PCF

Les cadavres dans le placard

Ou : des mauvaises raisons de voter contre Le Pen.

Cadavre dans le placard

 

Depuis dimanche dernier, on voit fleurir les prises de positions pour Emmanuel Macron, pour Marine Le Pen (nettement moins, disons-le), voire pour l’abstention.

C’est tout à fait normal en démocratie, mais ça ne justifie pas tous les arguments.

Pour la deuxième fois en 15 ans, le Front National est au second tour de l’élection présidentielle. Et inévitablement, on récolte, de la part de ceux qui n’ont pas voté Macron au premier tour, mais qui veulent quand même voter « contre Le Pen » au second, les habituels « rappels historiques sur ce qu’est le Front National ».

A savoir que ce parti a été, incontestablement, fondé par d’anciens collaborateurs vichystes, voire des ultra-collabos qui ont participé à la Légion des Volontaires Français (LVF) ou la Division SS Charlemagne, mais aussi des anciens de l’OAS, etc…

Et il s’en suivrait que « au nom des heures les plus sombres de notre histoire », il faut voter contre Le Pen.

Que l’on s’entende bien : il y a plusieurs motivations qui rendent tout à fait compréhensible la décision de ne pas voter Le Pen ou de préférer son adversaire.

Lire la suite

Remuez méninges ! - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

Il est toujours dangereux de commenter l’actualité sans attendre que les faits se soient décantés. Mais pour une fois je vais courir le risque. Après tout, un commentateur se doit aussi de prendre les risques. Je vais donc vous parler aujourd’hui de la réorganisation en cours au Parti de Gauche. Le terme « réorganisation » est bien entendu un peu excessif, et cela pour deux raisons : la première, parce que cela suppose qu’il y avait une forme d’organisation au départ, la seconde, parce que cela suppose qu’il y ait une forme d’organisation à l’arrivée. Dans le cas d’espèce, il n’est pas évident que l’une ou l’autre de ces deux conditions soient remplies. Mais bon, il faut faire avec les ressources que la langue française met à notre disposition, et je ne vois aucun mot de notre belle langue qui s’ajuste mieux à la situation. Va donc pour « réorganisation », d’autant plus que c’est le terme utilisé par Mélenchon lui-même dans son étrange conférence de presse.

Lire la suite

Descartes et les municipales (l'entre-deux-tours)

Alors que nous venons juste d'apprendre l'élection d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris, voici deux articles de Descartes sur les municipales, et notamment les turpitudes entre PG et PCF, l'un des sujets préférés du blogueur.

http://www.connexion-emploi.com/system/images/19/original/n%C3%A9gociation_salariale_en_Allemagne.jpg?1246707954

Lendemain de bataille - par Descartes, sur son blog

Alexis Corbière : autopsie d'une négociation - par Descartes, sur son blog

Pays en déroute recherche mouvement contestataire - par Spirale Zone

Par Spirale Zone, sur leur site

Opposition

Parce que des signes démontrent bien que ça se fissure c’est pas aujourd’hui qu’on assistera au grand retournement. Pour cause…

Hier, sur Paris, défilaient les manifestants du Jour de Colère. 17 000 selon les services de police, 120 000 selon les organisateurs- c’est toujours la bataille des chiffres. Il devait y avoir de tout, mais naturellement la presse aux ordres s’est focalisée sur tout ce qui peut faire ses choux gras: bigots, nazillons, identitaires, homophobes. Ce qui est dégueulasse pour le pauvre quidam qui vient simplement faire état de sa colère.

Lire la suite

Interview de Pablito Waal sur Spirale Zone

Par Spirale Zone, sur leur site

Spirale Zone est un site qui se propose de faire l'actualité du temps long. En guise de cadeau de Noël, voici l'interview de votre serviteur, avec une sorte de bilan de l'ARSIN.

Spirale Zone: Pouvez-vous présenter et décrire votre parcours?

Commençons court. Je suis un ancien militant du PCF, de 2005 à 2011, puis j’ai fait un tour du côté de l’UPR en 2011-2012, et ai créé le site de l’ARSIN en 2011.

