liberté

Rejeter le libéralisme ? - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Après une grosse semaine d'absence, l'arsin.fr revient !

Comment peut-on ne pas être libéral ? Le terme en effet dénote initialement un esprit généreux. Les « libéralités » décrivent des dons. Le libéralisme a eu aussi ses titres de gloire, en particulier dans son opposition à l’idéologie absolutiste. Au XVIIIe siècle, il fut synonyme de progrès. Pourquoi et comment cette image s’est elle inversée?

Le libéralisme est souvent incompris, mais il faut ajouter qu’il contient en lui-même de quoi alimenter nombre de ces incompréhensions. Comme toute pensée qui fut vivante, il s’est incarné de manières très différentes tant dans le temps, que dans les différents espaces politiques et culturels où il s’est développé. Le libéralisme est toujours contextualisé. D’où la difficulté de cerner ce à quoi il renvoie. Pourtant, la tâche reste essentielle. On peut parler aujourd’hui d’un triomphe du libéralisme. Que ce soit au parti « socialiste » ou dans les rangs de l’UMP, il n’est même plus sujet à discussion, étant accepté par principe. Mais de quel libéralisme parle-t-on ? S’agit-il de la pensée originelle, qui est souvent bien ignorée, ou des formes dégénérées sous lesquelles il est aujourd’hui connu ? Tout ceci ne fait que renforcer la nécessité de chercher à le définir, non pas tant comme un principe intangible mais comme une forme vivante, parcourue de courants contradictoires, et qui est appelée à mourir après avoir beaucoup vécue.

Lire la suite

Ordosouverainisme et autoritarisme - par Laurent Pinsolle

Par Laurent Pinsolle, sur son blog

Face à l’eurolibéralisme défendu, avec quelques nuances, par le PS, l’UMP, les centristes et les écologistes, j’avais développé la notion d’ordosouverainisme, en soulignant néanmoins qu’il y avait deux sous-familles, les progressistes et les identitaires. On pourrait ajouter que certains ordosouverainistes semblent tentés par l’autoritarisme, ce qui ressort des modèles qu’ils se donnent.
Danger sur la liberté ?

Lire la suite

De la liberté en Hollandie - par L'Oeil de Brutus

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

DE LA LIBERTE EN HOLLANDIE

« Toujours la tyrannie a d’heureuses prémices »

Racine, Britannicus.

En ouverture de sa conférence de presse du 14 janvier 2014, le président de la République s’exprimait dans ces termes : « Je ne laisserai pas faire, au cours des prochains mois, ceux qui veulent en terminer avec l’idée européenne. Pas seulement en France, il y en a d’autres, parfois même aux gouvernements. Je ne laisserai pas faire ceux qui veulent en terminer avec l’idée européenne ou ceux qui veulent briser l’acquis communautaire, c’est-à-dire tout ce qui a été fait depuis des générations et des générations. Je ne laisserai pas non plus faire ceux qui veulent sortir de l’euro, qui pensent ainsi sauver la Nation alors qu’ils la mettent en péril. Parce que notre avenir, c’est dans l’Europe… »

Lire la suite

Lorsqu'ils sont venus chercher Dieudonné... - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

PORTNAWAK

Un résumé de l'Affaire Valls-Dieudonné

Vous avez remarqué ? Les gens sympathiques, agréables, conformistes, qui suivent l’opinion générale ne sont jamais censurés. Cela n’arrive qu’aux autres, aux pelés, aux galeux, aux reprouvés, à ceux qui dérangent. Voltaire le notait déjà : il n’y a pas de mérite particulier à se battre pour la liberté des gens qui nous ressemblent. Le véritable mérite est de lutter pour la liberté des gens qu’on n’aime pas.

Lire la suite

Déclaration d'Edward Snowden (traduite par Gordon Fowler pour developpez.com)

Voir aussi la publication de ce texte par le Cercle des Volontaires.

Repris de Developpez.com :

 

En marge de notre dossier d’actualité sur l’affaire PRISM, voici la traduction du verbatim de la déclaration d’Edward Snowden. Cette déclaration a été faite le vendredi 12 juillet lors d’une conférence de presse de 45 minutes à l’aéroport de Moscou.
Il y donne sa vision des faits, revient sur son périple, les différentes étapes de l'affaire et sur le comportement des alliés militaires occidentaux des États-Unis, et plus particulièrement de la France (sans la nommer). Il y explique enfin comment il entend rejoindre sa terre d'asile, a priori le Venezuela.

