responsabilité

La Grande Guerre: une folie? - par Nationaliste Jacobin

Par Nationaliste Jacobin, sur son blog

Le 3 août 1914, il y a presque un siècle jour pour jour, l'Allemagne déclarait la guerre à la France (et non le contraire comme en 1870, ce qui fait que l'Allemagne est bien l'agresseur, on va en reparler). La Grande Guerre, au demeurant, était déjà commencée puisque le 28 juillet, un mois après l'attentat tragique de Sarajevo, l'Autriche-Hongrie avait déclaré la guerre à la Serbie, puis son allié allemand déclarait la guerre à la Russie, qui se montrait décidée à défendre les Serbes, le 1er août 1914. Cette guerre, beaucoup la souhaitaient à travers l'Europe, et un plus grand nombre encore l'attendait dans un contexte de tensions coloniales et balkaniques sur fond de course aux armements et d'allongement du service militaire. Mais, et il faut insister en cette période de révisionnisme germanophile, ce sont bien les empires centraux, Allemagne et Autriche-Hongrie, qui ont déclenché le conflit

Lire la suite

Manuel Valls insulte la France

Voir la vidéo sur :

http://www.francetvinfo.fr/france/video-oui-la-france-etait-a-vichy-dit-valls-a-la-commemoration-de-la-rafle-du-vel-d-hiv_651851.html

Aujourd'hui, "notre" premier ministre, Manuel Valls, s'est permis de dire, dans un discours commémorant la rafle du Vel d'Hiv', ces propos :

"Oui, la France était à Vichy."

Ou, plus précisément, dans le contexte :

"Oui, la France était à Vichy. Et elle était à Paris. Là, des gens, des personnages hargneux, animés des pires préjugés théorisaient la supériorité de certains hommes sur d'autres hommes, et appelaient à la 'haine du juif'. Ils croyaient en une patrie pure, purifiée, fantasmée, en la prétendue nécessité de la régénérer et de chasser les ennemis qui se cachaient en son sein."

Donc le premier ministre que la France ne mérite pas a pris position dans cette polémique : Vichy, était-ce la France ou pas ? Pour les naïfs, il ne s'agit pas de nier que cette ville se situe en France. Ni que le régime de fait qui a sévit entre Juillet 1940 et la Libération n'était pas composé de français. La question est : "La Nation française porte-t-elle la responsabilité de l'existence, ainsi que des méfaits, de ce régime ?". Sur l'Arsin.fr, nous avons déjà répondu avec cet article.

En disant "Oui, la France était à Vichy", Manuel Valls prend une position. Elle est injurieuse pour notre pays.

Lire la suite

Les fariboles du pacte de responsabilité - par Thomas Schott

Par Thomas Schott, sur le site de L'Oeil de Brutus

Les fariboles du pacte de responsabilité

Billet invité de Thomas Schott

Le 14 janvier dernier, François Hollande annonçait “officiellement“ sa nouvelle politique économique : “le socialisme de l’offre“. Derrière cet aphorisme issu du théorème de Schmidt se cache un suicide économique pour la France. De fait, cette politique de l’offre n’améliorera pas la situation des entreprises ni de l’emploi.

La preuve par les “subprimes“.

Lire la suite

Le Président, le “contrat de responsabilité”, et la déflation - par Jacques Sapir

Par Jacques Sapir, sur son blog

Pour ceux qui se sentent d'attaque pour lire un article scientifique, voir aussi ce papier sur l'investissement, le profit, la demande et la monnaie.

 G2-OMT InflaBis

Contrairement à ce que certains veulent nous faire croire, la crise budgétaire est loin de s'éloigner, comme le montre l'évolution des taux réels sur les obligations d'Etat.

Source : INSEE

Les promesses d’abaissement des charges faites par François Hollande lors de sa conférence de presse du 14 janvier ont été bien accueillies par le patronat. C’est assez normal, mais cela montre aussi un raisonnement à courte vue. Si, pour financer ces baisses de charges, le gouvernement réduit les dépenses publiques, dans un contexte où l’économie est déjà fortement déprimée, ceci risque d’avoir des conséquences désastreuses sur l’économie française.

Lire la suite

Le régime porte maintenant atteinte a sa propre légitimité - par l'Association pour une Constituante

Par Christian Berthier, sur le site de l'Association pour une Constituante

Au cours de la discussion du instaurant les métropoles et par la voix du député de Savoie, Gaymard, le groupe UMP a proposé a l’Assemblée Nationale l’abrogation le paragraphe II des articles L. 3114 1, L. 4122 1 1, L. 4123 1 et L. 4124 1 du code général des collectivités territoriales ( amendement 745).

