investissement

Perspectives - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Il est maintenant acquis que la croissance en 2014 devrait être de 0,5%, ce qui implique bien entendu une forte hausse du chômage (le niveau de croissance stabilisant le chômage étant de 1,3%) mais aussi du déficit public et de la dette. Les perspectives pour 2015 ne sont pas, elles non plus, des plus brillantes. L’agence de notation Moody’s estime que la croissance sera inférieure à 1%. La menace d’un déflation, de ce que l’on appelle en économie la « spirale déflationniste », est aujourd’hui réelle. Cette spirale, c’est celle qui a frappé l’Europe après la crise de 1929, dont l’enseignement a été retiré des programmes d’Histoire des lycées aux fins d’allègements… Le ralentissement de l’investissement productif que la France connaît depuis maintenant près de trois ans pèse sur ces perspectives pour deux raisons.

Lire la suite

Stop à la dérive des banques et de la finance (Claude Simon et le collectif Roosevelt) - par L'Espoir

Par Theux, sur le site de L'Espoir

Le taureau de Wall StreetLe taureau de Wall Street

Le livre que viennent d’écrire Claude Simon et le collectif Roosevelt, proches du parti politique Nouvelle Donne, constitue une parfaite synthèse des dérives du monde de la finance. Le principal intérêt de ce livre est sa dimension pédagogique, qui permet aux profanes de parfaitement comprendre la situation actuelle.

Le livre se divise en trois chapitres dont le premier s’efforce d’expliquer les concepts de base (banque, monnaie, finance, marchés), le deuxième  s’attache à analyser les raisons de la survenance de la crise de 2008 et le troisième consiste à proposer des solutions à ces dysfonctionnements.

Lire la suite

C'est notre industrie qu'on tue - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://www.journaldunet.com/economie/les-dix/entreprises-leaders/images/alstom.jpg

Je suis en colère, très en colère. Et la cause en est Alstom. Ou plutôt, le déferlement de bêtises que j’ai entendu ces deux dernières semaines au sujet de la situation de cette entreprise. Oui, je sais, la colère est un pêché, c’est même un pêché mortel. Mais dans la mesure où un démon serviable est probablement déjà en train de faire chauffer amoureusement le chaudron de souffre qui m’est réservé et d’aiguiser le trident avec lequel il percera mes fesses, que peut bien faire un pêché de plus ?

Lire la suite

Un aveu - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Croissance depuis 2000 (indice 100)

 Growth

Une nouvelle est passée quasiment inaperçue vendredi dernier, c’est l’annonce faite par le gouverneur de la Banque centrale des Pays-Bas, M. Klaas Knot, que son institution avait préparé un « plan d’urgence » (a contingency plan) pour une sortie de l’Euro en 2012. Cette nouvelle n’a rien d’étonnant, et elle confirme ce que l’on sait de diverses sources. Les différentes Banques centrales des pays de la zone Euro, et même les Ministères des Finances, travaillent sur des scénarii d’explosion ou de sortie de l’Euro depuis au moins le printemps 2011.

Lire la suite

Les fariboles du pacte de responsabilité - par Thomas Schott

Par Thomas Schott, sur le site de L'Oeil de Brutus

Les fariboles du pacte de responsabilité

Billet invité de Thomas Schott

Le 14 janvier dernier, François Hollande annonçait “officiellement“ sa nouvelle politique économique : “le socialisme de l’offre“. Derrière cet aphorisme issu du théorème de Schmidt se cache un suicide économique pour la France. De fait, cette politique de l’offre n’améliorera pas la situation des entreprises ni de l’emploi.

La preuve par les “subprimes“.

Lire la suite

La situation économique au Venezuela - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Évolutions des deux taux de change (dollar/dollar)

Source : Banque Centrale du Venezuela

La situation économique du Venezuela est marquée par une série de provocations des forces de l’opposition qui cherchent à contester dans la rue le résultat des différents scrutins de 2013. Mais, ceci est aussi possible en raison d’une détérioration de la situation économique, sensible depuis le début de l’automne 2012. Invité par le gouvernement du Venezuela, j’ai fait une mission au début du mois de novembre 2013, à la suite de laquelle j’ai rédigé la note suivante pour le gouvernement. Les autorités du Venezuela m’ont autorisé aujourd’hui à la publier. Je rappelle que ces lignes n’engagent que moi et nullement le gouvernement du Venezuela, que je veux remercier de sa confiance et de l’ampleur de la documentation reçue.