Pour faire plus long : j’ai quitté le Parti pour plusieurs raisons. La première est que l’importance du combat souverainiste prenait de plus en de place chez moi, tandis que le programme du Front de Gauche en matière d’économie et de société ne me paraissait plus – en fait plus depuis longtemps – souhaitable. La seconde étant que je ne croyais plus à un redressement interne du PCF. Non pas parce que c’est impossible, mais...

Lire la suite

Front de gauche: fluctuat et mergitur ? - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : A nouveau, Descartes tape sur le Parti de Gauche, sur sa politique politicienne comme sur le nucléaire. Et c'est tant mieux.

Il se passe des tas de choses au Front de Gauche. Des choses dont on ne parle jamais. La raison ? En fait il y en a deux : la première, c’est que en dehors de la petite famille groupusculaire du gauchisme français, ces choses n’intéressent absolument personne. Prenons par exemple la création de « Ensemble ». Ah… vous n’aviez pas remarqué ? Et pourtant, ca ne date pas d’hier : c’est au cours « d’assises nationales » - on s’assied beaucoup à gauche de nos jours – tenues le 23 et 24 novembre 2013 qu’une véritable révolution copernicienne qui devrait changer notre mode de concevoir la politique a eu lieu. Pensez-y : des organisations aussi puissantes que la FASE, la Gauche Anticapitaliste, les Alternatifs, Convergence et Alternative, la Gauche Unitaire (1) unissent leurs considérables efforts pour constituer une organisation commune. Enfin, « commune » c’est une façon de parler, parce qu’en fait il s’agit d’un « processus transitoire dans lequel les composantes d’origine continuent à exister, chacune pouvant décider de se dissoudre quand elle le désirera ». On attend avec curiosité la première décision d’autodissolution. Mais sans trop d’espoir : quant on sait que la plupart de ces groupuscules s’est constituée pour donner de la visibilité à un ou des leaders charismatiques, on voit mal ces personnages auto-dissoudre la structure qui leur permet d’exister politiquement alors que leurs amis et concurrents gardent la leur. Déjà la FASE, qui est elle-même une fédération, avait été créée avec ce principe. Et personne ne s’est jamais « auto-dissout ».

Lire la suite

Nelson Mandela lave plus blanc - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

Nelson Mandela lave plus blanc

« Qui contrôle le présent contrôle le passé ; qui contrôle le passé contrôle l’avenir »

(George Orwell, 1984)

« Lorsqu’un Grand meurt, une étoile s’éteint » disaient les anciens. Mais ça, c’était avant. Maintenant, lorsqu’un Grand s’éteint, une machine monstrueuse s’allume. Celle qui sert à transformer le cher disparu en icône présentable sur les chaînes à une heure de grande écoute. Car dans le monde réel, les Grands ne correspondent que très rarement aux canons du « politiquement correct ». C’est plutôt tout le contraire, puisqu’il n’y a pas de meilleur vaccin contre la grandeur que l’obéissance aveugle aux canons en question.

Lire la suite

Paris vaut bien une messe - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

Oyez la triste mais véridique histoire de la "gauche antilibérale"...

L’actualité ne donne que peu d’occasions de s’amuser. Il faut donc en profiter chaque fois qu’une occasion se présente. Je vous propose donc, mes chers lecteurs, de laisser de côté pour un moment les affaires sérieuses et de revenir au meilleur spectacle comique de l’année, à savoir, la préparation des élections municipales au Front de Gauche et notamment les tribulations parisiennes du Front. Un spectacle qui contient tous les éléments du vaudeville : l’époux trompé, l’amant caché dans l’armoire, les portes qui claquent… ce dont on peut douter par contre, c’est que la fin soit heureuse.

Mais pour comprendre les dernières aventures du Front de Gauche, il n’est pas inutile de faire un petit plongeon dans le passé. Venez donc, petits saligauds, tonton Descartes va raconter une histoire…

Lire la suite

Villeneuve sur Lot, panorama après la bataille - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://www.repro-tableaux.com/kunst/camille_pissarro_59/boulevard_lef21813.jpg

Un boulevard pour qui?