« Bonjour,
Je m’appelle Edward Snowden. Il y a un peu plus d’un mois, j’avais une famille, une maison au paradis et je vivais dans un très grand confort. J’avais aussi la capacité, sans aucun mandat, de chercher, de saisir et de lire toutes vos communications. Celles de n’importe qui, n’importe quand. J'avais le pouvoir de changer le sort des personnes.

Lire la suite

Requiescat In Pace, Clément Méric - par Pablito Waal

7/06/2013 : voir aussi la réaction de Voltaire République

25/06/2013 : suite à la parution de nouvelles informations, notamment des extraits de vidéosurveillance analysés par au moins deux médias, l'auteur de l'article se doit de rectifier plusieurs propos qui y sont contenus. Même en se limitant à la version donnée par Libération, qui, contrairement à RTL, ne prétend pas que Clément Méric ait frappé Esteban Morillo, avant que celui-ci ne le tue, on ne peut plus dire que le groupe des "natios" ait ciblé les "antifas", puisque ce sont au contraire ces derniers qui ont attendus les "skins" sur le lieu de la future rixe. Les passages en italique dans le corps de l'article, qualifiant les militants nationalistes d'agresseurs, devraient être bons pour les oubliettes. J'écris "devraient" car je préfère assumer d'avoir écrit un article trop rapidement, quand les témoignages parlaient d'agression skin voire de coup de poing américain, plutôt que de réécrire l'histoire. De même, le mot "meurtre" doit être remplacé par le seul terme certain : homicide (volontaire ou pas). La notion de meurtre implique une volonté de tuer, ce qui a provoqué un débat entre Descartes et moi-même pour savoir si frapper sciemment quelqu'un au visage, si mort s'en suit, est un meurtre ou non (l'issue fatale d'un coup de poing est peu probable, mais ce risque ne peut être ignoré). Ce débat est désormais obsolète puisque E.Morillo aurait apparemment frappé C.Méric non pas "sciemment", mais par réaction immédiate, alors que la future victime se trouvait derrière lui juste avant le drame.

http://yagg.com/files/2013/06/Desktop14.jpg

Il m’arrive rarement de commenter l’actualité sur le moment même. La dernière fois remonte à mars 2012, et à l’affaire Merah. La mort hier de Clément Méric, étudiant de Sciences-Po affilié à une organisation « antifasciste » est une autre occasion.

La première réaction est bien entendu les condoléances que l’on ne peut qu’adresser à la famille et aux proches de la victime. Mais seulement à ceux qui le connaissaient réellement, comme nous le verrons ensuite.

Parmi les autres réactions à chaud, celles que je vous recommanderai le plus viennent du Cercle des Volontaires et celle de Daniel Schneidermann. La dernière est méthodologiquement intéressante, car les façons de qualifier la victime comme les agresseurs sont importantes. (1)

Lire la suite

A ceux qui n'ont pas compris le lien entre Nation et Liberté - par L'Oeil de Brutus

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

http://loeildebrutus.over-blog.com

marianne

 Depuis que l’homme, ce roseau si faible pour reprendre Pascal, s’est fait pensant, il médite sur le sens à donner au mot liberté. Il n’est pas ici question de reprendre ce débat philosophique. Aussi nous arrêterons nous à la définition donnée par l’article IV de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen (qui figure toujours en préambule de notre Constitution) : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société, la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi. »

Lire la suite

Micro-débat sur la liberté économique - par l'ARSIN

Par l'ARSIN

Un nouveau débat, à partir d'un article de Contrepoints, sur un point fondamental de la réthorique libérale : qu'est-ce que la "liberté économique" ? Faut-il toujours plus de libéralisme économique pour plus de développement humain et de liberté tout court ?

Lire la suite

Après l'euro, par Keynes - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

http://www.lalettrevolee.net

eurend.jpg

La fin de l'euro, allégorie.

 

Nous sommes en mars 2013. La France est sortie de l'euro depuis six jours, Keynes, prix Nobel d'économie, se réjouit de cette excellente nouvelle :

"Rares sont les français qui ne se réjouissent pas de la fin de l'euro. Nous sentons que nous avons enfin les mains libres pour faire ce qui est raisonnable. La période romantique est révolue, et nous pouvons nous mettre à discuter de manière réaliste le choix de la meilleur politique possible.

Lire la suite

Tout ce qui ne nuit pas à autrui - par Joe Liqueur

Par Joe Liqueur, sur son blog

http://communisme-liberal.blogspot.fr

Non, je ne dis pas que la drogue c'est pas dangereux. Et si vous avez peur
pour vos zenfants, passez leur Trainspotting, ça devrait les calmer.

J’ai un message pour les 70% de Français qui seraient opposés à la dépénalisation du cannabis – et des drogues en général :

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×