Macron

Bilan politique de 2017 : la non-révolution Macron

2017 a moins été l’année d’une « révolution » que d’un pourrissement. Cet article a pour but, non de vous révélez des analyses très originales, mais de synthétiser ce que nous a appris cette année pas si incroyable, mais « globalement négative » pour la France.

 

La victoire de Macron envisageable dès 2016

« Nouveau monde », « big bang », « révolution »…les figures stylistiques ne manquent pas pour les manieurs de brosse à reluire qui candidatent auprès de la Macronie. Ses propagandistes aux petits pieds décrivent un candidat devenu président « en dépit de tous les pronostics », « alors qu’on le disait n’être qu’une bulle médiatique »…

Le problème : Macron n’a pas, de loin, été un vainqueur imprévisible (il était même le vainqueur assuré de la présidentielle dès la fin du mois de février). Dès les mois de septembre 2016, les sondages lui annoncent des scores de 14 à 16%, ce qui était tout sauf négligeable pour un candidat qui montait son parti et sans mandats précédents. Rappelons qu’à l’automne 2016, l’hypothèse générale était que François Hollande allait se représenter, et que le candidat probable des Républicains serait Alain Juppé (et sinon, en cas de victoire de Nicolas Sarkozy à la primaire républicaine, François Bayrou aurait pu se présenter). Les scores de Macron étaient encore comprimés par la concurrence du Président sortant et du Maire de Bordeaux, qui partageaient globalement son champ idéologique. Fin novembre, la surprise (véritable, celle-là) de la victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre, puis le renoncement à un deuxième mandat par François Hollande dégagent largement l’espace de l’ex-ministre de l’économie.

Lire la suite

Pavé de campagne

Evolution des intentions de vote a l election presidentielle 2017

 

Dans ce texte bien trop long pour être lu, je vais essayer de faire un tour de vue du spectacle offert par les Présidentielles à quelques jours du scrutin.

Sommaire (comme mes propos) :

Contexte international

Contexte économique européen et français

Contexte social français

Contexte politique

Contexte identitaire

Présentation des différentes candidatures

Les trotskystes : Arthaud et Poutou

Les « dissidents » inclassables : Asselineau et Cheminade

Les dissidents de droite : Dupont-Aignan et Lassalle

Le syndicat de faillite du PS : Hamon

Les candidats « de gouvernement » : Macron et Fillon

Les postures de défense : Mélenchon et Le Pen

Conclusion

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site