Montebourg

Portrait de Valls en Saint Laurent - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

Cet article fut écrit avant l'annonce du nouveau gouvernement.

Il n’y a pas que les discours de Mélenchon dans la vie. Ce week-end, on pouvait écouter des discours autrement plus intéressants pour qui veut observer la vie politique française. Je veux parler, bien entendu, des discours prononcés par Arnaud Montebourg et Benoît Hamon à la « Fete de la Rose » de Frangy-sur-Bresse. Il faut dire que notre ministre de l’économie et du redressement productif national (je sais qu’il tient à ce titre) a su, au cours des années, faire de cette fête à priori provinciale un événement national qui lui offre une tribune de rentrée privilégiée. Comme quoi, cela paye en politique d’établir des rituels et des continuités plutôt que de faire du « neuf » et de « l’inédit » en permanence.

Lire la suite

Alstom : la grosse arnaque de Montebourg et Hollande - par Laurent Pinsolle

Par Laurent Pinsolle, sur son blog

Comme beaucoup, en apprenant la prise de participation de l’Etat dans Alstom, je me suis réjoui, imaginant que l’entreprise échappait au dépeçage. Mais la création de co-entreprise avec GE m’a rendu suspicieux et la lecture du détail de l’accord laisse apparaître une véritable embrouille.

Lire la suite

C'est notre industrie qu'on tue - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://www.journaldunet.com/economie/les-dix/entreprises-leaders/images/alstom.jpg

Je suis en colère, très en colère. Et la cause en est Alstom. Ou plutôt, le déferlement de bêtises que j’ai entendu ces deux dernières semaines au sujet de la situation de cette entreprise. Oui, je sais, la colère est un pêché, c’est même un pêché mortel. Mais dans la mesure où un démon serviable est probablement déjà en train de faire chauffer amoureusement le chaudron de souffre qui m’est réservé et d’aiguiser le trident avec lequel il percera mes fesses, que peut bien faire un pêché de plus ?

Lire la suite

Montebourg, l’Euro et les Talibans - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

http://www.professeurforex.com/wp-content/uploads/2013/10/euro-fort-forex-eurusd.jpg

Il y a deux jours, l’Assemblée Nationale votait en première lecture le texte de la loi dite « Florange », qui visait à éviter la réédition d’une crise comme celle que l’on avait connue à la fin de 2012. Dans le même temps Arnaud Montebourg, le Ministre du Redressement Productif qui s’était fortement engagé pour une solution industrielle dans la crise de Florange, et qui avait été désavoué par le Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, multipliait les sorties, que ce soit sur la nécessité de faire « baisser l’euro » ou sur les « talibans du droit à Bruxelles ». Dans ce dernier cas, c’est la direction de la concurrence de l’Union Européenne qui est directement visée. La concomitance de ces faits invite à la réflexion tant sur l’attitude d’Arnaud Montebourg que sur la signification profonde de son action.

Lire la suite

Agir face à l’interminable agonie des institutions - par l'Association pour une Constituante

Par l'Association pour une Constituante, sur son site

Extrait à noter : "Il serait bon, aussi, de ne pas appeler au respect des principes républicains uniquement face à d’odieuses attaques racistes. "

http://www.francetvinfo.fr/image/74w3rqvro-4688/908/510/2862090.jpg

Perturbations du 11 novembre 2013. Sous la Troisième République, le Président de la République servait à honorer les cérémonies de sa présence. Sous la Cinquième République mourrante, il ne semble même plus admis à ce rôle.

« L’Europe se refondera en tirant pragmatiquement les leçons de la crise. La crise a poussé les chefs d’Etat et de gouvernement à assumer des responsabilités croissantes, parce qu’au fond, eux seuls disposaient de la légitimité démocratique qui leur permettait de décider », déclarait Nicolas Sarkozy le 1er décembre 2011. Le lendemain, Vincent Peillon, membre de l’équipe de campagne de François Hollande, s’interrogeait sur Canal + sur la « légitimité » de Nicolas Sarkozy pour, à six mois de l’élection présidentielle, engager la France dans la renégociation d’un traité européen qui peut être « du chaos rajouté au chaos  ». Il ajoutait que « L’opposition a dit très nettement, par la voix de François Hollande qui a rencontré les présidents du conseil et de la commission cette semaine : nous ne voulons pas de traité  ». Passons sur le fait que ce traité, dit TSCG, a été, immédiatement après l’élection présidentielle, validé par François Hollande. Remarquons surtout comment la question de la légitimité est au cœur des débats.

