Hollande le déflateur - par Descartes

  • Par arsin
  • Le 13/08/2014
  • Commentaires (0)

Par Descartes, sur son blog

Il est courant de voir les hommes politiques s’inquiéter lorsqu’il constate que ses politiques ont, en marge des effets attendus, des effets imprévus qui se révèlent négatifs. Ce qui est plus rare, c’est de voir un gouvernement inquiet de voir une politique qu’il a proposée, mise en œuvre et défendue atteindre ses objectifs.

Car, il faut le dire, ce gouvernement aura réussi au moins une chose : pousser la France vers la déflation. Et quand je dis « réussi », c’est parce qu’il ne s’agit pas d’un « dommage collatéral », d’une conséquence imprévue d’une politique dont l’objectif serait autre. Non : depuis 2012, notre gouvernement prône, sur le front interne mais aussi sur le front européen, la déflation. Bien sûr, le mot « déflation » n’a pas été utilisé, mais l’idée y est.

Déroulons le film. Depuis 2012 – et même avant – quel est le maître mot des politiciens qui ont gouverné la France et qui miment en cela le discours de la Commission européenne ? Et bien, le maître mot est « compétitivité ». La priorité absolue, en Grèce comme en France, c’est la « restauration de la compétitivité » par rapport à l’Allemagne. Toutes les « réformes », du CICE au « pacte de responsabilité », nous sont vendues au nom de la « compétitivité » avec force comparaison avec notre puissant voisin. Mais comment « restaurer la compétitivité » ? Et bien, il y a deux manières de gagner la course à l’échalotte : soit vendre un peu plus cher un produit de meilleure qualité, plus innovant, plus efficace que son compétiteur, soit vendre le même produit mais alors le vendre moins cher. La compétitivité est donc faite de deux facteurs : la compétitivité dite « hors prix » qui tient aux qualités intrinsèques du bien qu’on offre et qui sont supérieures à celles du bien proposé par votre compétiteur, et la compétitivité dite « prix », qui tient à la différence de prix entre vous et votre compétiteur. La préférence du client ira à l’un où à l’autre en fonction de la compétitivité de ces deux facteurs.

Lire la suite sur le blog de Descartes

austérité Hollande Allemagne euro compétitivité politique déflation but conséquence effet inconséquence

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site