rebelles

A propos de la catastrophe aérienne d'Ukraine orientale - articles de Jacques Sapir

Suite au drame aérien ayant coûté la vie à près de 300 personnes, et mis rapidement à charge de la Russie ou des séparatistes du Donbass, voici les remarques et hypothèses de Jacques Sapir. En plus d'être économiste, le professeur de l'EHESS est également passionné des armes, non seulement des forces de l'ex-URSS, mais aussi de la Seconde Guerre Mondiale (voir le livre qu'il a dirigé "1940 : la France continue"). Le point de vue de Jacques Sapir est bien évidemment pro-russe, du moins hostile à Kiev, et ne revendique pas la perfection. Mais en ces temps d'enquêtes bâclées (comme celle sur l'attaque chimique de la Ghouta en août 2013), il est bon de prendre plusieurs points de vue, y compris ceux que les médias de masse ne diffusent pas et qui paraissent informés.

Pour commencer, voici des exemples d'arguments accusant les séparatistes du Donbass d'avoir détruit l'avion, paru dans Le Point du 18 juillet 2014

Ci-dessous, le premier article sur ce sujet dans le blog Russeurope. Et voici pour la suite. Et encore un article là.

La destruction du vol MH17 de la Malaysian Airlines le 17 juillet a suscité une intense et justifiée émotion. Les revendications et accusations contradictoires se sont succédées. Les informations disponibles pour le grand public sont extrêmement fragmentaires. On peut, cependant remarquer certaines incohérences dans la mise en cause, du côté des gouvernements de l’OTAN et de la presse de ces pays des insurgés ukrainiens.

Un chose semble (mas nous verrons qu’elle n’est pas certaine) acquise, c’est que la destruction du Boeing 777 de la Malaysian Airlines est due à un missile Sol-Air. Il faut alors rappeler quelques faits de base concernant ces missiles. Leur portée et l’altitude qu’ils peuvent atteindre dépendent de l’énergie contenue dans le combustible de leur moteur fusée. Mais, cette portée et cette altitude dépendent aussi des caractéristiques de leur cible potentielle. Face à un avion rapide la portée sera plus faible que face à un avion lent. A contrario, un avion lent sera plus vulnérable à une certaine altitude qu’un avion rapide. 

I. De quelles armes disposent les insurgés des régions Est de l’Ukraine ?

Lire la suite

Centrafrique : interview de Jean-Pierre Mara - par le Cercle des Volontaires

Par le Cercle des Volontaires, sur leur site

Jean-Pierre Mara, ingénieur en informatique franco-centrafricain, a accordé un entretien au Cercle des Volontaires, à propos de la situation en République Centrafricaine. Cet entretien s’est déroulé le 4 décembre 2013 à Paris, la veille du vote à l’ONU de la résolution autorisant le nouveau déploiement des forces françaises en Centrafrique.

Au cours de cet entretien, l’Histoire de la Centrafrique depuis son indépendance est évoquée. On apprend que, mis à part le premier président centrafricain Barthélemy Boganda, la plupart des chefs d’état qui lui ont succédé ont surtout servi leur pouvoir personnel, plutôt que l’intérêt général. L’armée centrafricaine est donc plus une garde prétorienne qu’une véritable armée capable de défendre le pays d’incursions et d’invasions de bandes rebelles venant de l’étranger.

On apprend également que les événements tragiques qui se déroulent actuellement en République Centrafricaine sont les conséquences directes des guerres que la France a menée et mène respectivement en Libye et au Mali.

Propos recueillis à Paris le 4 décembre 2013, par Raphaël Berland et Jack Liberta.

Hollande fait-il la politique du pire en Syrie ? - par V.A.R.

Par Valeurs et Actions Républicaines, sur leur site

Un article pour le débat sur un sujet qui sent le gaz (on ne la refera plus, rassurez-vous). Lire aussi La Chronique du Printemps Arabe de Cédric Labrousse, qui explique que les rebelles syriens sont loin d'être battus malgré Qusayr. Et qu'ils reçoivent déjà des armes, pas forcément de France.

 

Une intervention en Syrie se prépare-t-elle ?

