Hollande : vie privée, vie publique - par Descartes

  • Par arsin
  • Le 22/01/2014
  • Commentaires (0)

Par Descartes, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : cet article sera, je l'espère, l'unique concession de notre site à l'affaire Hollande-Gayet.

http://www.besnob.fr/wp-content/uploads/2014/01/besnob-Scooter-man-Hollande.jpg

Un petit jeu pour se détendre...

La légende dit qu’en apprenant la mort du président Félix Faure des suites d’une crise cardiaque consécutive à des ébats avec sa maîtresse, Clémenceau eut cette phrase lapidaire : « il voulait être César, mais il mourut Pompée ». Au-delà du goût douteux du jeu de mots, celui-ci résume bien le problème : les petites affaires de la chambre à coucher se marient mal avec les grandes affaires de l’Etat. Et lorsqu’on mélange les genres, c’est l’Etat qui y perd.

En apprenant les frasques de notre président – qu’il est inutile de rappeler ici par le détail, tant elles sont devenues maintenant du domaine public – j’avoue que ma première réponse instinctive fut une réaction de recul. Je n’ai jamais aimé le mélange des genres entre ce qui relève chez nos dirigeants du politique et ce qui relève de l’intime, et j’ai toujours apprécié la retenue dont fait preuve notre presse lorsqu’il s’agit d’étaler dans les pages des gazettes ce qui relève de la vie privée de nos dirigeants. D’autres pensent qu’il y a là un manque de transparence. Je ne pense pas que ce soit le cas : si le citoyen a le droit de surveiller les actes de ces dirigeants, ce droit n’inclut pas la surveillance de leur morale. Si le président a choisi de tromper sa femme avec une maîtresse (ou plutôt de tromper sa maîtresse avec une autre maîtresse), c’est devant ses proches et devant sa conscience qu’il répond, pas devant nous.

Mais la question de la séparation du privé et du public est bien plus subtile qu’on ne le croit généralement. Un fait de nature à priori privée peut avoir des ramifications dans la sphère publique en fonction de son contexte, de l’intention ou de l’investiture de son auteur. Ainsi, par exemple, le voile islamique. Ce choix vestimentaire, à priori du domaine privé, n’a pas la même signification selon qu’il est porté par une vieille femme tout frais débarquée du Mali ou par une jeune écolière née en France, qu’il est porté par habitude ou comme geste de défi, qu’il soit porté sur le marché ou dans un tribunal, par un fonctionnaire ou par un simple citoyen. Lorsqu’il est utilisé pour marquer une revendication communautaire ou pour défier la République, il est résolument dans la sphère publique.

Lire la suite sur le blog de Descartes

Hollande confusion Trierweiler publique président vie privée choix Gayet trancher immaturité

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×