(ci-dessus : Boulevard Montmartre, Camille Pissarro, 1897)

Beaucoup de choses ont été dites sur les résultats de l’élection partielle dans la 3ème circonscription du Lot-et-Garonne, celle de Villeneuve sur Lot. Quelque chose est frappant dans l’attitude des commentateurs : personne n’est surpris. Tout le monde traite l’affaire comme s’il était parfaitement « normal » que le parti dominant de la politique française, celui qui détient la présidence de la République, la majorité à lui seul à l’Assemblée Nationale, la quasi-totalité des présidences de région, la grande majorité des présidences de conseils généraux et des mairies se retrouve privé de deuxième tour dans une circonscription où, excusez du peu, son candidat avait approché la moitié des suffrages lors de l’élection précédente.

Lire la suite

Je vais écrire les vers les plus tristes ce soir... - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

Un point de vue d'un connaisseur de longue date du PCF. Voir aussi le point de vue d'un autre ancien militant, DiadoreCronos, membre de 2005 à 2011, beaucoup plus jeune à l'époque des 33ème et 34ème congrès (2006 et 2008).

 

 

Je ne sais pas si parmi vous sont nombreux ceux qui - malgré la qualité assez mauvaise de la retransmission - se sont imposé de suivre en direct les débats du 36ème congrès du PCF. J'ai personnellement participé à beaucoup de congrès, certains joyeux, d'autres angoissants, quelques uns conflictuels. Mais j'avoue n'avoir jamais ressenti le sentiment de tristesse - et d'ennui - qui se dégageait de ce dernier congrès.

L'exercice de congrès est, il est vrai, un exercice compliqué. Il est clair qu'on ne peut pas vraiment construire un texte à six-cents. Le travail de réflexion est donc nécessairement fait en amont. Le congrès est là pour légitimer des arbitrages, de trancher solennellement des désaccords politiques. Seulement, cela demande un certain doigté. Il est clair qu'on ne peut amender un texte à six-cents comme on le ferait à l'Assemblée nationale. Tout simplement parce que les élus à l'Assemblée sont des professionnels, rompus à l'exercice, alors que les congressistes sont généralement des militants sans expérience de la procédure parlementaire. La discussion des amendements devient rapidement un exercice exercice rituel. Le débat sur les amendements revient à un ping-pong dans lequel un délégué propose un amendement et le "patron" de la commission des amendements - qui parle au nom de la commission sans jamais consulter ses membres - lui répond "on propose de ne pas retenir" ou "on propose de retenir" sans aucune explication puis, une fois les interventions épuisées on vote le paragraphe avec l'ensemble des amendements retenus par la commission.

Lire la suite

2012, année de la lose - le Front de Gauche manque son envol

Suite de l'article précédent, passage en revue des plantages de l'année passée...

http://www.lepoint.fr/images/2011/01/07/234000-128103-jpg_123080_434x276.jpg

Le Front de Gauche : son seul acquis fut d’unir, peut-être temporairement, les partis de la « gauche de la gauche », et réussir ce qui fut manqué en 2006-2007 avec le « rassemblement antilibéral ». C’est bien le seul acquis. Car le score global de la « gauche radicale » (en rassemblant PCF, PG, NPA, LO, PT..) est bel et bien stable, certes au-dessus du nadir de 2007, échéance exceptionnelle car ladite gauche radicale avait tout réuni contre elle (désunion extrême, peur d’un nouveau 21 avril, dynamique autour de Royal, « vote utile »), mais pas supérieur aux scores de 1995 et 2002. Les comparaisons par rapport au 1.93% de Buffet en 2007 sont totalement biaisées, puisque c’est bien dans la même famille politique que Mélenchon est allé chercher ses nouveaux électeurs. Notre partenaire Descartes avait pointé les faiblesses du programme «L’Humain d’Abord », plus un « catalogue de mesures » qu’une véritable vue d’ensemble et systémique d’une politique pour la France.