Jacques SAPIR

Lire la suite

Le Président, le “contrat de responsabilité”, et la déflation - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Pour ceux qui se sentent d'attaque pour lire un article scientifique, voir aussi ce papier sur l'investissement, le profit, la demande et la monnaie.

 G2-OMT InflaBis

Contrairement à ce que certains veulent nous faire croire, la crise budgétaire est loin de s'éloigner, comme le montre l'évolution des taux réels sur les obligations d'Etat.

Source : INSEE

Les promesses d’abaissement des charges faites par François Hollande lors de sa conférence de presse du 14 janvier ont été bien accueillies par le patronat. C’est assez normal, mais cela montre aussi un raisonnement à courte vue. Si, pour financer ces baisses de charges, le gouvernement réduit les dépenses publiques, dans un contexte où l’économie est déjà fortement déprimée, ceci risque d’avoir des conséquences désastreuses sur l’économie française.

Lire la suite

Le capitalisme est en train d'échouer (IV) - par Pablito Waal

(suite du précédent)

Conclusions

Le constat est donc le suivant : exception faite des BRIC (ou plutôt BIC, Brésil – Inde – Chine) qui rattrapent le temps perdu, le monde est engagé sur la voie d’une croissance molle, et déclinante dans de nombreux cas, voire partout lorsqu’il s’agit d’économies « matures », au développement déjà ancien. Les efforts de libéralisation, d’ouverture des frontières, l’alternance des gouvernements n’y ont pas changé grand-chose.

Et que faut-il y voir de particulier, me direz-vous ? Que le capitalisme est en train de connaître une évolution comparable à celle des pays du Comecon dans les années 1970-1980 : l’économie ne s’effondre pas (encore), mais elle se dirige vers la croissance zéro comme horizon quasi-certain. La miraculeuse faculté du capitalisme à « créer de la richesse », déjà discutable en cela que nombre de ces richesses bénéficient ou résultent d’efforts collectifs (programmes spatiaux, militaires, nucléaires, informatiques…) peu capitalistes, paraît caler.

Lire la suite

Les bretons divisent - articles d'Edgar et de Descartes

Commentaire de Pablito Waal : je ne partage ni le mépris de Descartes pour la "révolte bretonne" (bretonne parce qu'elle est en Bretagne, certes, mais qui ne rassemble certainement pas tous les bretons), ni l'enthousiasme d'Edgar et Emmanuel Todd en faveur des bonnets rouges. La raison étant dans un article que je consacrerai prochainement à la question fiscale.

Todd et la "révolte bretonne" - par Edgar

Ils ont des chapeaux ronds, à bas les bretons ! - par Descartes

(Titre provocateur, ne vous en irritez pas outre mesure, amis bretons...)

Lire la suite

Retour vers le futur - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : J.Sapir publie des textes théoriques ces derniers temps, par exemple celui-ci sur l'information et la décision, très riche. Et vient ce texte sur Keynes, en continuation logique de l'article de L'Oeil de Brutus que nous avions publié récemment.

John-Maynard-Keynes

John Maynard Keynes (1883-1946)

Texte publié originellement en 2008 dans Alternatives Economiques

Le texte de J.M. Keynes sur la nécessité d’une autosuffisance nationale se révèle d’une lecture étrangement actuelle et dérangeante. Aujourd’hui, comme en 1933, les raisons de mettre en doute le Libre-Échange s’accumulent. Les experts de la Banque Mondiale ont brutalement révisé à la baisse leurs estimations des “gains” d’une libéralisation du commerce international[1], alors même qu’ils sont calculés sans référence à de possibles coûts. Une étude de la CNUCED montre ainsi que le “cycle de Doha” de l’OMC pourrait coûter aux pays en voie de développement jusqu’à 60 milliards de dollars alors qu’il ne leur apporterait que 16 milliards de gains[2]. Loin de favoriser le développement, l’OMC pourrait bien contribuer à la pauvreté mondiale.