Le projet de loi gouvernemental permet sans consultation des électeurs intéressées, la création de nouvelles collectivités territoriales au sens de l’article 72 de la Constitution, avec l’absorption du Conseil Général du Rhône par le Grand Lyon.

Aucune consultation des populations n’est prévue non plus s’agissant du de Paris Métropole ou de la Métropole d’Aix-Marseille. L’UMP demande d’aller plus loin en excluant totalement le peuple de l’organisation territoriale de la République. Les limites des communes, communautés, départements, métropoles et régions seraient fixées d’en haut par un acte administratif.

Lire la suite

L'école où on ne redoublera plus d'efforts - article de l'Oeil de Brutus


Commentaire de Pablito Waal : L'arsin.fr étant un site de débat, il est de notre devoir de préciser que l'article de Brutus s'inscrit dans une polémique assez ancienne. Les partisans de l'abolition du redoublement exhibent souvent des études prouvant que des enfants qui ne redoublent pas s'en sortent mieux que ceux à qui on a fait prendre une ou plusieurs années supplémentaires. Encore faut-il être sûr que les enfants comparés étaient bien comparables (les enfants non-redoublants n'avaient-ils pas déjà des connaissances plus solides que les redoublants?), et il faut aussi prendre en compte l'effet démotivateur que l'absence de redoublement peut avoir sur les élèves en général. Pour les positions anti-redoublement, voir ici ou .


Le redoublement en question

Suppression du redoublement : cassons le thermomètre, nous n'aurons plus de température - par L'Oeil de Brutus

Dans une relative indifférence, l’Assemblée nationale vient de voter la quasi suppression du redoublement scolaire. On relèvera au passage la très molle opposition de la droite décomplexée (UMP) à ce texte présenté par la droite complexée (PS), confirmant ainsi bien leur convergence idéologique.

Plutôt que de s’intéresser aux causes de ces redoublements (méthodes d’enseignement, moyens alloués, autorité professorale – notamment vis-à-vis des parents, dégradations des situations socio-familiales des enfants, etc.), on décide donc de se débarrasser du thermomètre. Ainsi, l’éducation nationale n’aura plus de température et l’on pourra voire les enfants en difficultés accumuler leurs retards et leur mal-être de classe en classe. Avec cette mesure, conjuguée à la suppression des notes, il sera donc possible de poursuivre son cursus scolaire sans absolument aucun lien avec les apprentissages requis. Si on poursuit la logique jusqu’au bout, la France pourra ainsi s’enorgueillir d’ingénieurs incapables de faire une addition ou de professeurs de lettres analphabètes[i]. Et surtout, pire encore, de citoyens qui n’ont aucune conscience de ce qu’est la Cité. Le retour à l’état de nature tant chéris par ces post-rousseauistes libertaires et/ou libertariens.

Lire la suite

De la responsabilité de la Nation française vis-à-vis du Régime de Vichy - par Pablito Waal

Par Pablito Waal

 

Carte : Un pays responsable de sa situation entre 1940 et 1944 ?

 

Ceci est ma réponse personnelle à ceux qui approuvent les déclarations de François Hollande sur les répressions antisémites de Vichy, et notamment la Rafle du Vel d'Hiv de 1942, "crime commis en France et par la France". Récemment, je suis tombé sur des propos encore plus révoltants, de quasi-inconnus certes, mais qui découlent de la même logique que celle du Président : la France, en tant que nation, est coupable de la politique du régime de Vichy, culpabilité que nous devons assumer au même titre que les allemands ou italiens doivent assumer le régime nazi ou mussolinien. Dans son discours, Hollande a bien parlé, textuellement, de la "responabilité de la France", et non de français.

Lire la suite

Vichy, ce n'était pas la France - par Yohann Duval

Par Yohann Duval, sur son blog

http://duvalyohann.over-blog.fr/

Commentaire de Pablito Waal : Yohann, et bien d'autres commentateurs, m'ont précédé dans la réaction aux propos de François Hollande sur la refle du Vel d'Hiv. Mais je ne suis pas exactement sur le même argumentaire, du type "la France était à Londres", position que je trouve idéaliste. D'où un autre article à venir de ma part.

La "rafle du Vel d'Hiv", au cours de laquelle plus de 13.000 juifs de Paris et sa banlieue ont été arrêtés par la police française puis parqués dans le Vélodrome d'Hiver avant d'être déportés vers les camps de la mort nazis, est un crime épouvantable que personne ne conteste. La responsabilité du régime de Vichy dans l'accomplissement de crimes contre l'humanité, de concert avec l'occupant Allemand, est évidente. Pour autant, en affirmant que "ce crime a été commis en France par la France", François Hollande a commis lors de son discours du 22 Juillet 2012 une erreur d'appréciation considérable.

degaulle.jpg

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×