Lire la suite

Les clés du paradis - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://4.bp.blogspot.com/-2RBRo-SjpNc/UhG78xlonqI/AAAAAAAAGJg/3lZ1_09Lci8/s320/France-2025.jpg

Avant son départ en vacances, le président de la République a confié à sont gouvernement un étrange devoir de vacances : celui de concevoir une vision de « La France en 2025 ». Enfin, me direz-vous, un président qui lève les yeux du guidon pour regarder au loin. Enfin un gouvernement qui essaye d’échapper au court-termisme politique ambiant dont l’horizon n’arrive qu’à la prochaine élection, et encore…

Sur ce blog j’ai dénoncé trop souvent l’obsession du court terme pour qu’on puisse me suspecter d’avoir une quelconque tendresse pour le court-termisme. Si je pensais un instant que la démarche du président relève d’un véritable désir d’aborder les problèmes du pays dans le long terme, je serais le premier à applaudir. Cependant, il serait naïf de croire que la commande présidentielle était issue d’une préoccupation de ce type. Ce serait confondre un exercice de communication avec un véritable exercice de prospective. Par ailleurs, cette affaire jette une lumière crue – et pas particulièrement flatteuse - sur la « méthode Hollande » pour conduire la politique du gouvernement.

Lire la suite

Energie : peut-on débattre sereinement des gaz de schistes ? - par Laurent Pinsolle

Par Laurent Pinsolle, sur son blog

 

 
Le débat impossible
Est-il possible de voir clair sur la question ? D’un côté, les arguments des opposants pèsent lourd. Le documentaire Gasland est édifiant et inquiétant, pointant les risques de leur exploitation, que ce soit sur l’environnement immédiat ou les réserves d’eau potable [commentaire de Pablito Waal : la vidéo Truthland contredit ce film] En outre, comme le souligne Jean Quatremer sur son blog, les lobbys sont attirés par les sommes considérables qui sont en jeu et il est probable que cela joue grandement sur leur opinion, de même que sur l’opinion de l’hebdomadaire des élites mondialisées, The Economist, qui y avait consacré un dossier sans nuance.

Lire la suite

Démantèlement de l'état-actionnaire : le bricolage à la petite semaine de François Hollande - par l'Oeil de Brutus

 

Après avoir vendu plus de 3% des actions du groupe Safran, Arnaud Montebourg, le fameux chevalier de la démondialisation, a annoncé que le gouvernement Ayrault poursuivait sa réflexion sur la vente d’actifs de l’Etat, en particulier d’actions de grands groupes (EDF et GDF-Suez seraient les principaux concernés). Le fait que l’annonce provienne du ministre du redressement productif (qui s’avère être bien plus l’accompagnant de l’effondrement productif), censé représenté l’aile gauche du PS, n’est pas anodin : il confirme que même ceux qui sont censés être les plus keynésiens des socialistes sont bel et bien, eux aussi, entièrement convertis aux dogmes néolibéraux en déchargeant l’Etat de tout rôle économique.  

Lire la suite

Electrolux, Montebourg, et le protectionnisme européen - par Edgar

Par Edgar, sur son blog 

http://www.lalettrevolee.net 

Lire aussi l'article de Yohann Duval sur le même sujet.

electrolux.jpg

Inauguration en 2006 de l'une des usines polonaises d'Electrolux, sur un site public polonais 

La semaine dernière, Arnaud Montebourg a protesté contre la concurrence sud-coréenne dans le secteur automobile (la Corée du Sud, au passage, encore un pays qui, comme la Suisse, a oublié qu'il était trop petit pour se défendre dans la mondialisation. Heureusement qu'ils n'ont pas à craindre les chinois...)

