travail

"Coût du travail", compétitivité... que veut la gauche radicale ? - par L'Espoir

Par Antoine Lamnège, sur le site de L'Espoir

coût du travail france zone euro 2008 2012

Depuis l'adoption de la monnaie unique, la compétitivité prix des pays en zone euro dépend essentiellement du prix du travail (salaires + contributions sociales) ; en effet, celui ci détermine une part importante des coûts de production d'une entreprise. Elle dépend également des taux d'inflation nationaux. Or, cette compétitivité des entreprises est un point essentiel de la création de richesse ; voilà pourquoi il est nécessaire de ne pas la négliger. Trop souvent, la gauche radicale considère ce point comme une hérésie néolibérale ; à l'inverse, constamment, du parti socialiste à l'UMP, on considère la compétitivité comme l'alpha et l'oméga de la politique économique, qui justifie la régression sociale.

Lire la suite

Sur le revenu de base - par L'Oeil de Brutus

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

SUR LE REVENU DE BASE

Il y a quelques jours, Laurent Pinsolle publiait un article très complet sur le revenu de base. Le sujet, peu abordé dans les grands médias, négligé par les politiques[i], mérite le détour tant il pourrait être au cœur d’un renouveau de notre société. Je retranscris donc ci-dessous les quelques réflexions que j’avais apportées en commentaires sur le blog Gaulliste libre.

Lire la suite

Le Monde comme il va - par l'Association pour une Constituante

Par Fernand Comte, sur le site de l'Association pour une Constituante

« Vers une civilisation du loisir » disait Joffre Dumazedier en 1962 et il a publié, avec la collaboration de ses étudiants, un livre portant ce titre. C’était, pensait-il, prémonitoire : de moins en moins de travail, de plus en plus de loisir. On trouve quelque chose de ce constat dans les conclusions de la fameuse réunion des grands décideurs du monde à la fondation Gorbatchev de San Francisco en 1995 : ils ont en effet constaté l’arrivée de la dénommée Société 20:80, celle dans laquelle le travail de 20 % de la population mondiale sera suffisant pour soutenir la totalité de l’appareil économique de la planète. 80 % de la population restante ainsi s’avérera superflu, ne disposera pas de travail ni d’occasions d’aucun type et nourrira une frustration croissante. 80 % de la population au chômage ! Tout un programme !

Lire la suite

Les étranges remèdes de The Economist pour défendre les travailleurs - par Laurent Pinsolle

Par Laurent Pinsolle, sur son blog

Stupeur ! La bible des élites mondialisées vient de découvrir que les revenus du travail ne cessent de perdre du terrain face aux revenus du capital dans le PIB partout dans le monde. The Economist en vient à faire un constat quasiment marxiste, mais les solutions qu’il propose ne le sont pas, naturellement…
Petite remarque d'arsin.fr : la part de la masse salariale dans le PIB sud-coréen des années 1970 atteignait-elle vraiment les 95% ?

Lire la suite

Monétarisme, culte du veau d’or et néo-paganisme - par Joe Liqueur

Par Joe Liqueur, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : l'article de Joe Liqueur est intéressant par son début et par sa fin. Oui, il est atterrant d'entendre la litanie libérale du "secteur privé qui SEUL produit des richesses" (voire même, chez Charles Gave, L'ENTREPRENEUR SEUL créerait ladite richesse, 90% des actifs étant des parasites de fait). Oui, la critique de l'écologisme ici faite est pertinente. Mais la façon dont l'auteur élude le problème monétaire passe difficilement. Il faut bien avoir de l'argent avant d'embaucher des salariés, dans le secteur public ou privé, car le propre du salariat est que les premiers traitements précèdent généralement les résultats, et il faut ensuite avoir un flux récurrent pour continuer à payer les salariés. Dans le cas des fonctionnaires, il faut être certain que leur création de richesses sera bien visible dans le PIB national pour être sûr d'avoir suffisemment de richesses à ponctionner pour rémunérer ces nouveaux actifs. Pour Joe Liqueur qui met ses espoirs dans une économie planifiée, il y a peu de doutes. Pour ma part, je suis plus sceptique sur la possibilité de rendre rapidement efficaces (et rentables, osons le mot) plusieurs millions de nouvelles recrues de la machine étatique. 

Faut reconnaître que le paysage martien est un peu aride. Au premier plan,
la sonde Curiosity. Images haute définition ici.  ©NASA/JPL Caltech/MSSS

Comment arriver au plein emploi et ramener le taux de chômage à son niveau frictionnel ? Avec le droit au travail, cela ne vous a pas échappé, je propose essentiellement d’embaucher des fonctionnaires. La question qui revient alors souvent est la suivante : comment va-t-on payer tous ces parasites fonctionnaires ? Où on va trouver l’argent ? Eh bien comme je l’ai déjà expliqué souvent, cette question est absurde. Et la réponse est évidente : on va les payer avec leur travail, avec ce qu’ils produisent par leur travail. Ou alors, on part du principe que ces nouveaux fonctionnaires ne produiraient rien – et/ou que, comme disait Coluche, ceux qui arriveraient en retard croiseraient ceux qui partiraient en avance… Ce que fait justement Edouard Tétreau dans un article d’une rare bêtise. Je cite (c’est moi qui souligne les passages en gras) :

Lire la suite

Des usines qui ferment, un PDG qui l'ouvre (trop) - par Tomgu, l'OSRE et Joe Liqueur

Quelques articles sur la question des fermetures d'usine, du coût du travail...Les lecteurs attentifs auront remaqué le changement de nom de notre site, sur lequel nous nous exprimerons plus tard.

Maurice Taylor, ou l'archétype du patron voyou - par Tomgu

La carte de notre colère ! - par l'OSRE

Baisser les salaires en loucedé, mode d'emploi - par Joe Liqueur

Lire la suite

Comprendre la non-viabilité de la zone euro (1/5)- par L'Oeil de Brutus

Par L'Oeil de Brutus, sur son blog

http://loeildebrutus.over-blog.com

humour eurocrisis

(illustration de Rodho)


COMPRENDRE LA NON VIABILITE DE LA ZONE EURO

PARTIE 1

Imaginons que vous êtes chef d’entreprise. Vous voulez créer une nouvelle usine et vous avez le choix entre deux régions voisines que nous appellerons Therul et Pylome.

Lire la suite

Les « élites » et « l'écroulement d'un monde », selon Frédéric Lordon - par Boreas

Par Frédéric Lordon, repris sur le blog de Boreas

http://verslarevolution.hautetfort.com

Autodestruction%20des%20%C3%A9lites%20financi%C3%A8res.jpg

 

« (...) la catastrophe étant sans doute le mode historique le plus efficace de destruction des systèmes de domination, l’accumulation des erreurs des "élites" actuelles, incapables de voir que leurs "rationalités" de court terme soutiennent une gigantesque irrationalité de long terme, est cela même qui nous permet d’espérer voir ce système s’écrouler dans son ensemble.

Lire la suite

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×