L'affaire Cahuzac coulera-t-elle la constitution? - par Joe Liqueur, les Volontaires, Y.Duval et Descartes

  • Par arsin
  • Le 13/04/2013
  • Commentaires (0)

Commentaire de Pablito Waal : l'affaire en question n'est pas celle qui me passionne le plus. Mais je remarque une chose : comme le notait un sondeur récemment, ladite affaire affecte très peu les popularités du Président et du Premier Ministre, déjà basses. Et elle profite peu au Front de Gauche ou au Front National. Peut-être parce que la menace du "tous pourris" qui alimenterait les extrêmes a finalement peu de chances de se réaliser. Comme cela a déjà été exposé sur ce site, les français sont assez inertes politiquement, passent peu d'un bord à l'autre de l'échiquier, et les scores électoraux atteints par la gauche ou la droite radicales semblent bien délimités.

Dans la liste d'article qui suit, outre le rappel des faits connus, par Yohann Duval, ou supposés, par les Volontaires, il y a un débat entre les positions de l'Association pour une Constituante, qui, par construction, considère que ces évènements invitent à modifier notre Constitution, et les articles de Descartes, qui pense qu'il n'en est rien.

 cahuzacan.jpeg

Le citoyen Cahuzac dans la ligne de mire - par Joe Liqueur

L'armée française aurait précipité la chute de Jérôme Cahuzac - par Sandrine Perroud, sur le site des Volontaires

Jérôme Cahuzac, le "meilleur" des socialistes ? - par Yohann Duval

L'impardonnable mensonge de Jérôme Cahuzac - par Yohann Duval

Elire une Constituante, voilà l'urgence ! - par l'Association pour une Constituante

Affaire Cahuzac : Le martyre de Saint-Jérôme - par Descartes

"Coup de balai" : le retour d'un mythe - par Descartes


Le citoyen Cahuzac dans la ligne de mire - par Joe Liqueur

Allons bon. Il y avait donc un traître chez les sociaux-traîtres. C’est vachement étonnant.
Ben oui, ce n’est pas comme si les « socialistes » gouvernaient depuis trente ans contre la volonté du peuple, hein.
Ce n’est pas comme s’ils avaient toujours tout fait, depuis lors, pour maintenir une situation de domination du capital sur le travail ; pour maintenir un rapport de force favorable au capital et non au travail.
Ce n’est pas comme s’ils avaient toujours fait en sorte de maintenir un taux de chômage élevé, afin d’assurer le plus fermement possible cette domination du capital sur le travail, alors même que 90% des citoyens, et probablement davantage, veulent que le taux de chômage ne dépasse en aucun cas son niveau frictionnel (autour de 2%) et veulent donc assurer à l’inverse la domination du travail sur le capital.

Lire la suite sur le site de Joe Liqueur





L'armée française aurait précipité la chute de Jérôme Cahuzac - par Sandrine Perroud, sur le site des Volontaires

Les Services de renseignements français ont fait tomber Jérôme Cahuzac, selon L’Hebdo. L’ex-ministre du Budget prévoyait des coupes drastiques dans les finances de l’armée.

Les coupes prévues par l’ex-ministre Jérôme Cahuzac dans le budget de la Défense l’auraient conduit à sa perte. C’est ce qu’affirme L’Hebdo dans son édition de jeudi. L’hebdomadaire romand publie sur le sujet une enquête citant des « sources sécuritaires », des députés UMP et des membres de la Commission de défense de l’Assemblée nationale.

Avant sa démission, l’ex-ministre du Budget considérait l’armée comme un poids lourd à alléger. Il envisageait ainsi de raboter dans son budget jusqu’à 1 milliard d’euros en 2014. D’autres milliards étaient prévus les années suivantes.

Le tout aurait figuré dans la future loi de programmation militaire (LPM) couvrant la période de 2014 à 2019. La LPM aurait fait passer les dépenses de l’armée de 1,5% du PIB français à 1,1%. Un plus bas historique pour la France.

Lire la suite sur le site des Volontaires




Jérôme Cahuzac, le "meilleur" des socialistes ? - par Yohann Duval

Les déboires de l'ancien locataire de Bercy sont dans toutes les têtes depuis quelques jours. Au point de rendre fous certains élus locaux ? C'est ce que l'on peut se demander à la lecture de l'entrevue accordée par Dominique Baert, le maire socialiste de Wattrelos, à Nord Éclair. Concernant les ennuis judiciaires de Jérôme Cahuzac, qu'il considère comme un "excellent ministre du budget", il y affirme sans états d'âme : "Il reste le meilleur d’entre nous".

Il y a beaucoup à dire sur ces déclarations.

Lire la suite sur le blog de Yohann Duval




L'impardonnable mensonge de Jérôme Cahuzac - par Yohann Duval

Jérôme Cahuzac a menti. Cette fois, le doute n'est plus permis : le principal intéressé a reconnu sur son blog qu'il avait volontairement trompé les Français.