Lire la suite

La croissance? Quelle croissance? - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

La presse, surtout sociale-libérale, se remplit d’optimisme et de commentaires flatteurs pour notre Président à la vue des derniers chiffres de l’INSEE. Au second semestre 2013 la France aurait connu une croissance de 0,5%, Alléluia ! La croissance revient donc… Les commentateurs feraient cependant mieux d’être plus prudent et de lire plus attentivement le document de l’INSEE[1].

En réalité, le chiffre de 0,5% est dû à deux facteurs : une hausse de la consommation de 0,3% et un accroissement des stocks de 0,2%. Or, les stocks des entreprises avaient baissé de -0,8% en 2012. Une correction était attendue et on mesure qu’elle reste inférieures à la baisse précédente. Une comparaison des deux premiers trimestres de 2013 avec 2011 et 2012 montre que cet accroissement ne sera pas durable.

Graphique 1

INSEE-1

Source : Informations Rapides, INSEE, 14/08/2013, n°186.

Lire la suite

Comment la France peut-elle se sortir de son bourbier ? - par Yann

Par Yann, sur son blog

 

J'ai beaucoup parlé de l'Allemagne, du Japon des USA, de l'Europe, etc. Je me rends compte qu'il faudrait peut-être que je parle un peu plus de la France sur le plan économique. Alors que nombre    de personnes commencent à imaginer une percée du FN. Ce parti devant malheureusement petit à petit la seule alternative crédible sur le plan électoral. Il est peut-être temps de rappeler les fondamentaux de la crise française et de donner quelques solutions pour extirper notre pauvre pays du bourbier économique dans lequel trente ans d'idéologie dogmatique l'ont plongé.  

       

Solde-des-transactions-courantes.png

 

Lire la suite

La Grande-Bretagne, ou l’austérité à crédit - par Laurent Pinsolle

Par Laurent Pinsolle, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : après 13 ans de travaillisme qui a fait augmenter d'environ dix points de PIB les dépenses publiques britanniques, et laissé un déficit flirtant lui aussi avec les 10%, David Cameron tente de revenir sur les traces de Thatcher et Major...Sans doute avec le même succès : en taillant dans la consommation, il va défavoriser la croissance à court terme, ce qui pourrait être un choix assumé s'il y avait une politique d'investissement à long terme - ce qui n'est malheureusement pas le cas, comme le note justement L.Pinsolle. Ce qui résulterait en une stabilité (ou progression modérée) des impôts, un blocage voire une réduction des dépenses de fonctionnement (ce sur quoi est déjà engagé le gouvernement Cameron depuis son annonce de la suppression programmée d'un demi-million d'emplois publics), mais un renforcement de la formation de capital, donc une faible baisse des dépenses. Un tel programme ne plairait ni à la base du parti tory, ni aux électeurs de gauche. La France est, avec plus de présence étatique, et un gouvernement plus indéterminé (c'est peu de le dire), dans la même situation.

 

Londres mène des politiques originales depuis 2008. Après avoir laissé filer les déficits et s’être appuyé sur la politique monétaire ultra-accomodante de la banque centrale, les conservateurs, au pouvoir depuis 2010, mènent une austérité sévère, au bilan très mitigé, comme le rapporte The Economist.
 
Verre à moitié vide ou à moitié plein
La situation outre-Manche est assez complexe. Points positifs, alors que la zone euro a probablement connu son 7ème trimestre consécutif de récession et après une 2ème récession, l’activité a rebondi modestement au premier trimstre (1,2% en rythme annuel) et les indicateurs avancés poussent à l’optimisme. En outre, les entreprises privées ont réussi à créer pas moins de 1,6 millions d’emplois depuis mi-2009, ce qui permet au pays d’afficher un nombre total d’emplois supérieur de 500 000 au pic d’avant la crise, une situation que peuvent envier la grande majorité des pays européens.