Le régime de Damas est au mieux brutal, au pire sanguinaire. C'est un fait acquis. Néanmoins le régime ne s'est pas écroulé. Comme Kadhafi en son temps il repose encore sur des secteurs de la population soit trop compromis avec lui soit épouvanté par certains rebelles... Du coup, sans intervention directe de l'étranger, il peut se maintenir dans le "pays utile" (côtes, grandes villes, grands axes, etc.). Il bénéfinie du soutien de la Russie, de la Chine, de l'Iran et des combattants du Hezbollah... La reprise de la ville stratégique de Qoussair est un signe de sa vitalité.

Lire la suite

Soirée conférence-débat sur la Syrie, à Paris le 16 avril (REPORTEE)

LA SOIREE EST REPORTEE. L'ARSIN VOUS INFORMERA DE SON EVOLUTION.

L'ARSIN a le plaisir de convier ses lecteurs qui seraient de passage à Paris le 16 avril à venir assister à la soirée organisée par l'association Ciné-Motion, soirée consacrée au conflit syrien et à ses issues possibles :


Pour s'inscrire sur l'évènement Facebook

Intervenir en Syrie ? - par le Cercle des Volontaires

Par E.I. Anass, sur le site du Cercle des Volontaires 

http://www.cercledesvolontaires.fr 

Du 18 au 27 octobre dernier s’est tenu au Théâtre National de Bruxelles et à la KVS la treizième édition du Festival des Libertés, organisé par l’asbl Bruxelles laïque. Sur le thème de « l’antécrise », environ 25 000 personnes étaient attendues afin d’assister à une série de débats, concerts, films, expositions et pièces de théâtre.

Le public bruxellois a assisté le lundi 22 octobre à un débat intitulé : « Intervenir en Syrie ? ». Le débat met aux prises trois intervenants: Pierre Piccinin, professeur d’histoire et de sciences politiques au lycée européen de Bruxelles ; Jean Bricmont, professeur de physique à l’UCL (Belgique) et spécialiste de l’ingérence humanitaire ; et Ayssar Midani, coordinatrice du Collectif pour la Syrie.

 

Lire la suite

Regards sur la crise syrienne (sept. 2012) - par V.A.R.

Par Valeurs et Actions Républicaines, sur leur site

http://quefaire.e-monsite.com

Commentaire de Pablito Waal : certains points de cette analyse me semblent discutables. Notamment les preuves de l'ingérence des pays de l'OTAN qui seraient derrière les insurgés syriens, sur laquelle les deux interrogés ne donnent pas vraiment de preuves (et l'argument d'autorité de Chevènement ne me convaint pas plus).

 

Alain Chevalérias et Gilles Munier sillonnent le Proche-Orient depuis des décennies. Coutumiers des populations et des enjeux locaux ils ont accepté tous deux de répondre aux questions de QUE FAIRE. Nul n’a jamais remis en cause leur sérieux et leur indépendance (tous deux s’opposèrent à l’invasion de l’Irak en 2003).

Lire la suite

La Syrie vers l’irakisation (sept. 2012) - par V.A.R.

Par Valeurs et Actions Républicaines, sur leur site

http://quefaire.e-monsite.com


Plus encore que les régimes despotiques tunisien et égyptien la Syrie d’avant la révolte était un régime fermé et autoritaire. Soudées autour d’un clan issu du coup d’Etat de 1970, les élites politico-économiques ont installé Bachar el-Assad à la place de son père en 1999 en espérant que rien de change. Or, la vague du « printemps arabe » a finit par déstabiliser le régime. 

Lire la suite

Décomposition du Mali, merci Sarkozy ! - par V.A.R.

Par Valeurs et Actions Républicaines, sur leur site

http://quefaire.e-monsite.com


Cet article peut sembler redondant par rapport à un autre, plus long, écrit par Nationaliste Jacobin,déjà publié sur ce site. Mais V.A.R. donne ici des liens nouveaux.


Le Sahara devient une zone de non-droit géante depuis la guerre de Sarkozy 

Outre une Libye livrée aux milices les plus incontrôlables la guerre de Sarkozy-Cameron a touché indirectement le Mali.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×