programme

10 thèses de l'entre-deux-tours - ou pourquoi le FN a intérêt à perdre l'élection

Courbes 2nd tour opinionway 1

 

Les jeux semblent faits. Mais la défaite de Marine Le Pen, si elle reste dans ces ordres de grandeurs, ne sera pas forcément une mauvaise chose pour elle et son parti.

 

Malgré le mépris que m'inspirent le personnage politique d’Emmanuel Macron, son programme ou ce qui en tient lieu, je voudrais, juste avant le débat du 3 mai 2017, égréner quelques thèses, dont les premières disent que, rationnellement, dans l’intérêt de la France, il vaut mieux que le Front National ne gagne pas l’élection du 7 mai prochain. L’hypothèse n’est pas risquée de toute façon, les sondages de la candidate stagnant autour de 40% d’intentions de vote depuis quelques jours.

Foin d’ « antifascisme » et de « bête immonde » ici. La campagne de « re-diabolisation » du Front National qu’Emmanuel Macron essaie de nous infliger depuis le 24 avril me sort par les yeux, surtout lorsqu’il s’est abaissé à manipuler des morts français, ceux d’Oradour-sur-Glane, pour en faire un argument électoral contre d’autres Français.

Mais il y a des raisons, objectives ou très probables pour les motifs que je vais donner, qui font que la victoire du Front National n’est pas dans l’intérêt du pays…ni du parti lui-même, de sa présidente, et même des souverainistes en général. Du moins pas en 2017, dans l'état actuel du FN et de la France. En fait, je pense même que les seules personnes qui auraient vraiment intérêt à souhaiter une telle (et très improbable) victoire devraient être les anti-lepénistes radicaux, qui auraient tout à parier que cette première victoire du FN serait sa dernière.


Voici pourquoi.

Lire la suite

Pour un nouveau compromis de Luxembourg - par l'Association pour une Constituante

Par Etienne Tarride, sur le site de l'Association pour une Constituante

http://fr.euabc.com/media/scaled/Zw4nPV.jpg

Retour à la "politique de la chaise vide" ?

Réfléchir au rétablissement de la démocratie impose de poser la question de l’Union européenne, des traités qui la fondent, en particulier de la monnaie unique. Nous avons appelé de puis longtemps à débat sur ces questions. Plusieurs de nos amis ont exprimé leur opinion. Ci-dessous, c’est Êtienne TARRIDE, gaulliste de gauche, qui donne la sienne.

***

La France est, en 2013, placée dans une situation comme elle n’en a que rarement connu en dehors de quelques catastrophes nationales historiques.

La majorité de Gauche en place ne bénéficie plus, semble-t-il, de la confiance du peuple, l’opposition de Droite battue il y a moins d’un an ne semble pas, selon les chiffres que nous connaissons en bénéficier beaucoup plus.

L’extrême droite, si elle progresse, n’est toujours pas jugée crédible, et à très juste raison pour représenter autre chose qu’un cortège de protestataires à l’idéologie dangereuse pour les libertés et incapables de la moindre proposition raisonnable.

Lire la suite

2012, année de la lose - le Front de Gauche manque son envol

Suite de l'article précédent, passage en revue des plantages de l'année passée...

http://www.lepoint.fr/images/2011/01/07/234000-128103-jpg_123080_434x276.jpg

Le Front de Gauche : son seul acquis fut d’unir, peut-être temporairement, les partis de la « gauche de la gauche », et réussir ce qui fut manqué en 2006-2007 avec le « rassemblement antilibéral ». C’est bien le seul acquis. Car le score global de la « gauche radicale » (en rassemblant PCF, PG, NPA, LO, PT..) est bel et bien stable, certes au-dessus du nadir de 2007, échéance exceptionnelle car ladite gauche radicale avait tout réuni contre elle (désunion extrême, peur d’un nouveau 21 avril, dynamique autour de Royal, « vote utile »), mais pas supérieur aux scores de 1995 et 2002. Les comparaisons par rapport au 1.93% de Buffet en 2007 sont totalement biaisées, puisque c’est bien dans la même famille politique que Mélenchon est allé chercher ses nouveaux électeurs. Notre partenaire Descartes avait pointé les faiblesses du programme «L’Humain d’Abord », plus un « catalogue de mesures » qu’une véritable vue d’ensemble et systémique d’une politique pour la France.

Lire la suite

Tomgu fait sa rentrée ! - par ... Tomgu, tiens

Par Tomgu, sur son blog

http://lactualite.over-blog.com

Une école communale, pendant la Troisième République. Quand les classes de plus de trente élèves n'empêchaient pas des générations entières d'apprendre...


Après une longue pause estivale, il est grand temps pour moi de retrouver le chemin de l'écriture. Comme des millions d'écoliers, collégiens et autres lycéens, ce mardi 4 septembre sonne donc le retour d'une nouvelle année scolaire qui s'annonce une fois encore chargée. Outre le brevet et le bac, je pense également à un agenda politique qui sera riche en évènements, notamment d'ici la fin de l'année : élections des dirigeants de l'UMP et du PS, élection présidentielle aux Etats-Unis, vote du nouveau traité européen ... et bien d'autres choses encore.

Lire la suite

Une crise qui n'est pas financière : contre Myret Zaki, Lordon, Généreux et alii - par Edgar

Par Edgar, sur La Lettre Volée

http://www.lalettrevolee.net

Une position non pas isolée, mais originale et courageuse d'Edgar!

subir.jpg

Au risque de paraître ravi d'occuper une position totalement isolée, je vois mal en quoi la crise actuelle serait une crise financière.

Les avis ne manquent pas pour condamner la finance, l'ennemi personnel de François Hollande.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×