Lire la suite

Florange : la trahison du “socialisme” compassionnel - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog
http://russeurope.hypotheses.org/

La « solution » dont les négociations entre le gouvernement français et Mittal ont accouché est probablement l’une des plus mauvaises qui soient. Elle revient à faire confiance au groupe Mittal pour investir sur une période de 5 ans 180 millions d’Euros, alors que ce groupe n’a pas exactement bonne réputation sur ce point. Par ailleurs, Mittal s’engage à reclasser les salariés de la « partie chaude » du site de Florange et à développer la « partie froide » ainsi que ses installations de Dunkerque. De fait, le gouvernement français a très peu obtenu de Mittal, qui va pouvoir continuer de se désengager de son activité de production d’acier pour se désendetter et continuer de se tourner soit vers l’amont (les mines) soit vers l’aval (l’utilisation des métaux). Les salariés de Florange restent les otages de Mittal, otages qu’il pourra sacrifier d’ici trois à quatre ans si sa logique, essentiellement financière, le conduit à une telle décision. En fait, le gouvernement n’a obtenu, au moindre coût pour lui, qu’une solution temporaire. Et de cela J. -M. Ayrault, Premier ministre, crie victoire ! C’est l’expédient élevé à la hauteur d’une stratégie. 

Lire la suite

La Russie à la recherche d’une stratégie de croissance - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog
http://russeurope.hypotheses.org/
L’économie russe pourrait être sérieusement affectée par la récession qui s’annonce au sein de la zone Euro, mais qui menace aussi dans un certain nombre d’autres pays. D’ores et déjà on voit un certain nombre d’indicateurs commencer à se dégrader. Le ralentissement de l’économie pourrait se confirmer au quatrième trimestre de 2012 comme semblent l’indiquer les résultats de ces derniers mois. 

Graphique 1

Lire la suite

Doléance du Collectif " Pour un Pôle public financier au service des Droits !" - par l'Association pour une Constituante

Par le Collectif "Pour un Pôle public financier au service des droits !", sur le site de l'Association pour une Constituante

http://pouruneconstituante.fr

Commentaire de Pablito Waal : je publie encore un texte qui suscite en moi quelques doutes. Cet article est une lettre adressée par une coalition de syndicats et d'associations de gauche pour que le gouvernement oriente la naissante "Banque Publique d'Investissement" de sorte à ce qu'elle serve prioritairement certains objectifs (la "reconversion écologique de l'économie", le service aux TPE, la construction de logements sociaux, etc...). Ce qui me pose problème, c'est que cette lettre illustre une certaine conception de la gauche selon laquelle des syndicats et des associations de (plus ou moins) économistes de gauche pourraient agir au nom du peuple, "au service des droits" (de qui?). Pour ma part, je pense que l'un des principaux problèmes des entreprises et établissements productifs publics, c'est qu'ils ne sont pas gérés par ceux à qui ils sont censés appartenir : les citoyens. A gauche, on maintient la fiction que syndicats, associations d'intellectuels et partis auraient une réelle représentativité sur les citoyens.

Pour ma part, le seul moyen concret pour que les individus que nous sommes contrôlent cette propriété collective, ce serait que chaque citoyen soit actionnaire du secteur public (sans possibilité de vendre ce titre et les droits afférents, pas plus qu'on ne peut vendre sa carte d'électeur), et détienne un droit de vote pour décider des orientations et des directions dans chaque établissement public. En ayant bien sûr la possibilité de déléguer ce droit de vote (mais aussi de le reprendre) à des associations intermédiaires, qui seraient pour le coup réellement représentatives. Les questions abordées dans le texte ci-dessous (les orientations, les fonctions, la dotation attribuée à un établissement comme la BPI) pourront être posées naturellement au parlement, par demande spontanée des citoyens-actionnaires, sans être confiées à des organisations à la représentativité incertaine comme celles qui signent cette doléance.

***

Suite au choix fait par le gouvernement pour la "Banque Publique d’Investissement", le collectif "Pour un Pôle public financier au service des Droits !" regroupant plus d’une trentaine d’organisations a adressé Lettre ouverte au Président de la République la lettre ouverte ci-dessous qui a été envoyé par ailleurs aux parlementaires. Nous avons souligné en gras des éléments faisant référence à des débats déjà développés sur ce site

***
Un autre choix est possible, un autre choix doit être fait.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×