Les faits


L'affaire Cahuzac a éclaté grâce aux révélations du site Mediapart, qui affirmait que l'ex-ministre avait possédé un compte bancaire non déclaré en Suisse. L'accusation semblait assez crédible pour que le procureur de Paris engage une enquête préliminaire concernant un possible "blanchiment de fraude fiscale". Pour Vincent Drezet, le secrétaire général de Solidaires Finances Publiques (principal syndicat de Bercy), "le blanchiment consiste à réinjecter dans l'économie le fruit d'une opération illégale, en l'occurrence des sommes d'argent gagnées grâce à de la fraude fiscale". En d'autres termes, il était reproché à Jérôme Cahuzac d'avoir voulu dissimuler des sommes pour les soustraire à l'impôt.


Lire la suite sur le blog de Yohann Duval




Elire une Constituante, voilà l'urgence ! - par l'Association pour une Constituante

L’affaire Cahuzac a donné lieu à un déferlement de bonnes intentions autant que d’attaques violentes.

L’association pour une Constituante donne ci-dessous et en pièce jointe son analyse et son appel à des actions urgentes au delà des logiques partisanes.

La démocratie n’est plus qu’un mot et les appels à moraliser la vie publique ne répondent pas à la gravité du problème.

L’affaire Cahuzac n’est pas un problème personnel. Aussi affligeant que soit ce personnage, il n’est qu’une manifestation extrême d’un système fondé sur l’argent roi, la réussite par l’écrasement des autres, la communication comme mode de relation avec les électeurs. Et ceux qui ont bafoué la volonté populaire exprimée lors du référendum du 29 mai 2005 peuvent-ils vraiment parler de morale publique ?

Dans cette situation, il n’y a pas à chercher de justicier, il n’y a pas à trouver la nouvelle règle de vertu publique qui échouera comme les précédentes, il ne faut pas chercher le centième parti qui, tout seul, rebâtirait les bonnes règles républicaines. Il faut refonder la démocratie à partir de son seul titulaire légitime, le peuple, et des principes républicains que sont le suffrage universel, les Droits de l’Homme et du Citoyen, la lutte contre les privilèges. Tel est le sens de l’appel à une Constituante, c’est-à-dire une Assemblée élue au suffrage universel, et exprimant directement la volonté des citoyens dans la redéfinition des règles de vie publique et des institutions qui les fondent.

Lire la suite sur le site de l'Association pour une Constituante



Affaire Cahuzac : Le martyre de Saint-Jérôme - par Descartes

Je n'aime pas ceux qui piétinent un homme à terre. Et j'aime encore moins ceux qui piétinent à terre un homme pour des vices qu'ils pratiquent - ou du moins excusent - en privé.

Car il faut le dire haut et fort: les populistes de tout poil qui prétendent faire de cette affaire un symbole de la supposée "corruption des élites" ou d'un "moment de décomposition putride" (1) ont tort. Cette affaire démontre au contraire la santé de nos institutions démocratiques. Que s'est-il passé exactement ? Le président de la République a nommé à un poste ministériel un homme. La presse d'investigation a dénoncé le fait que cet homme avait commis un grave délit contre le crédit public. Les juges ont ouvert une enquête, le président de la République, tout en respectant la présomption d'innocence, a demandé à cette personne de démissionner. Il n'y a pas eu de pression sur les juges, pas de "dossiers perdus", pas de témoins devenus subitement muets.  Un homme privé a violé la loi, cet homme doit payer. Rien ne montre que Cahuzac ait manqué à ses devoirs de ministre. Dès lors, que peut-on reprocher au "système" ?

Lire la suite sur le blog de Descartes



"Coup de balai" : le retour d'un mythe - par Descartes

"Gentils citoyens! On vous trompe, on vous vole! Les puissants ______ (vous avez le choix: capitalistes, synarques, technocrates, élites, socialistes, de droite...) vous tondent la laine sur le dos pendant qu'ils se gobergent. L'heure est venue de balayer ces gens pour les remplacer par des dirigeants honnêtes, courageux, ayant le sens de l'intérêt général, dévoués et désintéressés (c'est à dire, nous)". Et la conclusion claque comme un drapeau: "que se vayant todos" ("qu'ils s'en aillent tous").

Ce discours n'est pas nouveau. C'est la vulgate minimale des populistes et des démagogues au moins depuis que la politique a cessé d'être une affaire aristocratique et que la plèbe y a accédé. C'était à Rome il y a quelque 2500 ans, lorsque le conflit entre la plèbe et les patriciens accoucha de la "loi des douze tables". Bien sur, le démagogue existait bien avant. Mais l'entrée en politique de la plèbe marque l'apparition d'un démagogue d'une espèce particulière: le populiste.

Lire la suite sur le blog de Descartes

corruption constitution Le Pen Mélenchon populiste démission mensonge Médiapart Suisse compté fiscale fraude ministre Cahuzac

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site