L’urgence du plein emploi - par Joël Halpern

  • Par arsin
  • Le 10/05/2014
  • Commentaires (0)

Par Joël Halpern, sur son site et celui de V.A.R.

Commentaire de Pablito Waal : je suis assez sceptique sur certaines propositions de l'auteur. Je me demande notamment comment il quantifie "l'épargne oisive" dont la mobilisation soutiendrait la relance de la demande. De plus, si j'approuve l'idée d'une réforme du financement de la protection sociale, il manque quelques précisions sur les prélèvements qui remplaceraient en tout ou partie les cotisations sociales telles que nous les connaissons. S'il s'agit de "déplacer ces charges de la masse salariale vers l’ensemble de la valeur ajoutée (et les importations)", faudrait-il transformer les cotisations en impôt global sur la valeur ajoutée payée directement par les entreprises, en taxe sur les importations, ou en hausse de la TVA..?

Selon l’INSEE, la France compte 5.5 millions de personnes en sous-emploi (chômeurs officiels, chômeurs non inscrits à Pôle Emploi, temps partiel subi, chômage partiel…) auquel il faudrait ajouter une part des jeunes scolarisés « retenus » faute de perspectives dans le système éducatif, et les 3 millions d’emplois précaires (CDD, stages…). Au total, au moins 9 millions de personnes sont victimes de la crise de l’emploi, soit environ 27% des 20-59 ans (sources : INSEE).

Pourquoi le plein-emploi est-il la priorité ?

Le sous-emploi ne représente pas seulement la dégradation des conditions d’existence de ses victimes. Il entraîne un cortège d’effets indirects destructeurs : gaspillage de forces productives, perte de savoir-faire et d’habitudes de travail, démoralisation générale des travailleurs, fraudes et assistanat, précarisation des liens familiaux, augmentation des prélèvements obligatoires – et de façon plus diffuse une ambiance politique délétère, propice aux réactions de désespoir, aux trafics en tous genre et à la dés-intégration sociale.

La lutte contre le chômage n’est donc pas une politique économique parmi d’autres, mais une responsabilité centrale de l'État. En 1982-83, le fameux « tournant de la rigueur » marqua l’abandon de cet objectif et amorça la descente aux abîmes de la société française exposée aux seuls intérêts d’une oligarchie hyper-minoritaire mais adossée à la puissance de la finance. Ne nous faisons pas d’illusion : le sous-emploi n’est pas la conséquence malheureuse d’une politique orientée sur d’autres objectifs, mais bien la variable stratégique par laquelle l’oligarchie orchestre la compression des salaires.

Une partie des classes moyennes prêta son soutien à ce démantèlement de la solidarité nationale contre l’illusoire avantage de la « monnaie forte » et la croyance naïve d’être à l’abri du naufrage qui frappait en premier lieu le monde ouvrier.

Ce consentement procura au néolibéralisme le consensus nécessaire pour libérer les mouvements de capitaux à la fin des années 80 et sacrifier l’indépendance monétaire et économique du pays par le Traité de Maastricht qui prétendait graver à jamais dans le marbre la politique de sous-emploi.

La crise de 2008 et l’impasse du modèle de croissance par l’endettement ont transformé cette configuration : l’oligarchie européenne accélère le mouvement de destruction de la protection sociale et de réduction des salaires, frappant cette fois les catégories qui se croyaient les mieux protégées, y compris les fonctionnaires. La crise politique qui se profile, avec la perte de l’hégémonie de l’UMP-PS n’est que l’expression de la désaffection des classes moyennes, de plus en plus conscientes de leur périlleuse posture dans l’agenda de la régression sociale.

Pour ces raisons, l’alternative politique aux partis néolibéraux devra nécessairement présenter une réponse vigoureuse et crédible au maelstrom du sous-emploi. L’opposition républicaine n’existera qu’en se donnant les moyens de l’emploi et par là même de répondre clairement à la préoccupation de loin majoritaire de la population.

Quatre axes pour le plein emploi

Lire la suite sur le site de Joël Halpern

France Etat UMP PS Maastricht emploi chômage plein priorité axe

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×