Frustrée, la jeunesse ? - par Descartes

  • Par arsin
  • Le 28/02/2014
  • Commentaires (0)

Par Descartes, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : chers lecteurs, il ne s'agira pas de dire, dans l'article de Descartes, que les jeunes (disont les 15-33 ans ici) français ne souffriraient de rien (du moins pas tous). Mais de pointer le fait que "la jeunesse" ne signifie rien, et qu'il faut rester plus que méfiant face à de tels sondages. Note : le titre de l'article a été modifié par son auteur.

Le titre de une du JODF [Journal Officiel du Déclinisme Français] – vulgairement appelé « Le Monde » - était, comme cela arrive de plus en plus souvent, alléchant : « La jeunesse française se sent méprisée et tentée par la révolte ». J’avoue que je suis tombé des nues. Je n’avais pas idée, voyez-vous, que les jeunes filles de bonne famille fréquentant le pensionnat de Notre Dame des Oiseaux, établissement chic du XVIème arrondissement que je croise quelquefois en allant à mon travail se sentaient « méprisées ». Et je dois dire qu’en les entendant papoter sur leurs vacances à Megève, sur leurs projet de stage à Londres ou sur leurs amours adolescentes avec tel ou tel fils de PdG, je n’avais pas détecté la moindre « tentation de révolte » dont nous parle le grand (?) quotidien du soir.

Qu’un journal qui se veut sérieux titre sur les sentiments et les tentations de « la jeunesse » comme si une classe d’age constituait un ensemble homogène du point de vu des sentiments et des tentations, c’est déjà assez curieux. Et le sous-titre est encore plus amusant : « Dans une enquête inédite, 210.000 jeunes dressent leur portrait : une génération « perdue » et non intégrée ». En page intérieure, c’était encore plus explicite : « Frustrée, la jeunesse française rêve d’en découdre : l’enquête « génération quoi ? », menée auprès des 18-34 ans, dessine le portrait d’une jeunesse éduquée, qui enrage de voir les portes se fermer devant elle ». Encore une fois, il m’avait échappé que les jeunes filles de Notre Dame des Oiseaux étaient « perdues et non intégrées », et encore moins qu’elles rêvaient « d’en découdre ». Il faudra que je sois plus attentif la prochaine fois.

En fait, l’enquête à laquelle le JODF fait référence n’a rien de « inédite ». Il s’agit en fait d’une grande opération montée par France Télévisions et qui fait l’objet d’un site internet dédié (http://generation-quoi.france2.fr). Elle n’est qu’un exemple de plus de cette détestable engeance que sont les questionnaires sur Internet.

Lire la suite sur le blog de Descartes

méthode classe statistique jeunesse moyenne sondage mai frustrée enquête fantasme 1968

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site