Lire la suite

Au secours, le Front de Gauche est devenu fou ! - par Descartes

Par Descartes, sur son blog
http://descartes.over-blog.fr/
http://img442.imageshack.us/img442/5549/getattachmentphpnx9.gif
L'affaire de la loi sur le "mariage pour tous" est en train de devenir le prétexte à tous les délires. Poussés par des minorités maximalistes qui jouent à fond sur le chantage où celui qui n'est pas d'accord avec elles se voit traiter de "réactionnaire", "homophobe" et autres joyeusetés, tenté par la surenchère permanente par rapport au gouvernement, le Front de Gauche semble avoir perdu tout contrôle sur son langage. Jugez plutôt. Voici le premier paragraphe de la déclaration publiée par le Front de Gauche aujourd'hui (consultable ici)
Le Front de Gauche réaffirme son exigence absolue d’égalité des droits et ce quelle que soit l’orientation sexuelle ou l’identité de genre des personnes. Celle-ci passe par la possibilité pour tous les couples de se marier, d’adopter des enfants ou de garantir à leurs enfants déjà présents la filiation avec l’ensemble de leurs parents. (c'est moi qui souligne)

Lire la suite

PCF: Le congrès du communisme bobo (1) - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://descartes.over-blog.fr

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn_mvs/2009-10/2009-10-08/article_0810-CUL-GRAF1.jpg

Voir ici.

Le prochain congrès du PCF, le 36ème du nom, approche. Pour la plupart des citoyens, ce est l'objet d'une profonde indifférence. Même parmi les observateurs intéressés par la chose politique, l'affaire présente un intérêt limité. Après tout, qu'est ce que cela a changé dans la vie politique française les derniers cinq ou six congrès du PCF ? On se souvient de projets et de décisions qui ont marqué le débat théorique à gauche ("le socialisme aux couleurs de la France", l'abandon de la "dictature du prolétariat" et du "centralisme démocratique") et qui furent l'affaire d'un ou plusieurs congrès du PCF. Mais depuis Martigues en 2000, rien, électroencéphalogramme plat. Et même les dirigeants du PCF n'y croient plus. Témoin ce commentaire de Marie-George Buffet ouvrant la dernière séance du 35ème congrès: "je sais que vous êtes fatigués, vous avez passé une journée à voter des amendements dont vous aurez tout oublié demain" (2). C'est dire l'importance qu'on accorde dans la direction du PCF au travail des militants.

Lire la suite

Mélenchon défendra l'euro jusqu'au dernier neurone - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

http://www.lalettrevolee.net

Pas complètement imaginaire, le pétard de notre ami Jean-Luc... 

Au passage, je suis tombé par hasard sur le billet où Mélenchon justifie sa défense de l'euro ("Résolution du Front de gauche sur l'euro"). Ca vaut son pesant de cacahuètes.

Première raison de ne pas sortir de l'euro : " l’euro, en lui-même, n’est pas la cause de la crise actuelle qui est imputable au capitalisme financiarisé et aux politiques néolibérales". Là c'est du foutage de gueule et une erreur d'analyse commise par bien d'autres -  plus facile de traquer les "banksters" que de comprendre les mécanismes doublement pervers de l'euro, vis-à-vis des économies tierces et entre pays membre, cf. mon billet sur le bilan de l'euro.

Lire la suite

Autain & les Alternatifs - par le Cercle des Volontaires

Par le Cercle des Volontaires, sur leur site

http://www.cercledesvolontaires.fr

A voir aussi : les alternatifs et leur université d'été. Etant moi-même ancien militant du PCF, je trouve dans ce rassemblement, qui peut concerner des gens sympathiques et aux témoignages intéressants, la continuation de ce que je voyais des groupuscules gauchistes à l'époque où je participais aux "rassemblements antilibéraux" ou autres tentatives de convergence dans la "vraie gauche" : déjà que les partis servent à figer des idées, les petits partis sont encore plus extravagants dans leurs exigences idéologiques, et stérilisent de bonnes volontés qui, même en petit nombre, pourraient aboutir à des résultats plus probants.

