planification

Le chômage, condition nécessaire et suffisante de l’inégalité - par Joe Liqueur

Par Joe Liqueur, sur son blog

Voilà le genre de truc qui ne marche plus avec le plein emploi. ©Thibaut SoulciéVoilà le genre de truc qui ne marche plus avec le plein emploi. ©Thibaut Soulcié

Les plus riches, i. e. les plus grands détenteurs de capitaux et ceux qui perçoivent les plus hauts revenus, ne sont pas exactement des monstres. Ils ne sont pas a priori hostiles au plein emploi ; mais ils le sont en pratique. S’il existait un moyen d’instaurer le plein emploi sans que leurs revenus et leur capital n’en souffrent, ils ne s’y opposeraient pas… Le problème, c’est que ce moyen n’existe pas.

Les inégalités et le chômage, ça se tient.

Lire la suite

Le « Capitalisme d’Etat » est-il l’horizon historique de la Russie ? - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : très long (au moins 35 pages Word en police 10...) mais passionnant papier de recherche.

Le 22 novembre 2013 a été créé le Conseil économique auprès du Président de la Russie[1] dont le rôle sera de mettre au point un « nouveau modèle » de développement économique pour la Russie. Cette annonce vient après la réunion du Parti Communiste Chinois, qui annonce de nouvelles mesures de libéralisation de l’économie. Il est clair que la question du « modèle économique » est aujourd’hui une source de préoccupation pour les autorités russes, en raison du fort ralentissement de la croissance que le pays a connu (de +3,5% en 2012 à seulement +1,5% en 2013). Les scenarii qui ont été présentés par la SBERBANK sur les 5 prochaines années laissent néanmoins le débat ouvert[2]. De manière significative, le Premier Ministre, M. D. Medvedev ne fera pas partie de ce conseil, ce qui ne peut que signifier son départ à terme du gouvernement. Mais, la question du « modèle de développement » est complexe. Elle impose de se pencher non seulement sur la trajectoire de ces dernières années, mais plus généralement sur l’histoire économique de la Russie et de l’URSS depuis 1880, pour tenter d’y repérer des constantes comme des bifurcations.

Lire la suite

Débat Sapir-Mélenchon sur l'euro chez Arrêt sur Images

Débat diffusé en direct le 6 Juillet 2013 chez Arrêt sur Images.

Commentaire de Pablito Waal : Commençons par la forme. Mélenchon refuse d'emblée la polémique économique sur l'étude de J.Sapir sur les avantages d'une sortie de l'euro, se réfugiant dans la position du politicien non-expert. Ce qui, comme avec l'épisode assez lamentable des graphiques de François Lenglet en 2012 (1), montre que Mélenchon, même s'il prétend s'entourer d'économistes (comme Jacques Généreux...passé d'économiste à politicien depuis longtemps), n'a pas pu se donner la culture économique suffisante à ce type de polémique, ni être informé par son entourage des études qui pourraient confirmer ou infirmer celle de Sapir. Que Mélenchon ne puisse aborder le débat technique avec Sapir est une chose, qu'il ne puisse demander au professeur de l'EHESS son avis sur des études contradictoires en est une autre.  (voire le reste dans la suite de l'article).

Lire la suite

Questions sur l'économie nord-coréenne - par V.A.R.

Par Denis Gorteau, sur le site de Valeurs et Actions Républicaines (VAR)

 

Les informations sur la Corée du Nord manquent. C’est peu de choses que de le dire ! Souvent à la une de l’actualité suite à des tensions géopolitiques, la Corée du Nord fait figure au mieux de grande inconnue au pire de dictature ubuesque. Qu’en est-il au juste ? Difficile à dire, la fermeture du pays entretient tous les fantasmes. Néanmoins le Français Benoît Quennedey a publié récemment un livre sur l’économie nord-coréenne. Un livre qui tente d’aller au delà du spectaculaire et du politique pour analyser le pays réel. Pour QUE FAIRE il a accepté de répondre aux questions de Denis Gorteau.

Denis Gorteau : Benoît Quennedey, qui êtes-vous ? Et d’où vient votre intérêt pour la Corée du Nord ?

Lire la suite

À propos du Revenu de Base - par le Cercle des Volontaires

Commentaire de Pablito Waal : ce texte pose problème sur plusieurs points. Certes, il est assez clairvoyant sur le fait que l'instauration du revenu de base dans un seul pays signifierait un accroissement des tensions sur l'immigration. Mais on ne peut pas en déduire que, si un progrès ne peut être étendu à l'ensemble de la planète, alors il ne doit être mis en place pour personne ! Mais les vraies failles apparaissent avec des raisonnements comme : "Seulement, que se passerait-il si tous [les pauvres du monde] avaient accès à la nourriture avec le revenu de base ? Cela aurait pour conséquence inévitable de faire chuter le marché du secteur alimentaire. L’économie liée à ces denrées s’écroulerait." Ce qui serait totalement faux : au contraire, avec une demande stabilisée et étendue à la planète, et un besoin d'alimentation constant, le marché alimentaire prospérerait, tout comme il existe toujours dans les pays développés où la grande majorité de la population a les moyens d'acheter de quoi se nourrir. Donc il est impossible d'en déduire que le revenu de base réduirait l'activité économique sur les denrées de base...Et cette erreur corrompt les développements suivants de l'article, notamment l'idée que la majorité des gens ne vivraient plus que du revenu de base, et que l'on arriverait à une société plus inégalitaire qu'aujourd'hui.
Quant à l'"économie basée sur les ressources" (EBR), d'après la présentation qui en est faite (et que j'ai déjà vu sur le site de J.Fresco)...et bien elle porte déjà un nom historique : l'économie planifiée. Le discours sur l'EBR (utilisation des moyens matériels au service d'un intérêt commun supposé universellement admis et créant l'abondance), avec ses avantages sociaux (quasi-disparition de la délinquance, etc...) est très proche du projet marxiste soviétique. Et, à ce jour, je n'ai pas vu d'argument sérieux pour montré que l'EBR était autre chose qu'un rebaptême du Gosplan (hormis peut-être la nature du régime politique).
 
 

Jacques Fresco

Je voulais vous communiquer mon impression concernant l’idée d’un revenu inconditionnel d’existence (ou revenu de base), qui est un sujet dont on entend parler de plus en plus. Étant personnellement dans une situation d’exclusion sociale et ne dépendant plus, pour ma subsistance, que du dernier cercle de solidarité que sont mes parents, il va sans dire que dans le cadre d’une économie monétisée telle que celle où nous vivons actuellement, je serais bien content de recevoir un tel revenu ! Quand on n’a pas un kopeck, la perspective de recevoir même un petit quelque chose semble forcément enviable.

Lire la suite

Ha-Joon Chang. Deux ou trois choses que l'on ne vous dit jamais sur le capitalisme - par Edgar

Par Edgar, sur son blog

http://www.lalettrevolee.net

hjc.jpg

Un bon livre d'un économiste spécialiste du développement.

Il reprend point par point nombre de fausses évidences lues aujourd'hui à peu près partout. Si ce n'était que cela, ça pourrait être banal (les économistes dénonçant l'économie dominante, ça court les pages).

Ce travail se double d'une volonté d'affirmer, contre les clichés néoclassiques, quelques idées moins courantes, dont certaines très peu fréquentes.

Par exemple que la machine à laver a plus bouleversé la société qu'Internet - la démonstration est convaincante sur le court terme.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×