libéraux

Stop à la dérive des banques et de la finance (Claude Simon et le collectif Roosevelt) - par L'Espoir

Par Theux, sur le site de L'Espoir

Le taureau de Wall StreetLe taureau de Wall Street

Le livre que viennent d’écrire Claude Simon et le collectif Roosevelt, proches du parti politique Nouvelle Donne, constitue une parfaite synthèse des dérives du monde de la finance. Le principal intérêt de ce livre est sa dimension pédagogique, qui permet aux profanes de parfaitement comprendre la situation actuelle.

Le livre se divise en trois chapitres dont le premier s’efforce d’expliquer les concepts de base (banque, monnaie, finance, marchés), le deuxième  s’attache à analyser les raisons de la survenance de la crise de 2008 et le troisième consiste à proposer des solutions à ces dysfonctionnements.

Lire la suite

Politique Industrielle et Privatisations - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

http://www.alstom.com/Global/Group/Resources/Images/Gallery/GT13E2Assembly.jpg

La notion de politique industrielle, qui avait été au cœur des politiques économiques en Europe et au Japon dans les années 50 et 60, a été très fortement attaquée dans les années 1980-1995. Un certain nombre d’échecs spectaculaires – et couteux – principalement dans ses pays d’Amérique Latine survenant dans la période des années 1970-1980 explique sans cependant le justifier ce changement de paradigme. Par ailleurs, l’internationalisation financière – ce que l’on appelle de manière journalistique la mondialisation – a créé de nouvelles contraintes pour les pays qui ont accepté de se plier à ses règles. Les marchés financiers internationaux sont incapables d’avoir la longueur d’horizon que nécessite une politique industrielle. Cette dernière ne se valide que sur des périodes de 10 à 15 ans quand les financiers internationaux raisonnent en mois, voire sur un ou deux ans. Pour les économistes libéraux, dans ces conditions, la meilleure politique industrielle consiste à ne pas en avoir.

Lire la suite

Allemagne : Angela Merkel triomphe, les anti-euro émergent

Par Yohann Duval, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : les élections allemandes datent de dix jours déjà, mais ce petit commentaire de Y.Duval, passé à Debout la République, n'est pas superflu.

Sans surprise, Angela Merkel est la grande gagnante des élections qui ont eu lieu dimanche dernier en Allemagne. Sa politique et sa gestion de la crise de l'euro ont été largement approuvées par nos voisins d'outre-Rhin : elle ne manque la majorité absolue au Bundestag que de quelques sièges. Dans le même temps, le nouveau parti anti-euro réussit une percée intéressante pour l'avenir.

  merkel-2013.jpg

Lire la suite

La SNCF malade des directives et des traités européens - par David Boudret (UPR)

Par David Boudret, sur la page Facebook de François Asselineau

Commentaire de Pablito Waal : un point de vue intéressant, alors que les critiques contre l'entreprise publique elle-même ont commencé à fuser, notamment sur le fait que les chemins de fer français seraient en fait plus dangereux qu'au pays de la privatisation, j'entend par là le Royaume-Uni, où les défauts de sécurité avaient été pourtant tant décriés. Des affirmations, venues du camp libéral, qui montrent surtout la malhonnêteté de leurs auteurs : s'il y a plus de morts sur les rails en France qu'au Royaume-Uni, c'est largement dû aux passages à niveaux et aux présences de personnes non-autorisées sur les voies. Les français ont des comportements plus dangereux sur la voie publique que leurs voisins d'outre-Manche, et il n'y a pas de raison que cela soit inversé lors des traversées de passages à niveaux. Passages qui sont sous la responsabilité de la SNCF, nous disent ses contempteurs libéraux, oubliant un de leurs propres principes : la responsabilité de chaque individu sur ses propres actes, avant d'imputer quoi que ce soit à une organisation. Les tragédies comme celles de Bretigny sont extrêmement rares par rapport à l'ampleur du trafic (et la longueur des voyages, supérieure en France vis-à-vis d'Albion, géographie oblige), trop rares pour que l'on puisse en tirer des conclusions statistiques. En revanche, et c'est que D.Boudret, adhérent UPR et auteur de cet article, tend à minorer, la SNCF a connu des désastres comptés en dizaines de morts dans les années 80, dont celle de la Gare de Lyon en 1988. Le fait que ces tragédies soient devenues rarissimes depuis 25 ans doit inviter à penser que l'entreprise publique est réformable, pas seulement en mal comme la lecture du texte qui suit peut le laisser penser.

 

L'accident du train Intercités Paris-Limoges, survenu le vendredi 12 juillet 2013 en gare de Brétigny-sur-Orge,  a fait 6 morts et une trentaine de blessés. Selon les premiers résultats de l'enquête, cet accident est dû à une défaillance de l'éclisse (pièce métallique lourde à l'intérieur d'un aiguillage).

La réaction publique au drame de Brétigny-sur-Orge nous rappelle à quel point les Français sont attachés à leur système de transport ferroviaire, et à quel point aussi les défaillances de celui-ci les touchent.

Lire la suite

Multiplicateur keynésien et théorie de la raison - par L'Oeil de Brutus

Du changement sur l'ARSIN : dans la mesure où nous allons publier plus d'articles, pour économiser du temps, nous allons publier dorénavant des listes d'articles pour chacun de nos partenaires ou sources.

la-metamorphose-de-narcisse

LE MULTIPLICATEUR KEYNESIEN ET LA PROPAGANDE NEOLIBERALE  - par L'Œil de Brutus

Par L'Œil de Brutus, sur son blog
http://loeildebrutus.over-blog.com/
Qu’est-ce que le multiplicateur keynésien ?
Le multiplicateur keynésien consiste à évaluer l’impact de l’action publique[1] sur l’économie réelle : pour l’obtenir, on divise le pourcentage de PIB induit par une dépense publique par cette même dépense. Autrement dit, si 1 euro de dépense publique entraine la création de 1 euro de PIB, le multiplicateur est de un ; si 1 euro de dépense publique engendre 2 euros de PIB, le multiplicateur est de 2 ; et si 1 euro de dépense publique permet la « création » de 0,5 euro de PIB, le multiplicateur est de 0,5[2]. 
Bien évidemment, ce multiplicateur est extrêmement complexe à évaluer et fait l’objet de vives querelles entre économistes. Globalement, les étatistes soutiennent qu’il est toujours supérieur à 1, les ultralibéraux, les libertariens et autres néolibéraux qu’il est inférieur à 1, voire proche de 0. Les keynésiens et libéraux modérés admettent qu’il varie fortement en fonction de la conjoncture, les derniers se montrant bien sûr plus pessimistes sur l’effet d’entraînement de l’action publique que les premiers. 

Lire la suite

L'heure des comptes en Egypte - par Valeurs & Actions Républicaines

Par Valeurs & Actions Républicaines

http://quefaire.e-monsite.com

Nous invitons nos lecteurs à lire également la Chronique du Printemps Arabe de Cédric Labrousse, dont les brèves de fin mai 2012 indiquent une contestation des résultats par une partie de la rue égyptienne.

Campagne de M. Morsi, candidat des Frères Musulmans 

Au Caire c'est l'heure des comptes ! Les résultats des premières élections présidentielles libres bien que contestées donnent tout de même une photographie des rapports de forces politiques.

Alors que le pays traverse un ralentissement économique inédit suite à la révolution de 2011, trois forces politiques peuvent se considérer comme incontournables dans le futur immédiat de l'Egypte, cela malgré une abstention assez importante de 50 %.

 

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×