moyenne

Le lapsus de Marylise - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://www.lopinion.fr/sites/nb.com/files/styles/article/public/images/paysage/2013/07/lebranchu_pays_reuters.jpg?itok=6yQYop0p

Ce matin, je prenais tranquillement mon café en écoutant la radio. Le soleil brillait, les petits oiseaux chantaient, la jardinière sur ma fenêtre – j’aime beaucoup les plantes, il faudra que j’en parle un jour – laissait voir les clochettes du muguet, sorti un peu trop tôt de terre cette année. Et tout à coup, dans ce climat idyllique, j’entends Marylise Lebranchu dire, à propos de la suppression envisagée des départements que aujourd’hui le RSA est financé en partie – 3 milliards d’euros, ce n’est pas rien - par l’impôt local, et que si on « fait remonter cela vers l’Etat, c’est à dire, vers l’impôt sur le revenu », cela pose un problème. Car – tenez-vous bien – « l’impôt sur le revenu touche plus fortement les classes moyennes que l’impôt local qui est plus reparti ».

Lire la suite

Frustrée, la jeunesse ? - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : chers lecteurs, il ne s'agira pas de dire, dans l'article de Descartes, que les jeunes (disont les 15-33 ans ici) français ne souffriraient de rien (du moins pas tous). Mais de pointer le fait que "la jeunesse" ne signifie rien, et qu'il faut rester plus que méfiant face à de tels sondages. Note : le titre de l'article a été modifié par son auteur.

Le titre de une du JODF [Journal Officiel du Déclinisme Français] – vulgairement appelé « Le Monde » - était, comme cela arrive de plus en plus souvent, alléchant : « La jeunesse française se sent méprisée et tentée par la révolte ». J’avoue que je suis tombé des nues. Je n’avais pas idée, voyez-vous, que les jeunes filles de bonne famille fréquentant le pensionnat de Notre Dame des Oiseaux, établissement chic du XVIème arrondissement que je croise quelquefois en allant à mon travail se sentaient « méprisées ». Et je dois dire qu’en les entendant papoter sur leurs vacances à Megève, sur leurs projet de stage à Londres ou sur leurs amours adolescentes avec tel ou tel fils de PdG, je n’avais pas détecté la moindre « tentation de révolte » dont nous parle le grand (?) quotidien du soir.

Lire la suite

Le progrès, une idée neuve - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

ampoule-lumiere-noir-485x728.jpg

Pour une fois je vais vous offrir, mes chers lecteurs, un article résolument optimiste. Un optimisme qui vient d’un quartier assez atypique pour être signalé. Si je vois aujourd’hui la vie couleur de rose, c’est grâce à une campagne publicitaire.

Etrange, n’est ce pas ? En général, la publicité me donne plutôt envie de pleurer. Entre les paysans souriants qui vous offrent un bout de saucisson en insistant sur les clichés du « terroir », les affiches qui vous montrent des mondes futuristes remplis d’hommes avec des gros biscotos et de femmes avec des gros… cerveaux armés jusqu’aux dents, et les injonctions du genre « soyez ce que vous voulez être » ou « just do it » (sans qu’on sache très bien de quel « it » s’agit-il) on n’a pas vraiment le choix. Mais comme disait Malraux, dans le désert actuel chaque étincelle est un miracle. C’est pourquoi, pour une fois et exceptionnellement, je veux ici m’associer à une campagne publicitaire. Profitez-en, cela n’arrivera pas tous les jours.

Lire la suite

Le FN ne fera RIEN - par V.A.R.

Par Valeurs & Actions Républicaines, sur leur site

Commentaire de Pablito Waal : on remarquera que, dans l'analyse de V.A.R., contrairement à celles de Descartes, les classes moyennes sont victimes de l'européïsme et des réformes de l'Etat, alors que chez Descartes, ce sont elles qui, par leurs choix en faveur de l'Europe et du libre-échange, pénalisent les classes populaires...

Votez FN, et après ?

Face à la sourde colère populaire le FN semble apparaître comme LE vote de ces millions de braves gens écoeurés.

Certes l'UMPS a un bilan sinistre ! Ni Sarkozy ni Hollande ne veulent rendre à la France son indépendance. Partisans acharnés des traités européens les deux derniers locataires de l'Elysée méprisent souverainement une bonne partie des électeurs. Sortis d'une servilité crasse vis-à-vis des puissances d'argent, ils n'ont pas d'autre politique que celle de suivre la feuille de route dictée à Bruxelles. Ils étaient pour le oui à la constitution européenne en 2005, texte rejeté nettement par les Français.

C'est la prison européenne qui fait gonfler le FN

Lire la suite

Les clés du paradis - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://4.bp.blogspot.com/-2RBRo-SjpNc/UhG78xlonqI/AAAAAAAAGJg/3lZ1_09Lci8/s320/France-2025.jpg

Avant son départ en vacances, le président de la République a confié à sont gouvernement un étrange devoir de vacances : celui de concevoir une vision de « La France en 2025 ». Enfin, me direz-vous, un président qui lève les yeux du guidon pour regarder au loin. Enfin un gouvernement qui essaye d’échapper au court-termisme politique ambiant dont l’horizon n’arrive qu’à la prochaine élection, et encore…

Sur ce blog j’ai dénoncé trop souvent l’obsession du court terme pour qu’on puisse me suspecter d’avoir une quelconque tendresse pour le court-termisme. Si je pensais un instant que la démarche du président relève d’un véritable désir d’aborder les problèmes du pays dans le long terme, je serais le premier à applaudir. Cependant, il serait naïf de croire que la commande présidentielle était issue d’une préoccupation de ce type. Ce serait confondre un exercice de communication avec un véritable exercice de prospective. Par ailleurs, cette affaire jette une lumière crue – et pas particulièrement flatteuse - sur la « méthode Hollande » pour conduire la politique du gouvernement.

Lire la suite

PCF: Le congrès du communisme bobo (1) - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://descartes.over-blog.fr

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn_mvs/2009-10/2009-10-08/article_0810-CUL-GRAF1.jpg

Voir ici.

Le prochain congrès du PCF, le 36ème du nom, approche. Pour la plupart des citoyens, ce est l'objet d'une profonde indifférence. Même parmi les observateurs intéressés par la chose politique, l'affaire présente un intérêt limité. Après tout, qu'est ce que cela a changé dans la vie politique française les derniers cinq ou six congrès du PCF ? On se souvient de projets et de décisions qui ont marqué le débat théorique à gauche ("le socialisme aux couleurs de la France", l'abandon de la "dictature du prolétariat" et du "centralisme démocratique") et qui furent l'affaire d'un ou plusieurs congrès du PCF. Mais depuis Martigues en 2000, rien, électroencéphalogramme plat. Et même les dirigeants du PCF n'y croient plus. Témoin ce commentaire de Marie-George Buffet ouvrant la dernière séance du 35ème congrès: "je sais que vous êtes fatigués, vous avez passé une journée à voter des amendements dont vous aurez tout oublié demain" (2). C'est dire l'importance qu'on accorde dans la direction du PCF au travail des militants.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×