Hollande le Petit - par Yohann Duval, Descartes et Brutus

  • Par arsin
  • Le 24/02/2013
  • Commentaires (0)

L'échec européen de François Hollande - par Yohann Duval

François Hollande l'avait annoncé : il n'était pas question de faiblir sur la question du budget européen. Échaudé par les déclarations fracassantes de David Cameron, il entendait bien profiter de cette occasion pour réclamer une nouvelle fois "plus d'Europe" alors que les mouvements eurosceptiques gagnent du terrain partout sur le continent. Après d'âpres négociations, le résultat est sans appel : le budget européen est en baisse, la France est isolée et les fédéralistes ne cachent pas leur colère devant cet échec manifeste.

Un discours irréaliste et inquiétant

 

Le 5 Février dernier, peu avant le début de la négociation du budget européen, François Hollande avait pourtant livré devant le Parlement européen un discours particulièrement optimiste. L'Union Européenne, selon lui, serait ainsi "un modèle envié sur tous les continents" qui "a instauré la paix, les droits de l'Homme, la démocratie, ce que le prix Nobel, à juste raison, est venu consacrer".

 

Un véritable paradis, en somme ? Pas vraiment. Il reconnaît que quelques "légers" problèmes subsistent : l'Union souffre "face aux concurrences déloyales", elle ne maîtrise pas les "évolutions irrationnelles" de sa monnaie, la "croissance trop faible" est un mal récurrent et le "chômage de masse" frappe de nombreux États membres. Bref, l'UE est une passoire dont la croissance est en berne et dont les emplois fondent comme neige au soleil... heureusement que "la crise de la zone euro est désormais largement derrière nous" !


Lire la suite sur le blog de Yohann Duval

La VIème République est là - par Descartes

Hollande a donc visité le salon, caressé le cul des vaches, discuté avec le paysant de la qualité du saucisson - qui ne vaut pas le saucisson de mon grand-père, mon bon monsieur - bu le vin de l'année et écouté toutes sortes de plaintes sur la fin de la paysannerie et la chute du revenu. Que du normal, quoi. Mais le président a jugé bon de monter sur un podium et parler. Et c'est là que les choses se sont gâtées. Je n'ai pas trouvé le texte exacte de son allocution, mais je reprend la formule à partir de la vidéo (2): "je veux qu'il y ait un étiquetage obligatoire sur les viandes qui sont insérées, introduites, dans les plats cuisinés. D'ici-là, je soutiendrai avec le ministre de l'agriculture et les ministres concernés toutes les initiatives qui seront prises pour des démarches volontaires d'étiquetage, de manière à ce que le consommateur puisse être informé de la provenance des produits qu'il consomme et notamment des viandes. Mais nous avons des labels qui existent en France, et je veux remercier la profession de s'y être pleinement engagée. Et c'est autour de ces labels que les consommateurs peuvent avoir confiance".

Au delà de la syntaxe hésitante (les viandes  "insérées" dans les plats cuisinés ?), ce texte pose une question lancinante: est ce que cette déclaration est du niveau du président de la République ? Est-ce que l'homme qui est au sommet de la pyramide politique et administrative, le siège symbolique du pouvoir suprême, le chef suprême des armées, le détenteur du feu nucléaire, l'homme qui est censé réfléchir nuit et jour aux grands problèmes de la planète  n'a rien de mieux à faire que de s'occuper de l'étiquetage des lasagnes ? Imaginez-vous De Gaulle parlant de l'information du consommateur et des étiquettes sur les plats cuisinés ?

Lire la suite sur le blog de Descartes

Ségolène Royal à la BPI, ou la République des copains - par L'Oeil de Brutus

Le fait en passe presque pour anecdotique tant il est devenu coutumier des mœurs de l’oligarchie au pouvoir : sans doute en mal d’occupations sur ses terres du Poitou et de reconnaissance après sa déculottée aux législatives, Ségolène Royal s’est fait nommer vice-présidente de la Banque Publique d’Investissementspar son ancien conjoint. Les petits arrangements entre amis, conjoints, ex-conjoints, potes, clients, vassaux et suzerains sont devenus tellement habituels dans une République qui n’en a plus que le nom qu’il semble bien que cela ne choque plus personne.

Pourtant, il serait peut-être pertinent de se demander si Mme Royal est la plus compétente à occuper ce poste. Elle est certes énarque et par voie de conséquence polyincompétente à remplir n’importe quelle fonction. Le problème est que dans la myriade de poste qu’elle a occupée durant sa longue carrière politique, en particulier en ce qui concerne les portefeuilles ministériels[1], elle n’a jamais tenu de responsabilités dans le secteur de l’économie, de la finance et encore moins de l’industrie. Quant à sa (courte) carrière administrative, à sa sortie de l’ENA (en 1980), elle avait choisi un poste de magistrat au tribunal administratif de Paris[2], qu’elle a quitté très rapidement (en 1982) pour aller cirer les bottes de Tonton à l’Elysée sur recommandation de Jacques Attali. Bref, quelles que soient ses qualités intrinsèques, Mme Royal ne dispose guère d’une grande expérience pour occuper sa nouvelle fonction et on peut se demander s’il n’existait pas au sein de la haute fonction publique, un cadre mieux placé pour servir en tant que vice-président de la toute nouvelle BPI. La réponse est très certainement oui. Car le poste n’est évidemment pas politique : le gouvernement décide des orientations stratégiques que la BPI met en œuvre. Le gouvernement fait la politique, la BPI l’exécute : le poste est administratif. Mais l’oligarchie au pouvoir est bien décidée à briser la haute fonction publique pour y caser sa clientèle. C’est de toute manière la marque de l’affairisme de l’oligarchie : il se moque des frontières éthiques et mélange sans vergogne politique, administratif, médiatique, industrie, finance, etc. dans une savante orchestration de pantouflages et rétro-pantouflages qui se moque des conflits d’intérêts.

Lire la suite sur le blog de L'Oeil de Brutus

budget Cameron Européenne Union BPI findus lasagnes agriculture royal Hollande France

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×