Hollande et la "politique de l'offre" - par Descartes

  • Par arsin
  • Le 17/02/2014
  • Commentaires (0)

Par Descartes, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : rafraichissant rappel d'économie par Descartes !

Jean-Baptiste Say, 1767-1832

Il a suffi d’une petite phrase pour que tout à coup notre poulailler médiatique se mette à bruisser. François Hollande a tout à coup dit « l’offre crée sa propre demande », et cela a été suffisant pour plonger nos médias dans les affres de la découverte. Comment ? Alors ce François Hollande qu’on croyait marxiste, celui-là même qui affiche la photo de Jaures au dessus de son lit et agitait le drapeau rouge dans les meetings ne serait finalement qu’on vulgaire « social-libéral » partisan de la politique de l’offre ? Mon dieu, il nous a bien caché son jeu, ce petit…

Pareille fausse ingénuité de la part de nos médiacrates frise l’indécence.

On a du mal à croire que des gens qui suivent la vie politique de notre pays puissent être à ce point mal informés. Ou qu’ils se soient laissés bercer par les promesses d’un candidat aux élections au point d’y croire. Ceux qui font jouer leur sens commun plutôt que de se laisser bercer par les discours savent bien et depuis longtemps que non seulement François Hollande, mais l’ensemble des socialistes sont depuis bien longtemps convertis aux dogmes du « marché libre et non faussé » et d’un Etat dont la politique sociale se réduit à être la voiture balai qui ramasse les éclopés de la « mondialisation heureuse ». Qu’ils soient des convertis heureux ou des convertis honteux, qu’ils récitent avec application le credo libéral ou qu’ils continuent à s’indigner régulièrement avec des accents jaurésiens des ravages du capitalisme libéral, chaque fois qu’ils ont été aux affaires les socialistes ont voté avec une belle unanimité – sauf rares et louables exceptions – les politiques les plus conformes aux canons néo-libéraux, du « franc-fort » à l’euro-austérité en passant par le traité de Maastricht, l’ouverture des marchés et les privatisations voulues par Bruxelles. Découvrir que le Parti Socialiste en général et ses dirigeants en particulier ont fait allégeance au « social-libéralisme » c’est découvrir qu’il fait jour à midi.

Mais le plus amusant est qu’on tire cette conclusion a partir d’une citation de François Hollande, lui-même citant – mal – l’économiste Jean-Baptiste Say, censé avoir dit que « l’offre crée sa propre demande ». Cette citation est devenue au fil des années et grâce à une incompréhension fondamentale de ce que Say voulait dire une sorte de dogme fondamentale de la pensée néo-libérale dans sa bataille contre les keynésiens. Je vais essayer d’expliquer pourquoi.

Lire la suite sur le blog de Descartes

Hollande socialiste politique parti Keynes crise cotisations offre entreprises patronales marge demandes

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site