Interview des auteurs de Circus Politicus - par le Cercle des Volontaires

  • Par arsin
  • Le 28/05/2012
  • Commentaires (0)

Par le Cercle des Volontaires, sur leur site

http://cercledesvolontaires.wordpress.com


Titre original : Interview des auteurs de Circus Politicus : “Le Bilderberg et la Commission Trilatérale sont des institutions qui font fantasmer ce qu’on appelle les complotistes.”

Interview de Christophe Deloire et Christophe Dubois au Salon du Livre 2012

Quelques citations :
Il y a trois cercles de pouvoir qui dépossèdent les citoyens de leur pouvoir :
1 – Au niveau européen, notamment le conseil européen.
2 – Des organisations internationales de tout types qui édictent des règles sans contrôle démocratique
3 – Des réseaux d’influence comme la conférence Bilderberg ou la Commission Trilatérale : une fabrique idéologique à tendance très libérale.

Le Bilderberg et la Commission Trilatérale sont des institutions qui font fantasmer ce qu’on appelle les complotistes.

Pour ces élites, moins il y a de démocratie, mieux c’est.

A propos de J. Attali, apôtre du gouvernement mondial:
On ne s’est pas intéressés spécifiquement à Jacques Attali, peut être qu’on en a oublié un, je vous le confesse.

Notre thèse, c’est que l’électeur a de moins en moins sa part dans le système qui est mis en place. La conclusion de notre livre c’est que l’électeur doit se réapproprier son pouvoir qui est d’être représenté fidèlement par des gens qui doivent être responsables devant lui. La question, c’est que les électeurs soient souverains.

L’architecture du pouvoir est organisée avec des failles démocratiques béantes en grande partie volontaires et que des groupes d’intérêt s’engouffrent dans ces failles pour imposer le plus possible leurs vues. Il y a plusieurs manières de sortir de ce système, mais ce n’est pas à nous de le dire.”

Pour information, Christophe Deloire vient d’être nommé directeur général de RSF.

L’aurait-il été sans ses positions prudentes sur ces institutions ?

[Commentaire de Pablito Waal : le problème n'est pas tellement de savoir quelle est la position de Deloire & Dubois sur Bilderberg/Trilatérale/le Siècle, mais comment ils les appuient par leur travail journalistiques. Au cours de l'entretien, il apparait évident que le reporter du Cercle des Volontaires a ses opinions sur le pouvoir de ces institutions et l'existence d'un gouvernement mondial, ou au moins sa préparation. Les auteurs du livre auraient pu le confirmer pour lui faire plaisir, mais sans preuve : aurait-ce été du journalisme?]

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×