récession

Les raisons d'une rechute - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

 G1-Croissance

Lecture : en 2013, les facteurs qui poussent à la croissance (histogrammes au-dessus de zéro) se réduisent à la consommation et à la dilapidation des stocks. L'investissement est en recul et surtout le commerce extérieur ralentissent la croissance.

Source : INSEE : « Au troisième trimestre 2013, le PIB baisse légèrement »

URL : http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=26&date=20131114

La nouvelle dégradation de la situation économique – la France a enregistré un recul de son PIB de -0,1% au troisième trimestre de 2013 – a pris le gouvernement français à contre-pied. En effet, ce dernier escomptait une poursuite de l’amélioration de la situation économique sur la base des résultats qui avaient été enregistrés au 2ème trimestre. La rechute enregistrée au 3ème trimestre vient sonner le glas de ces espérances.

On le constate dans les faits, l’économie française n’est pas sortie de la stagnation dans laquelle elle se débat depuis maintenant près de deux ans. De ce point de vue, l’analyse des facteurs contribuant à la croissance du PIB est extrêmement éclairante. La croissance n’est tirée de l’avant que par le mouvement des stocks. Mais, il est clair que ce mouvement, qui compense des fortes baisses de fin 2011 et 2012, ne va pas se maintenir au 4ème trimestre.

Lire la suite

Guillaume Duval versus Olivier Delamarche - par le Cercle des Volontaires

Par Cyril Romano et Bigger P, du Cercle des Volontaires

Prenons deux économistes divergents et posons-leur trois questions :

1. Quelles sont les perspectives d’avenir de l’économie française ?

2. La seule solution à la crise est-elle de taxer les citoyens et de faire des réformes à la marge ?

3. La France peut elle compter sur la mondialisation et sur la théorie des vases communicants ?

Lire la suite

Le chômage, mystérieux bien que de plus en plus visible - par Descartes et les Volontaires

Commentaire de Pablito Waal :  le billet de Descartes a une bonne valeur pédagogique pour ceux qui n'ont jamais ou peu suivi de cours d'économie. Cependant, Descartes n'aborde quasiment pas la question de la croissance, sur laquelle les deux articles suivants des Volontaires apportent des signaux d'alarme.

Le chômage et ses mystères - par Descartes

Crise systémique 2013 : sous les records des Bourses, l’imminente plongée en récession de la planète - par le Cercle des volontaires

La Banque de France exhorte le gouvernement à geler le SMIC et les retraites - par le Cercle des volontaires

Lire la suite

Le procès de Solférino - par L'Oeil de Brutus

Commentaire de Pablito Waal : le raisonnement qui fonde l'analyse de l'Oeil de Brutus rencontre les mêmes problèmes que je rencontre chez les adversaires de l'austérité. Le premier, c'est que Brutus dit que les gouvernements français ont, depuis 40 ans, fait de la rigueur pendant les crises et du déficit pendant les périodes de croissance. C'est très discutable : Jospin a réduit les déficits pendant le "boom" des années 98-2000, et à l'inverse Sarkozy a fait de généreux déficits (en partie seulement dûs aux sauvetages bancaires et intereuropéens) à partir de 2008. Mais l'essentiel n'est pas là. Il est dans le fait que tous les pays développés connaissent une réduction de la croissance sur le long terme, que ce soit en Europe, Amérique du Nord ou Extrême-Orient. Et ceci est plus profond, plus anciens que les problématiques telles que l'euro, l'émergence des pays à bas coûts de production. Les relances budgétaires n'y changent quasiment rien : ainsi, les USA, avec leurs déficits à 8% du PIB, n'ont eu que 1% de croissance du PIB par tête en 2012... En vouloir absolument aux gouvernements PS-UMP pour ces faits qui les dépassent me semble abusif. En revanche, il est tout à fait clair qu'on puisse leur reprocher de ne pas mettre en place les investissements de long terme qui pourraient changer cette tendance (mais pas avant plusieurs décennies, je le crains...).

Le parti des 170.000 traîtres - par L'Oeil de Brutus

Les shadoks de la rigueur - par L'Oeil de Brutus

Le président des rentiers - par L'Oeil de Brutus

Lire la suite

Europe : fin de partie ? - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog
http://russeurope.hypotheses.org/

Le processus dit de « construction européenne » vient de subir, avec l’impasse sur la programmation budgétaire pour les années 2014-2020, et accessoirement pour le budget de 2013, de l’UE un triple échec : économique, politique et symbolique. La question symbolique est certainement la plus importante. Cette impasse, qui au mieux durera jusqu’au début de 2013, vient après le blocage sur la question de l’aide à accorder à la Grèce du début de la semaine, et des négociations extrêmement dures quant à la part respective des États au sein du groupe aéronautique EADS mais aussi une réduction importante des ambitions de l’Europe spatiale. Il est hautement symbolique que ces événements soient tous survenus dans une période d’environ huit jours. Ils témoignent de l’épuisement définitif de l’Union européenne à incarner « l’idée européenne ». 
Un échec économique

Lire la suite

Micro-débat sur l'austérité - par l'ARSIN

Par l'ARSIN

L'ARSIN fait une nouvelle expérience vidéographique, en faisant non plus un résumé d'articles, mais en s'en inspirant pour faire un micro-débat de 1 à 4 minutes.

On commence avec la question de l'austérité, à partir d'un article d'Alternatives Economiques :

Lire la suite

Après le Politburo de la Commission, le Comité Central de la BCE - par L'Oeil de Brutus

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

http://loeildebrutus.over-blog.com

draghi.jpg

APRES LE POLITBURO DE LA COMMISSION, LE COMITE CENTRAL DE LA BCE

Le 9 juillet 2012, la commission européenne à travers Olli Rehn, son commissaire chargé des affaires économiques et monétaires, prenait les colonnes du Monde pour défendre le bilan du dernier sommet européen de la « dernière chance » (en attendant le suivant). Je m’étais déjà exprimé sur cette tribune. Le 21 juillet, le directeur de la BCE, Mario Draghi, toujours dans les colonnes du Monde, a pris son relais. Et on retrouve les mêmes incantations quasi-mystiques, la même foi aveugle dans les dogmes néolibéraux et ses « réformes structurelles » et le même mépris des peuples.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×