Il s'est vite fait remettre à sa place par l'un des vrais patrons de l'économie française, le commissaire européen au commerce, Karel de Gucht.

Lire la suite

Le pari pascalien d'Emmanuel Todd - par Yohann Duval

Par Yohann Duval, sur son blog

 http://duvalyohann.over-blog.fr

Contrairement à Edgar, Yohann Duval ne se réjouit pas des positions, mêmes corrigées récemment, du démographe médiatique...

S'il y a bien une chose que l'on ne peut reprocher à Emmanuel Todd, c'est d'être ennuyeux. Brillant intellectuel et auteur prolifique, il sait parfaitement mettre en scène ses réflexions, souvent intéressantes et amusantes, à défaut d'être toujours pertinentes. Son dernier entretien à Marianne, où il a su mettre en valeur son style dynamique, percutant et ironique n'est pas passé inaperçu.

todd.jpg

Lire la suite

Je veux tout ! - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://descartes.over-blog.fr

Il peut paraître étonnant qu'un site socialiste comme le nôtre publie un article où l'explication des suppressions d'emploi chez PSA par la cupidité des capitalistes soit combattue. Mais ce serait mal comprendre 1) qui est Descartes, dont le parcours est loin d'être celui d'un libéral, et qui cherche à décrire l'économie telle qu'elle lui semble fonctionner, et non ce qu'il a envie d'en dire; 2) la critique socialiste du capitalisme, qui se base sur la dénonciation de l'existence des revenus du capital, et non leur supposés "excès". L'ARSIN, comme vous le verrez encore dans un prochain article, est un lieu d'échange de points de vue complexes et nuancés, car la réalité l'est.


Descartes défend-t-il le STIF ? Non, il cherche à comprendre.

On l'a appris aujourd'hui: suite à un appel d'offres, le STIF (1) a accordé le marché de la prestation "assistance téléphonique", aujourd'hui tenue par une entreprise ayant ses centres d'appel en France, à un prestataire qui délocalisera l'activité en Tunisie. Pour se justifier, le STIF affirme qu'accorder le marché à son ancien prestataire n'aurait rien changé: pour faire une offre compétitive, celui-ci prévoyait de délocaliser son activité en Roumanie. Le président de la République a profité de son déplacement chez Valéo pour en dire deux mots. Deux mots qui, on s'en doute, ont été dans le style du "président normal": il souhaite que les responsables de ces contrats pensent à acheter du "produit en France", mais toujours dans le "respect des règles". Des règles européennes de libre-échange, s'entend, puisque "il n'est pas question de tomber dans le protectionnisme". On est bien avancés.

Lire la suite

Sur la Toile : Blogs et Médias - 21 juillet 2012 - par L'Oeil de Brutus

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

http://loeildebrutus.over-blog.com

http://images.jupiterimages.com/common/detail/13/34/22573413.jpg

Chaque semaine, je vous propose de retrouver le meilleur (ou le pire …) de ce que j’ai pu découvrir et lire sur la toile. N’hésitez pas à donner votre avis. (Pour lire un article, cliquer sur son titre).

ARNAUD MONTEBOURG

L'éternelle trahison du PS, que j'avais déjà pressentit dès l'édition de son livre-programme (Lire La démondialisation et Vote « utile » et petits candidats) : Montebourg, de la démondialisation à l’effondrement productif, Laurent Pinsolle, Gaulliste libre, 14-juil.-12. Mots clés : Montebourg PS démondialisation protectionnisme Europe monnaie rigueur libre-échange.

Lire la suite

Le "changement", on l'attend - par Yohann Duval

Par Yohann Duval, sur son blog

http://duvalyohann.over-blog.fr

 Voilà à peine 2 mois que François Hollande est devenu le nouveau président de la République. La composition de son gouvernement nous avait laissé peu de doutes sur la nature du "changement" qu'il prétendait incarner, mais les événements récents sont venus - hélas ! - violemment confirmer cette première impression. Les masques sont tombés bien vite.

nsfh.jpg

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×