Profitant de la concomitance et de la proximité géographique de leurs universités d’été, le Front de Gauche et les Alternatifs se sont rencontrés le 25 août 2012 à Méaudre (Vercors), afin d’étudier les convergences et les divergences des deux mouvements politiques. Profitant du rapport de force en faveur du Front de Gauche (en terme de nombre d’adhérents), Frédéric Borras et Clémentine Autain essaient de rallier les Alternatifs au Front de Gauche.

Clémentine Autain

Lire la suite

Putain, cinq ans... - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://descartes.over-blog.fr

Rentrée scolaire : ci-contre, un élève qui ne fait pas partie, comme moi il y a quelques années, de cette "immense majorité" d'heureux dont parle Descartes

C'est la rentrée. Nos chères petites têtes blondes se préparent à prendre le chemin de l'école, pendant que nous, parents, descendons à la cave planches à voile, chaises de plage et parasols et tremblons à la perspective de devoir arpenter les allées des grandes surfaces liste de fournitures scolaires en main. D'ailleurs, est-ce que quelqu'un pourrait m'expliquer pourquoi l'expérience des coopératives d'achat qui marchent si bien dans certaines écoles - avec l'avantage supplémentaire d'obliger les enseignants à standardiser leurs demandes, ce qui est peut-être un petit pas pour l'enseignant, mais c'est un grand pas pour l'humanité - ne sont pas généralisées. Voilà un champ que la "gauche radicale" pourrait investir. Cela lui permettrait de montrer qu'elle est capable d'organiser une activité solidaire avant de prétendre devant les électeurs organiser l'Etat. J'y reviendrai.

Lire la suite

La bataille contre le TSCG ne fait que commencer - par Yohann Duval

Par Yohann Duval, sur son blog

http://duvalyohann.over-blog.fr/

referendumnow.jpgL'heure de vérité approche pour les partisans du dernier traité européen. Alors que le TSCG doit être soumis au Parlement en Octobre et que ses opposants sont fermement décidés à faire entendre leur voix, l'autoritarisme de ses défenseurs se manifeste avec une violence indéniable : le gouvernement socialiste fait bloc et refuse toute contestation, usant de menaces à peine voilées. La bataille est mal engagée, mais la guerre, elle, est loin d'être terminée.

Lire la suite

Front de Gauche : repenser les alliances - par Descartes

Par Descartes, sur son blog

http://descartes.over-blog.fr

On pourrait se dire "encore un article de Descartes sur le Front de Gauche"...Et nous aurions pu en publier d'autres. Mais celui-là est particulièrement intéressant car Descartes, à rebours de nombreux auteurs du Web, défend certaines institutions électorales de la Vème République, dont le refus de la proportionnelle. Son article semble se conclure par un avis de décès de la gauche radicale...ou plutôt sa "trotskysation", à savoir la réduction des partis du Front de Gauche à un rôle marginal, comme LO-NPA. Mais la conclusion que j'en tirerai sera différente : il faut agir autrement que par les partis politiques, et plutôt miner ceux-ci...

http://genealogie.cantalpassion.com/images/sabotage.jpg

Hier, la décision est finalement tombée: le PCF ne participera pas au gouvernement de Jean-Marc Ayrault. La décision ne surprendra personne. Elle ne fait que traduire les résultats des élections législatives. La faiblesse du Front de Gauche et les excellents résultats du PS ont réduit la marge de négociation des communistes à néant. Dans ces conditions, une participation ne peut se faire qu'aux conditions du PS, c'est à dire, le ralliement pur et simple. D'autre part, comme les socialistes ont bien marqué qu'ils n'étaient pas prêts à faire la moindre concession au PG, participer au gouvernement impliquait tourner le dos définitivement à la stratégie de Front de Gauche, et donc pour les dirigeants du PCF à manger leur chapeaux.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×