembre 2016 et censé faire le bilan de cette année 2016, et du tournant "populiste", "réactionnaire" que la scène politique internationale semble prendre depuis 24 mois.

Counterstrike

Partie 1 : le mythe de l’ère de la « post-vérité »

 

La victoire du Brexit et de Donald Trump (au collège électoral américain) ont lancé, chez les journalistes et la sphère médiatique, qui s’étaient majoritairement (mais pas unanimement) rangés dans le camp du Remain lors du référendum britannique, et presque entièrement contre Donald J. Trump aux USA, le thème de « l’ère de la post-vérité ». Les deux succès s’expliqueraient par la montée des peurs et des passions irrationnelles, qui auraient rendu une fraction considérable de l’électorat insensible aux faits et à la raison. Faits et raison qui, faut-il le comprendre, auraient massivement penché contre le Brexit et contre Trump.

 

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×